Actus RSS

Actualités

Réactions aux attentats de 2015

Table ronde - Vendredi 20 septembre 2019 - 14:00Comment étudier l’impact des attentats sur la société ?Pour répondre à cette question, Hélène Frouard s’est intéressée à un type de document rarement étudié, les registres de condoléances. Son analyse a porté sur les quatre cahiers ouverts à la mairie du 11e arrondissement de Paris de novembre 2015 à mars 2016.Dans quelles conditions ces registres ont-ils été ouverts ? Comment et par qui ont-ils été utilisés ? Que révèle l’analyse textuelle de leur contenu ?  Ce premier travail exploratoire, réalisé dans le cadre de l’appel à projet « attentats recherche », conclut à la richesse de cette documentation.Stéphane Baciocchi (Centre de recherches historiques, EHESS)Sarah Gensburger (Institut des Sciences sociales du Politique, CNRS)

Lire la suite

Les lieux d’enfermement, espaces multifonctionnels en Europe occidentale et en Russie (XVIe-XIXe siècle)

Séminaire international - Mercredi 4 septembre 2019 - 09:30Depuis une trentaine d’années déjà, les lieux d’enfermement au Moyen âge et à l’époque moderne suscitent un intérêt croissant chez les historiens. Ces recherches entendent bousculer la perspective traditionnelle qui ne voit dans ces espaces d’enfermement que des « pionniers » imparfaits de l’institution pénale moderne, annonçant alors le paysage des administrations fonctionnellement différenciées de la marginalité inventées au XIXe siècle.À travers une approche qui s’intéresse aux pratiques et « microtechniques » de création et d’organisation des espaces clos, l'objectif de ce colloque est de saisir les caractéristiques propres de ces institutions qui incluent les prisons traditionnelles, notamment en milieu urbain, mais aussi les monastères, les hôpitaux, les maisons de discipline et de travail. Il souhaite également réfléchir aux pratiques partagées entre ces lieux et se demander à travers quels mécanismes de transmission ceux-ci irriguaient les institutions, et comment ces processus de transfert traduisaient des développements sociaux plus globaux. Enfin, une approche comparative qui met en relation différents espaces culturels favorisera l’analyse des structures globales, des spécificités (par exemple, le long des frontières confessionnelles) et de la circulation des pratiques et des savoirs entre ces espaces. La comparaison entre l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est (et la Russie en particulier) vise à examiner les relations entre deux espaces qui, jusqu’à présent, n’ont été que peu abordés par la recherche.En mettant l’accent sur la « multifonctionnalité » en tant que marqueur central des pratiques de l’enfermement, il s'agit de sortir des cadres traditionnels de la recherche en dépassant la focalisation étroite sur des types d’institutions spécifiques, et en favorisant un croisement des historiographies nationales.Comité d'organisation : Ekaterina Makhotina ( Université de Bonn), Falk Bretschneider (EHESS), Natalia Muchnik (EHESS), Vincent Milliot (Université Paris 8), Sophie Abdela (Université de Sherbrooke)Avec le soutien de l'EHESS Paris, Université de Bonn, DHI Moscou, Université Paris 8, Université de Sherbrooke.

