Actus RSS

Actualités

Projections environnementales

Colloque - Mercredi 15 décembre 2021 - 09:30Ce colloque organisé par Frédéric Graber (CMB/GRHEN) et Judith Rainhorn (Maison Française d’Oxford) s'intéresse à l'environnement, lequel est aujourd’hui, par excellence, l’objet de projections dans le futur. Que ce soit le changement climatique, l’évolution de la biodiversité ou le devenir des ressources, l’environnement est un objet d’anticipations savantes et de prédictions profanes, qui visent à la fois à prendre la mesure des évolutions à venir et à imaginer, et parfois engager, des actions. Celles-ci peuvent envisager le futur sous la forme d’un destin auquel il convient de se préparer ou de s’adapter, ou sous la forme d’un dessein, d’interventions techniques et sociétales permettant de refaçonner les environnements et leurs avenirs. Si les défis contemporains en la matière sont à l’évidence exceptionnels, ces problématiques ne sont pas nouvelles et les environnements ont été, dans l’histoire, des objets récurrents de projection et d’anticipation. La principale forme de projection environnementale, à partir de l’époque moderne, est certainement celle du projet d’amélioration, qui vise la mise en ressource, la mise en valeur et l’exploitation d’environnements considérés comme mal ou sous-exploités, justifiant des modifications profondes des modes de propriété et d’usage. Mais les projections environnementales ne se réduisent en rien à la geste occidentale d’une mise au travail de la nature et les sociétés du passé ont dû faire face à des perspectives moins prométhéennes. Ainsi les risques et les pollutions induites par les activités humaines sont progressivement devenus des domaines de projection à part entière, tout comme les épidémies dont la répétition a suscité la mise en oeuvre d’une prévention sanitaire souvent illusoire. Dans tous ces domaines, la conscience des vulnérabilités a invité les acteurs à envisager de nouvelles actions correctives, préventives, adaptatives ou réparatrices sur leurs environnements.Le présent colloque entend ainsi interroger la façon dont les sociétés modernes et contemporaines perçoivent, construisent et tentent de transformer leurs environnements en projetant sur les futurs imaginables ou prévisibles leurs perceptions et leurs savoirs contemporains.

