Actualités (2017-2024) | Événements scientifiques (2017-2024)

2023

Les archives cartographiques

Les archives cartographiques

Mercredi 15 février 2023 de 14h30 à 18h - Journée d'étude annuelle du GEI

Présentation

Les archives des empires ibériques comportent une dimension cartographique fondamentale. Caraques et caravelles longent les Caraïbes, l’Orénoque, le cap Magellan pendant que les cosmographes du monarque montent en précision depuis la péninsule ibérique dans leur tâtonnement de la géographie américaine. Cette production de connaissance permet d’organiser une colonisation territoriale qui à son tour crée le besoin administratif de s’informer sur les ressources, les populations et les distances des nouveaux territoires à gouverner. La construction et l’amélioration d’un réseau de communications intérieures est un chantier perpétuel qui engagent les souverains ibériques, dont les projets bourbonniens de la seconde moitié du XVIIIe siècle montrent tout à la fois l’extension et l’incomplétude. En conséquence, une bibliographie importante permet déjà d’étudier l’inscription documentaire du territoire, mais elle se trouve segmentée entre travaux sur le transport (Ramon Serrera Contreras), sur la géographie politique (Tamar Herzog), ou sur le style des documents (Barbara Mundy).

Cette journée d’étude voudrait contourner cette division du travail pour analyser la documentation cartographique des empires ibériques dans un mouvement inverse, allant de la source au territoire. Archives écrites, fouilles de sites et spatialisation des données apparaissent comme autant de méthodes pour répondre à des problèmes partagés. D’autant qu’une autre approche de ce matériau d’histoire émerge grâce aux humanités numériques, les logiciels de Système d’Information Géographique (SIG) permettant d’établir des bases de données, de visualiser spatialement des masses documentaires et géolocaliser les phénomènes historiques. Il ne s’agit pas de détruire l’archive dans la production de données décontextualisées, mais il ne s’agit pas non plus d’écarter la dimension informative des archives impériales pour réduire l’analyse aux constructions discursives des acteurs. Nous voulons donner à voir les renouvellements dans la lecture des archives et dans la formulation des problèmes que permet l’approche géolocalisée des sources cartographiques. Quelles formations socio-environnementales s’imposent dans la reproduction régulière d’une société sur un territoire ? Comment se transmettent les réseaux urbains et routiers dans la longue durée ? Comment évaluer et hiérarchiser les facteurs de changement ?

Au sein de l’EHESS, nous disposons des ressources académiques adéquates pour cette recherche : l’école française de la archéogéographie, la plateforme de Système d’Information Géographique (SIG) et des projets de numérisation de sources historiques. Précisément, en poursuivant la lancée d’autres projets et séminaires menés au sein du Groupe d’Études Ibériques (CRH), cette journée d’étude s’organise comme une opportunité pour mutualiser bibliographies, compétences et intérêts autour des dimensions territoriales des sociétés du passé. Ainsi, nous voulons proposer une première approche des sources cartographiques mexicaines et des problèmes méthodologiques que pose leur conversion en données et leur spatialisation. Ensuite, nous voulons élargir ces réflexions au contexte impérial américain, en amorçant la comparaison avec des présentations de travaux sur d’autres espaces ibériques. Ces présentations et discussions permettront de réfléchir collectivement à la façon d’utiliser des ressources cartographiques et de spatialiser des réflexions, autour de l’inscription urbaine de l’empire et de son emprise sur les différents territoires administrés.

Contacts :

Antoine Duranton : antoine.duranton@ehess.fr
Jeronimo Bermudez Schlenker : jeronimo.bermudezschlenker@ehess.fr

 

 Programme

14h30 – 14h50. Introduction
Jeronimo Bermudez et Antoine Duranton (EHESS-CRH) – Documenter et spatialiser les empires ibériques par les archives cartographiques

14h50 – 16h00. Méthode et application des systèmes d’information géographique historiques (SIG-H)
Karine Lefebvre (UNAM-CIGA) - Utiliser les archives cartographiques en Nouvelle-Espagne, entre histoire, géographie et archéologie

Karine Lefebvre est archéologue au sein du Centro de Investigaciones en Geografía Ambiental de la Universidad Nacional Autónoma de México. Ses recherches portent sur les transformations du paysage avec la colonisation espagnole du Mexique. Actuellement, elle dirige des fouilles et travaille des fonds d’archive pour décrire les bouleversements dans le schéma d’implantation avec la colonisation agropastorale de l’espace.