Lire la suite

Citoyennetés au nord et au sud de la Méditerranée

Appel à communication - Mardi 10 septembre 2019 - 17:45APPEL à CANDIDATURES ECOLE THEMATIQUE : Citoyennetés au nord et au sud de la MéditerranéeActions, objets, relations : une perspective interdisciplinaireVilla Clythia, Fréjus (Var), 22-24 octobre 2019Date limite de dépôt des candidatures : 10 septembre 2019 Organisé par l’ANR PROCITCoordonné par Simona Cerutti (CRH – LaDéHiS) Cette école thématique s’inscrit dans la continuité des travaux menés dans le cadre de l’ANR PROCIT Propriété et Citoyenneté au nord et au sud de la Méditerranée (XVIe-XIXe siècle). Ce programme vise à dégager des pistes pour repenser la citoyenneté en Méditerranée, en désincrustant celle-ci des essentialisations culturelles, des épistémès disciplinaires, et des traditions historiographiques nationales. Il part d’une définition large de la citoyenneté, qui ne se restreint pas à l’obtention d’un statut conditionnant l’exercice de droits politiques, mais qui prend en compte les processus de construction des droits d’accès aux ressources locales (telles que le travail, le logement, l’assistance etc.). Cette approche invite à porter une attention particulière aux liens sociaux et à leur capacité à constituer les fondements des revendications de ces droits. Cet angle offre un double avantage : il permet d’appréhender les enjeux de la citoyenneté en des termes non anachroniques (les ressources locales dont il est questions sont identifiées comme cruciales par les acteurs sociaux eux-mêmes), et, d’autre part, il « libère » l’analyse des catégories ethnocentriques, produites par la philosophie politique occidentale. En adoptant une perspective interdisciplinaire, ce projet veut faire dialoguer, à partir de terrains géographiques et d’époques différentes, des conditions d’affirmation citoyenne formalisées par l’inégal droit d’accès aux ressources locales. L’interdisciplinarité a avant tout une dimension heuristique et une portée critique dans la mesure où elle permet, par déconstruction des modèles établis et des grands récits, d’élaborer un questionnaire commun par-delà la spécificité des approches disciplinaires et la diversité des terrains.Trois entrées principales vont structurer cet atelier : les actions (pratiques, exercices, revendications), les objets (les droits sur les choses et les droits des choses), les relations sociales (les corps et les communautés que ces actions et ces droits façonnent). Point commun à de nombreuses mobilisations contemporaines, les revendications pour l’accès à un certain nombre de ressources (eau, terre, travail, papiers, etc.) sont constitutives d’un rapport à la citoyenneté qui n’est pas réductible aux seuls droits politiques formellement reconnus par la loi. Ces mobilisations forgent des communautés d’appartenance généralement présentées comme la conséquence du processus de mondialisation actuel (post-étatiques, communautaristes, etc.), négligeant leur ancrage dans une histoire longue qui témoigne de la vitalité politique des sociétés méditerranéennes au nord et au sud. À travers ces trois entrées, il s’agit d’inviter les participants à examiner leur terrain de recherche à nouveaux frais, en attirant leur attention sur certains aspects dont ils n’ont pas nécessairement mesuré toute la profondeur historique.Cet atelier est destiné à 20 jeunes chercheur(e)s (doctorant(e)s et post-doctorant(e)s) issus des disciplines des sciences humaines (en particulier histoire, sciences politiques, anthropologie, sociologie et géographie).Calendrier et modalités de soumissionLes candidatures devront être envoyées à thomas.glesener@univ-amu.fr avant le 10 septembre 2019, avec les pièces suivantes : Un curriculum vitae (avec mention de l’année d’inscription en thèse, l’université et le laboratoire de rattachement, le nom du directeur.ice) Une brève lettre de motivation qui souligne les raisons de l’intérêt pour la thématique et les liens avec les recherches (post)doctorales Un résumé du projet de thèse ou de post-doctorat qui met l’accent sur l’aspect qui ferait l’objet de votre communication lors de l’atelier (1 page max).Les candidatures peuvent être présentées en français et en anglais qui seront les deux langues de travail de l’atelier.

Lire la suite

En septembre 2019, l'EHESS accueille deux grands événements internationaux : EURHO et ABRE

Vie de l'École -L’EHESS accueille chaque année des événements scientifiques de grande envergure, réunissant des spécialistes du monde entier. En septembre, deux grandes manifestations se tiendront à l’École, participant à son rayonnement international.Rural History 2019Gérard Béaur, président du comité scientifique de l’EURHO (CRH-Erhimor), nous présente la 4e Conférence biennale de l’Organisation européenne d’histoire rurale (EURHO), qui se tiendra du 10 au 13 septembre, à l’EHESS.« Depuis 2010, les historiens se réunissent régulièrement sous l’égide de l’Eurho pour débattre des grandes questions qui se sont posées et qui se posent encore au monde des campagnes. À travers le programme européen que j’ai dirigé ici même, j’ai été l’un des initiateurs de la création de cette Organisation qui fédère les chercheurs engagés sur ce champ. J’ai été un artisan convaincu de la tenue de ces Conférences auxquelles j’ai régulièrement participé. J’ai pu constater à quel point elles représentaient une magnifique occasion pour les historiens et les spécialistes des sciences sociales de présenter, comparer, discuter leurs travaux, que ceux-ci relèvent des enjeux environnementaux, de l’organisation des systèmes agricoles, de ce qui touche à l’approvisionnement des populations ou au sort des agriculteurs. En organisant la 4e Conférence de l’EURHO à l’École, je suis convaincu que les discussions feront avancer notre compréhension des défis auxquels la ruralité et nos sociétés contemporaines se trouvent confrontées. »IIe Congrès de l’ABREL’EHESS accueillera du 18 au 21 septembre le IIe congrès de l’Association des brésilianistes en Europe (ABRE). Mônica Raisa Schpun, vice-présidente de l'ABRE et responsable de l'organisation du congrès (CRBC-Mondes américains) nous en dit plus sur cet événement.« La décision de demander à l’École d’organiser et d’accueillir ce congrès allait presque de soi. L’École entretient depuis ses origines un dialogue suivi et fructueux avec le Brésil et le Centre de recherches sur le Brésil colonial et contemporain (CRBC) est l’une des équipes brésilianistes pluridisciplinaires parmi les plus importantes en Europe. Son journal, Brésil(s). Sciences humaines et sociales, y a beaucoup de lecteurs. Plus de 500 intervenants sont d’ores et déjà inscrits. Ils viennent de 23 pays différents. Parmi eux, un tiers sont des étudiants. L’évolution politique récente du Brésil donne à ce congrès une dimension toute particulière. Cela impose à l’EHESS et à l’ABRE un devoir encore plus impérieux d’en faire un moment décisif. » 