Lire la suite

Le papier, entre histoire et patrimoine industriel

Journée(s) d'étude - Jeudi 9 décembre 2021 - 10:00PrésentationCes deux journées, voulues en hommage à Louis André, trop tôt parti, évoqueront son itinéraire professionnel : ses premiers pas dans le patrimoine de la métallurgie, son passage marquant au musée des Arts et Métiers, ses recherches brillantes sur l'histoire de la papeterie. Il eut un rôle très important dans l'étude du patrimoine industriel et comme secrétaire général du CILAC, toujours très investi dans le milieu associatif, ce dont témoigne l’AFHEPP. Ce fut enfin un enseignant chaleureux et attentif à ses étudiants et étudiantes au sein de l'université de Rennes 2. Journées d'étude organisées par le Comité d’information et de liaison pour l’archéologie, l’étude et la mise en valeur du patrimoine industriel (CILAC) et l'Association Française pour l’Histoire et l’Étude du Papier et des Papeteries (AFHEPP), avec le soutien du musée des Arts et Métiers et de l’université Rennes 2. Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles (pass sanitaire obligatoire).   ProgrammeJeudi 9 décembre 202110h  – Ouverture et accueil par Marie-Laure Estignard, directrice du musée des Arts et Métiers10h15 – Introduction : Louis André, secrétaire général du CILAC, un historien passionné et généreux, Florence Hachez-Leroy, maîtresse de conférences HDR, université d’Artois, présidente du CILAC10h30 – Louis André co-fondateur de L’AFHEPP, Claire Bustarret, ingénieure de recherche au Centre Maurice Halbwachs, CNRS, présidente de l’AFHEPP, et Benoît Dufournier, ingénieur d'études honoraire au Centre André Chastel, membre de l’AFHEPP10h45 à 12h30 – Session 1 – Au long d’une carrièreGérard Salagnon : administrateur du CILAC, professeur retraité, docteur ès Arts et Sciences de l’Art, Louis André par lui-même : les origines de son intérêt pour le Patrimoine Industriel, réponse à l’enquête de 2018Marie-Laure Griffaton, directrice du département scientifique et des collections, musée de l’Air et de l’Espace, Concilier règlements de sécurité, conservation et mise en valeur du patrimoine industrielBruno Jacomy, conservateur en chef honoraire du patrimoine, Louis André et la renaissance du Musée des arts et métiers, une collection et une équipeFrédéric Pillet, chargé d’études documentaires, Ville de Saint-Quentin et Paul Smith, historien, secrétaire général du CILAC, Louis André et la revue du CILACLes fonds d’archives et documents :Nicolas Veysset, archiviste, CRH-EHESS/CNRSFlorence Desnoyers, chargée des archives et manuscrits à la bibliothèque centrale du Conservatoire national des arts et métiers14h à 15h30 – Session 2 – EnseignerFlorence Hachez-Leroy, université d’Artois, L’enseignement du patrimoine industriel en FranceItinéraires d’étudiantsModération : Nathalie Boulouch, maître de conférences, université Rennes 2Clémence Moullé-Prévost, doctorante, université Rennes 2Anthony Martin, médiateur du patrimoine, Cité des électriciens, Bruay-la-BuissièreMathilde Leroux-Hennard, conservateure du patrimoine, directrice des affaires culturelles à la Communauté d'Agglomération Lisieux-NormandieLuc Blanchet, régisseur d’œuvres, Cité de la céramique, Sèvres15h50 à 17h30 – Table ronde 1 – La restauration des objets techniques et du patrimoine industriel – Modération : Anne-Laure Carré, musée des Arts et MétiersMonique Chapelle, Fondation BerlietOlivier Morel, restaurateurDavid Cueco, conservateur restaurateur de biens culturels Vendredi 10 décembre 20219h30 – Session 3 – ReconvertirMarie-Laure Brandily, chargée du projet « Espace des sciences Morlaix », L'Espace des sciences à Morlaix- Reconversion de la Manufacture des tabacsJérôme Decoux, ingénieur en charge du patrimoine industriel, Région Nouvelle-Aquitaine, service Patrimoine et Inventaire, Quels patrimoines de l’imprimerie et du livre en Limousin ?Nicolas Pierrot, conservateur en chef du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire, La reconversion des papeteries de la vallée du Grand Morin en centres d’expérimentation artistique et galeries d’art contemporain : Studio Horta et Galleria Continua10h15 à 11h– Session 4 – Histoires de papiers 1Jean-Louis Esteve, chercheur non affilié (AFHEPP), Notes sur les métiers à tisser les plans filtrants vergés pour formes papetièresNadine Dumain, relieuse au Moulin du Verger et membre de l’AFHEPP, Un protocole d’analyse des formes : de nouvelles données en histoire du papier ?11h20 à 13h  – Session 5 – Histoires de papiers 2Peter Bower, président de la British Association of Paper Historians, Laid and Wove: wire making for the paper industry from the 15thto the 20th centuryFabienne Ruppen, collaboratrice scientifique, Musée Städel, Franckfurt am Main, De Cézanne à Van Gogh. Les papiers à dessin de marque « MICHALLET »Jean-François Belhoste, directeur d’études émérite, École pratique des Hautes Études, Un ingénieur ami du papier, Boris Vian14h30 – Session 6 – Histoires de papiers 3Benoît Dufournier, ingénieur d'études honoraire au Centre André Chastel, Les artisans-voyageurs de la papeterie avant la mécanisation. Prosopographie des « formaires » du XVIIe au XIXe sièclesViera Rebolledo-Dhuin, maîtresse de conférences, Université Paris-Est-Créteil, CRHEC, La prosopographie et les liens entre les milieux du livre et de la banque XIXe siècle16h à 17h30 – Table ronde 2 – Musées et sites reconvertis du patrimoine papetier Modération, Nicolas Pierrot, Région Île-de-France, service Patrimoines et InventaireJean-Luc Baffet, ancien directeur des papeteries d’Aubazine (Corrèze), d’Uzerche (Corrèze) et de Nanterre (Hauts-de-Seine)Monique Rey-Delqué, conservatrice en chef honoraire du patrimoine, membre de l’ASAB, musée Aristide Bergès, Lorp-Sentaraille (Ariège), et René Stinville, concepteur lumière [par visio-conférence]Martine Tandeau de Marsac, historienne, membre fondateur du « Moulin du Got », Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne)Frédérique Virieux, chargée des publics et des collections à la Maison-Bergès Bergès – musée de la Houille blanche, (Isère)17h30 – Visite libre du musée des Arts et Métiers