16h15 – 18h. Table ronde ouverte au public
Géolocalisation et jeux d’échelles dans la recherche historique

Comment dans la recherche sur les empires ibériques les historiens ont-ils procédé à la spatialisation de données ? Quel type de sources ont-ils choisis et pour résoudre quels problèmes ? Cette table ronde vise à donner quelques exemples de spatialisation de données et d’usage de méthodes d’information géographique dans une démarche historienne. Cette discussion entre pairs ainsi qu’à destination d’étudiants en master et en doctorat désireux de partager leurs recherches et de se familiariser.

  • Jean-Paul Zuñiga (EHESS-CRH), Ancrage urbain de quelques familles d’artisans à Santiago du Chili au XVIe siècle

  • Baptiste Bonnefoy (Université Paris-Nanterre-ESNA), Le réseau muletier dans l’isthme de Panama au XVIIe siècle

  • Werner Stangl (Université de Graz), L’état du courrier dans l’Amérique hispanique à la fin du XVIIIe siècle

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cycle annuel de présentation des activités du Groupe d’Etudes Ibériques (CRH/EHESS) des 14 et 15 février 2023. Aucune transmission en ligne n’est prévue.

 

Lieu

EHESS (Salle B04_01)
54, boulevard Raspail
75006 Paris

Autour de l'ouvrage de Felicia McCarren, One Dead at the Paris Opera Ballet

Autour de l'ouvrage de Felicia McCarren, One Dead at the Paris Opera Ballet

Jeudi 9 février 2023 de 15h à 17h - Table ronde

Présentation

In 1866, when the ballet La Source debuted, the public at the Paris Opera may have been content to dream about its setting in the verdant Caucasus, its exotic Circassians, veiled Georgians, and powerful Khan. Yet the ballet’s botany also played to a public thinking about ethnic and exotic others at the same time-and in the same ways-as they were thinking about plants. Along with these stereotypes, with a flower promising hybridity in a green ecology, and the death of the embodied Source recuperated as a force for regeneration, the ballet can be read as a fable of science and the performance as its demonstration.  Programmed for the opening gala of the new Opera, the Palais Garnier, in 1875 the ballet reflected not so much a timeless Orient as timely colonial policy and engineering in North Africa, the management of water and women.

One Dead at the Paris Opera Ballet takes readers to four historic performances, over 150 years, showing how-- through the sacrifice of a feminized Nature-- La Source represented the biopolitics of sex and race, and the cosmopolitics of human and natural resources. Its 2011 reinvention at the Paris Opera, following the adoption of new legislation banning the veil in public spaces, might have staged gender and climate justice in sync with the Arab Spring, but opted instead for luxury and dream.  Its 2014 reprise might have focused on decolonizing the stage or raising eco-consciousness, but exemplified the greater urgency attached to Islamist threat rather than imminent climate catastrophe, missing the ballet’s historic potential to make its audience think.

Version française :

Lors de son début à l’Opéra de Paris en 1866, le ballet La source aurait enchanté un public cherchant un paradis sur terre : la mise en scène propose un Caucase verdoyant, peuplée de Circassiens, de Georgiennes voilées, et d’un puissant Khan. Or, la thématique botanique dans le ballet parlait à un public déjà familier avec les écrits de voyageurs naturalistes représentant des rencontres avec des étrangers exotisés selon des notions de classification botanique des plantes. A côté donc des stéréotypes théâtraux, tels une fleur promettant l’hybridité dans une écologie verte, ou encore le sacrifice tragique de La Source incarnée par une ballerine, on pourrait lire dans ce ballet une fable sur la science dont le spectacle fut sa démonstration. Programmé pour l’inauguration du Palais Garnier en janvier 1875, le ballet a moins reflété un Orient atemporel et idéalisé que l’actualité d’un Maghreb colonisé, la politique coloniale en Afrique du Nord, et sa gestion de l’eau et du subalterne.