Lire la suite

Les dispositifs de formation professionnelle au Moyen Âge et à l’époque moderne

Journée(s) d'étude - Mercredi 3 juillet 2019 - 09:00François Rivière (Labex HaStec - LaMOP) et Mathieu Marraud (CNRS - CRH), vous invitent à la journée d'études Les dispositifs de formation professionnelle au Moyen Âge et à l'époque moderne, le 3 juillet prochain à l'EHESS. La formation professionnelle dans les sociétés « préindustrielles » ne se limite pas aux dispositifs institutionnels d’apprentissage associés à des activités artisanales urbaines et aux corporations. Elle dépasse aussi des formes contractuelles souvent évanescentes dans une chronologie qui remonte au Moyen Âge. On propose ici de s’appuyer sur la notion de professionnalisation pour étudier une « formation professionnelle » qui prévoit l’acquisition des gestes et des techniques du métier, mais aussi d’une culture commune. Cette grille de lecture large appelle la comparaison d’études de cas qui concernent artisans, artistes ou marchands, en Occident ou dans l’empire ottoman. Les rôles sociaux des formateurs, des apprentis et de leur entourage seront interrogés, ainsi que les modalités de connaissance des relations formatives, et, lorsque c’est possible, le contenu des savoirs et savoir-faire transmis. Veuillez trouver ici le programme complet de la journée : À partir de 9h00 : AccueilDe 9h15 à 9h45 :François Rivière (Labex HaStec – LaMOP) et Mathieu Marraud (CNRS – CRH) : Mot d’accueil et introduction De 9h45 à 11h00 :Clémentine Stunault (Université Toulouse II Jean Jaurès -  FRAMESPA)La formation technique dans les métiers de bouche toulousains (fin XIVe-début XVIe siècles) : un renouvellement des perspectivesDenise Bezzina (Université de Gênes)Mechanisms of apprenticeship in late medieval Genoa : training, actors and networks (thirteenth - fourteenth centuries)  De 11h15 à 12h30 : Ingrid Houssaye (CNRS - Orient & Méditerranée) et Agnès Pallini-Martin (Lycée Bellevue du Mans - CRH)Écrire, compter, entreprendre. Formation, recrutement et carrières au sein de compagnies d'affaires florentines d'après les archives d'entreprise (XIVe-XVIe siècles)Suraya Faroqhi (Université Ludwig Maximilian de Munich)Becoming a master in the Ottoman world of early modernity (about 1550-1850)  De 12h30 à 14h00 : Déjeuner      De 14h00 à 15h15 :Hugo Perina (EHESS – CRH)L'apprentissage et ses alternatives dans la formation des organistes et facteurs d'orgues italiens, 1400-1550Bert de Munck (Université d’Anvers)From status to contract, or a new governmentality? A long term view on proletarianization and professionalization from the vantage point of the Low Countries De 15h30 à 17h00 :Jean-Paul Zuñiga (EHESS – CRH)Apprentissage et hiérarchies coloniales, gens de métiers en Amérique espagnole, XVIIe-XVIIIe sièclesLaurence Croq (Université de Paris Nanterre – CHISCO) et Mathieu Marraud (CNRS - CRH)De la validation des savoirs marchands, normes et pratiques en tension au sein des corps parisiens aux XVIIe et XVIIIe siècles  De 17h00 à 18h00 : Table ronde