Lire la suite

Donner et tenir sa parole. Engagements et réputations dans les sociétés françaises et européennes à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles, colonies incluses)

Colloque - Jeudi 25 novembre 2021 - 09:30PrésentationLe colloque Donner et tenir sa parole. Engagements et réputations dans les sociétés françaises et européennes à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles, colonies incluses), organisé par Romain Benoit-Lévy (doctorant université Rennes 2, Tempora), Marine Carcanague (doctorante, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHMC), Simon Castanié (doctorant, Sorbonne Université, CRM ; EHESS, CRH-LaDéHiS) et Aurélie Chatenet-Calyste (maîtresse de conférences, université Rennes 2, Tempora), souhaite interroger les réputations et leurs constructions au prisme de l’engagement dans les sociétés françaises, européennes et coloniales des XVIe-XVIIIe siècles. Valeur centrale de ces sociétés, la réputation, fluctuante car soumise aux aléas des rumeurs voire des calomnies, permet ainsi aux individus de contracter des engagements. Que ces engagements soient scellés par la parole, par l’honneur donné, ou par le crédit conféré, ces formes de réputation sont utilisées comme autant de garanties pour s’assurer que la promesse sera tenue. A l’inverse, tenir ses engagements permet de construire et soutenir sa réputation.Ce colloque sera donc l’occasion de se pencher sur des phénomènes et des notions (notamment celles de crédit et d’honneur) inscrites dans des historiographies différentes, mais dont les usages invitent à envisager de concert. Ces mécanismes n’étant pas réductibles à la seule société française, les approches transnationales ou comparatistes seront évidemment présentées, de même que les autres disciplines (droit, sociologie, économie, littérature), afin de faire converger les réflexions.  

Lire la suite

Travail servile et dynamiques économiques XVIe-XXIe siècle

Colloque - Mercredi 15 décembre 2021 - 08:30PrésentationSous le haut patronage de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française, l'Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE), le Comité pour l'histoire économique et financière de la France (CHEFF) et la Fondation pour la mémoire de l'esclavage (FME) organisent un colloque international les 15 et 16 décembre 2021, proposant un état des lieux de la recherche sur les multiples formes de travail servile.Ce colloque international d’historiennes et d’historiens a pour but d’exposer un état de la recherche sur les multiples formes de travail servile (esclavage, travail forcé, travail contraint) entre les XVIe et XXIe siècles dans le monde (Amériques, Afrique, Asie, Europe). Cette manifestation servira en outre à définir des axes de recherche pour les années à venir, en fonction des différentes approches historiographiques et des données disponibles et manquantes. Elle vise enfin à attirer les jeunes chercheurs sur ces terrains et à éclairer le grand public.Chaque intervenant(e) présentera les sources qu’il/elle a mobilisées dans ses travaux, les acquis de sa recherche, les avancées historiographiques récentes dans sa thématique, des chantiers en cours de défrichement et des pistes de recherche à mener. Comité scientifique António de Almeida Mendes, maître de conférences à l’université de Nantes, FMEAnne Conchon, professeure à l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, CHEFFMyriam Cottias, directrice de recherche au CNRS, FMEGusti Gaillard-Pourchet, professeure à l’université d’État d’Haïti, FMEPierre-Cyrille Hautcœur, directeur d’études à l’EHESS, CHEFFLaure Quennouëlle-Corre, directrice de recherche au CNRS, CHEFFAlessandro Stanziani, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EHESS, FMEBéatrice Touchelay, professeure à l’université de Lille, CHEFFCliquez-ici pour voir le programme détaillé

Lire la suite

Les Lundis du CRH, autour du livre de Mathieu Marraud

Rencontres scientifiques - Lundi 6 décembre 2021 - 14:00Comment dépeindre le corporatisme d’Ancien Régime ? Le terme de « corporation » est-il approprié ? Depuis les métiers qui, à Paris, se parent des titres de « corps » et de « marchand », apparaît le refus pour les acteurs du temps de se ranger derrière de mêmes droits, de mêmes statuts. C’est toute la nature conflictuelle de l’économie qui ressurgit. La diversité sociale et politique des métiers, dans une immense ville comme la capitale, donne en effet son dynamisme au commerce. Métiers, institutions royales et groupes sociaux y rivalisent pour le contrôle de marchandises qui ne sont jamais évaluées par leur seul profit, mais aussi par le monde social et par les vues gouvernementales où elles s’inscrivent. D’un lien fort entre le roi, la cité, le privilège, le commerce, les notables, on s’achemine alors vers une crise qui prépare, au sein de la société comme de la monarchie, la disparition du corporatisme sous Turgot en 1776.La séance sera animée par Béatrice Delaurenti, avec les discussions de Simona Cerutti (CRH), Claude Didry (CMH) et de Vincent Meyzie (Université de Nanterre).

Lire la suite

Carnet du Groupe d'études ibériques (GEI-CRH)

Échos de la recherche -Le Groupe d’études ibériques (GEI) réunit au sein du CRH (UMR 8558) une équipe de chercheurs spécialistes des mondes ibériques à l’époque moderne et à l’époque contemporaine. Ce carnet de recherche, animé collectivement, entend rendre compte des actualités et des activités scientifiques du groupe. Il vise également à proposer des ressources aux étudiants (bibliographie, archives en ligne, paléographie, fiches pratiques) et un espace de publications et d’échanges aux doctorants.El Grupo de Estudios Ibéricos (GEI) reúne en el seno del CRH (UMR 8558) a un equipo de investigadores especializados en los mundos ibéricos en la época moderna y contemporánea. Este cuaderno de investigación, animado colectivamente, pretende informar sobre las novedades y actividades científicas del grupo. También pretende ofrecer recursos a los estudiantes (bibliografía, archivos en línea, paleografía, fichas prácticas) y un espacio de publicaciones e intercambios para los doctorandos.O Grupo de Estudos Ibéricos (GEI) reúne dentro do CRH (UMR 8558) uma equipe de pesquisadores especializados no mundo ibérico nos períodos moderno e contemporâneo. Este caderno de pesquisa, animado coletivamente, pretende relatar as notícias e atividades científicas do grupo. Também visa oferecer recursos aos estudantes (bibliografia, arquivos on-line, paleografia, fichas práticas) e um espaço para publicações e intercâmbios para estudantes de doutorado.