Lire la suite

Entretiens avec Gaspard Lion, Julie Ancian et Pierre Fressange, lauréat·es des prix 2019 de l'EHESS

Prix et distinctions -Suite à la remise des prix de thèse 2019 de l'EHESS le mercredi 5 juin 2019, les trois lauréat·e·s, Gaspard Lion, Julie Ancian et Pierre Fressange, nous présentent leurs parcours à l'École et l'état de leurs recherches.Gaspard Lion, lauréat du prix de thèse pour son travail intitulé « Habiter en camping. Trajectoires de membres des classes populaires dans le logement non ordinaire », raconte son entrée dans le master Territoires, Espaces, Sociétés et les recherches qu'il y a menées :« Après une licence en géographie et une licence en sciences politiques, j’ai réalisé un master à l’EHESS, au sein de la formation Territoires, Espaces, Sociétés. J’ai ensuite réalisé une thèse en sociologie, sous la direction d’Isabelle Backouche et d’Olivier Schwartz, à l’EHESS, au Centre de recherches historiques (CRH), et à Paris Descartes, au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS), sur le camping résidentiel, soit sur la situation de personnes qui résident en camping non pour les vacances, mais "à l’année", été comme hiver. La thèse a poursuivi un double objectif : contribuer à la connaissance du "mal-logement" en milieu périurbain/rural en analysant les trajectoires, expériences, styles de vie et rapports aux institutions sociales et politiques de ses habitant·e·s, et participer à la compréhension des processus de recomposition sociale et culturelle et de stratification internes aux classes populaires en tenant compte des lignes de clivage et des petites différences qui travaillent aujourd’hui l’espace des styles de vie des groupes dominés. »Voir la biographie de Gaspard Lion Julie Ancian, récompensée d'un accessit pour sa thèse autour « Des grossesses catastrophiques. Une sociologie des logiques reproductives dans les mises en récit judiciaires et biographiques de néonaticide » (sous la direction de Simone Bateman et Marc Bessin), témoigne de son arrivée dans la mention Genre, Politique, Sexualité de l'EHESS :« Après un diplôme de Sciences Po, j’ai travaillé pendant dix ans dans des ONG du milieu humanitaire comme chargée de plaidoyer sur les obstacles à l’accès aux soins que peuvent rencontrent des populations en situation de vulnérabilité. Puis j’ai voulu reprendre des études pour me former aux questions de genre et j’ai intégré le master "Genre, Politique, Sexualité" de l’EHESS qui répondait à mes attentes d’interdisciplinarité et parce qu’on pouvait y suivre les séminaires de chercheur·e·s dont les travaux m’intéressaient déjà. C’est là que j’ai découvert le plaisir de la recherche et que j’ai décidé de poursuivre mes premières explorations dans ce domaine avec une thèse de sociologie. J’ai eu la chance d’obtenir un contrat doctoral, une codirection de thèse bienveillante et stimulante avec Simone Bateman et Marc Bessin, des laboratoires d’accueil (Cermes3 et Iris) qui encouragent la professionnalisation des jeunes chercheur·e·s... Bref, des conditions idéales dont on ne peut que souhaiter qu’elles soient le standard auquel tout.e doctorant·e ait droit. Ma thèse propose une analyse sociologique des cas de néonaticides, c’est-à-dire des homicides de nouveau-nés à la naissance qui sont généralement commis par des femmes faisant face à une grossesse qu’elles jugent catastrophique. Elle m’a conduite à analyser les parcours de vie de ces femmes, leurs trajectoires reproductives et contraceptives et les obstacles qu’elles ont rencontrés pour maîtriser leur fécondité. Aujourd’hui, je mène une recherche sur l’avortement médicamenteux pour l’université Édimbourg où j’enseigne également. »Voir la biographie de Julie Ancian Enfin, Pierre Fressange, qui a reçu le prix du mémoire présenté en 2018 en vue du Diplôme de l'EHESS pour son travail sur « La continuité comme modèle. Familles et pouvoir municipal en pays lindois à l'époque moderne » (sous la direction de Robert Descimon), décrit sa reprise d'études à l'École :« J'ai dans un premier temps suivi des études de droit : un DEA en Droit public à la Faculté de droit de Paris, un autre en Histoire du droit dans le même établissement, et, enfin, une thèse d’État de doctorat en droit. Il y a quelques années, j'ai repris des études en histoire, en commençant par une licence à Paris 1. Mais plutôt que de continuer les études d’histoire par des cours magistraux et TD à Paris 1 Sorbonne, j’ai préféré le principe des séminaires où les enseignants-chercheurs font part de leurs travaux et où tout le monde peut échanger librement. Aussi parce que le mémoire de diplôme est plutôt du niveau de la thèse que du mémoire de Master. Cela correspondait mieux à l’approfondissement que je souhaitais donner à mon sujet.La petite cité de Lalinde, dans le Périgord, mérite un détour anthropologique et historique. On y observe, en effet, un groupe de familles qui, du XVe au XVIIIe siècles se répartissent les charges consulaires et forment l’élite dirigeante. L’installation de ces familles dans une position de longue durée est sans doute le trait le plus marquant sinon le plus exceptionnel de cette cité. Durer, voilà bien le maître mot pour ces familles. Leur objectif essentiel, l’enjeu majeur. Un enjeu couronné de succès, puisqu’avec le temps, elles réussissent parfaitement à verrouiller le pouvoir local en utilisant des stratégies matrimoniales et successorales sophistiquées. Je mentirai en disant que toutes ces années de recherches n’ont pas été pour moi un vrai bonheur. J’ose simplement espérer que la mise en exergue de cette petite élite locale autocentrée avec ce qu’elle apporte de voies problématiques nouvelles, saura contribuer – à son modeste niveau – au renouvellement de l’historiographie contemporaine sur le sujet. »