Lire la suite

S'écrire au XIXe siècle. Une correspondance familiale

Échos de la recherche -La Poste constate depuis des décennies une baisse continue du courrier qu’elle a charge de transporter. Au XIXe siècle, le mouvement est inverse : le nombre des objets postaux transportés est multiplié par 10 entre 1830 et 1890. Cette augmentation du trafic postal est liée à plusieurs facteurs : le développement de l’instruction qui semble une raison évidente, les progrès techniques qui facilitent l’écriture (plumes métalliques, enveloppes industrielles), l’amélioration du service, l’abaissement des frais de port avec la mise en service des timbres (1849), et surtout, dans le domaine économique, le développement des affaires, des moyens de transport et des échanges commerciaux.La masse énorme de courrier et sa progression au XIXe siècle masque en fait… la rareté des échanges. Rapporté au nombre d’habitants, il apparaît qu’un Français de 1856 reçoit chaque année en moyenne 7 lettres. Et encore la part des lettres personnelles est-elle très minoritaire dans ces échanges. Les 26 volumes de la Correspondance de George Sand (édités par Georges Lubin) sont plus visibles de nos jours que les commandes à des commerçants ou les lettres des notaires qui emplissaient les sacoches des facteurs. Publier une correspondance « ordinaire », qui participe de la culture d'une époque, permet de préserver et valoriser un fonds patrimonial.Les lettres se prêtent à des approches multiples, car elles sont à la fois des objets (que l’on peut conserver, compter, vendre), le résultat de pratiques sociales codifiées et des textes. Pour l’historien ces trois dimensions sont solidaires. Des travaux menés par Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pézerat et Danièle Poublan dans les années antérieures ont permis d’aborder les deux premiers aspects : l’étude des flux postaux grâce à une enquête de l’administration en 1847[1], puis le rôle de socialisation de la correspondance au sein d’une famille bourgeoise[2]. Restait à rendre accessibles ces lettres, conservées dans un fonds privé, en éclairant leur texte par des notes et des compléments biographiques, en respectant leur forme et en mettant en valeur les réseaux qu’elles tissent et qu’elles révèlent. Nous avons choisi de présenter cette édition scientifique sous forme de documents numériques.Il s’agit d’une correspondance « ordinaire », certes, car écrite sans aucune arrière-pensée de publication et qui s’échange entre proches ; mais elle circule au sein d’une famille bourgeoise, aisée, instruite (elle compte même quelques savants du Muséum) et dont on peut suivre la réussite matérielle et sociale tout au long du siècle. Dans une généalogie touffue, quelques personnes apparaissent comme des pôles de l’écriture épistolaire : André Marie Constant Duméril (1774-1860), médecin et naturaliste ; Caroline Duméril sa petite-fille et son époux Charles Mertzdorff (1818-1883), industriel alsacien ; Eugénie Desnoyers, seconde épouse de Charles Mertzdorff dont les deux filles, Marie et Émilie, qui font de « beaux mariages ».Cette correspondance, qui court de la Révolution à la Grande Guerre, forme un corpus de plus de 3000 lettres et compte 150 signataires, 90 destinataires et près de 5000 personnes citées. Régulièrement enrichi, il a fait l’objet d’une première publication numérique sur une plateforme aujourd’hui obsolète. Le collectif Sources et Données de la Recherche du CRH a entrepris de restructurer et republier ce corpus selon les pratiques actuelles d’ouverture des données de la recherche.Le fonds est aujourd’hui publié sous licence ouverte à l’adresse lettresfamiliales.ehess.fr. Appuyé sur le logiciel libre et ouvert Mediawiki, ce site Web permet des lectures, des appropriations et des recherches multiples. Les correspondances publiées sont enrichies de nombreuses métadonnées exposées dans les formats standards du Web de données.[1] Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pézerat, Danièle Poublan, « L’enquête postale de 1847 », La Correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Roger Chartier (dir), Paris, Fayard, 1991.[2] Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pézerat, Danièle Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1995.

Lire la suite

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Les archives ecclésiastiques

Rencontre - Jeudi 20 janvier 2022 - 09:45Depuis cinq ans, le GEI (Groupe d’études ibériques) organise un atelier annuel autour d’un univers archivistique particulier, destiné prioritairement aux masterant.e.s, aux étudiant.e.s d’année préparatoire à la thèse et aux doctorant.e.s. Cette année, ce (...)(...)

Lire la suite

Autour de l'ouvrage de Jean-Claude Schmitt, Le cloître des ombres

Débat - Lundi 10 janvier 2022 - 14:00Suivi de la traduction française du Livre des révélations de Richalm de Schöntal, avec la collaboration de Gisèle Besson.Imaginez qu’une foule d’esprits malins vous cerne. Vous ne les voyez pas, ou à peine, mais vous les entendez débattre entre eux des pièges (...)(...)

Lire la suite

Juifs et judaïsme

Journée(s) d'étude - Dimanche 12 décembre 2021 - 19:00La Société des études juives (SEJ), fondée en 1880, organise pour la deuxième fois dans son histoire un congrès consacré aux travaux scientifiques portant sur le domaine des études juives en langue française.  Ce Congrès a pour ambition de fa (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRH (UMR 8558)

EHESS
54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42

Direction du CRH :
Béatrice Delaurenti
Thomas Le Roux

Dernière modification :
25/01/2022