Lire la suite

Qui est in ? Qui est out ?

Journée(s) d'étude - Jeudi 20 juin 2019 - 09:00Le ‘Forum du CRH’, organisé par la direction du Centre de Recherches Historiques, est conçu comme un moment d’échanges annuel autour de questions transversales propres à la discipline historique. Le Forum 2019 questionnera la notion de tradition. Régulièrement employée en histoire, elle recouvre diverses significations : une tradition peut être culturelle, religieuse ou intellectuelle, manuscrite ou orale, aristotélicienne ou platonicienne, occidentale ou orientale, etc. Le terme est courant, mais il est aussi labile, plastique, car il s’applique à toutes sortes de phénomènes et se prête aisément aux variations de sens ou d’emploi. Les deux journées porteront à la fois sur la manière dont les historiens emploient ce mot et sur ce qui fait tradition à une période donnée, c’est-à-dire ce que le terme implique du point de vue des acteurs historiques. Il ne s’agira pas de revenir sur le mythe de l’invention de la tradition, mais d’engager une réflexion collective autour de cette notion, qui soulève des questionnements concernant aussi bien l’histoire sociale et religieuse que l’anthropologique historique ou l’histoire intellectuelle.

Lire la suite

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Autour de l'ouvrage de Judith Lyon-Caen, La griffe du temps. Ce que l'histoire peut dire de la littérature

Débat - Lundi 4 novembre 2019 - 14:00Aux devantures des librairies, on ne compte plus les ouvrages d'historiens réfléchissant à leur rapport avec la littérature. Doivent-ils en faire une source de leur savoir, mais en contextualisant la fiction depuis leur surplomb, au risque de ne pas faire mie (...)(...)

Lire la suite

Le CRH à Blois

Rencontres scientifiques - Jeudi 10 octobre 2019 - 16:30Chaque année, des historiens se retrouvent à Blois afin d’exposer l’état de leurs réflexions, de présenter leurs travaux et de confronter leurs points de vue dans le but de concourir au progrès de la recherche et de la connaissance historiq (...)(...)

Lire la suite

EURHO

Conférence - Mardi 10 septembre 2019 - 09:00Du 10 au 13 septembre 2019 se tiendra à Paris le IVe Congrès de l’EURHO (European Rural History Organisation) qui réunira environ 500 spécialistes venus principalement de tous les pays européens, mais aussi, au-delà du monde entier, sur des thématiques (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRH (UMR 8558)

EHESS
54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42

Direction du CRH :
Béatrice Delaurenti
Thomas Le Roux

Dernière modification :
17/10/2019