One Dead at the Paris Opera Ballet emmène son lecteur à travers quatre représentations historiques du ballet La Source afin de montrer comment, pendant un siècle et demi, et dans le sacrifice d’une Nature féminisée, ce ballet a mis en scène une politique sexuelle et raciale, et une cosmopolitique des ressources humaines et naturelles. Sa réinvention en 2011, suite à l’adoption de la loi sur la dissimulation du visage dans l’espace de la République française, aurait pu afficher une politique écoféministe inspirée par le printemps arabe, or la production a opté pour une rhétorique du luxe et un ré-enchantement du public. La reprise du ballet en 2014 aurait pu rejoindre les efforts de décoloniser la scène, il aurait pu proposer une réflexion écologique, mais elle a préféré signaler un état d’urgence rattachée à la violence islamiste tout en ignorant la crise climatique qui s’est retrouvé reléguée, par conséquent, à l’arrière-plan de la scène politique. En ceci, la production a désavoué le potentiel historique de ce ballet, privant ainsi son public d’une matière importante à la réflexion collective.

Autour de l'autrice Felicia Mc Carren (Tulane University), interviendront Elizabeth Claire (Histoire du Genre-GEHM), Judith Lyon-Caen (GRIHL-HHS), Raphaël Morera (GRHEN) et Silvia Sebastiani (GEHM).

Contact : elizabeth.claire@ehess.fr ou nadja.vuckovic@ehess.fr

 

Lieu

EHESS (Salle de co-working, A4_32, 4e étage)
54, bouelvard Raspail
75006 Paris

 


 

Enquêter dans les sociétés russe et chinoise. À la recherche d'appuis communs pour la réflexion

Enquêter dans les sociétés russe et chinoise. À la recherche d'appuis communs pour la réflexion

Mardi 30 mai 2023 de 13h à 18h - Journée d'étude

Présentation

L’appartenance des sociétés russes et chinoises à des espaces impériaux façonnés par l’expérience du communisme fait peser une durable suspicion d’altérité sociale et de méfiance politique à leur égard. Cette suspicion est fortement renforcée par les crises du présent (pandémie, guerre, tensions géopolitiques internationales…). Pour penser ces enjeux immédiats et les saisir dans leur historicité, l’objectif de ce séminaire, organisé autour de trois journées d’études thématiques, consiste à rendre justice aux dynamiques sociales et politiques qui permettent de rendre intelligibles ces sociétés. En Chine et en Russie, comment se reconfigurent les pratiques sociales et politiques dans des espaces confrontés à leur manière aux défis du XXe et du XXIe siècle et comment, dans le même temps, se manifeste la présence du passé ? Comment les trajectoires et les réflexions qui accompagnent les choix et les engagements des acteurs permettent tant l’inventivité sociale que la reconfiguration de la contrainte et de l’oppression politique ?

En 2022-2023, les journées du séminaire animé par Isabelle Thireau (CNRS/EHESS, CCJ-CECMC), Françoise Daucé (EHESS, CERCEC) et Sebastian Veg (EHESS, CRH, associé CECMC), Enquêter en Chine et en Russie. À la recherche d’appuis communs pour la réflexion, auront pour thème commun : « Expérience de la coexistence, solidarité du proche et initiatives du lointain face aux violences du quotidien ». Nous nous appuierons tant sur des matériaux historiographiques que sur des enquêtes de terrain, tant sur des observations en cours que sur des récits rétrospectifs. En proposant un dialogue conjoint aux chercheurs, jeunes et confirmés, qui travaillent sur les sociétés chinoise et russe, il ne s’agit pas de développer des comparaisons terme à terme mais plutôt de partager des problèmes, des références et des réflexions sur les dispositifs et pratiques d’enquête pour contribuer ensemble à une meilleure compréhension des sociétés russe et chinoise et, au-delà, à l’avancement des sciences sociales autour des questions de l’expérience de la rupture historique, des déplacements choisis et subis, de l’action en public, de l’oppression politique ou de l’économie des transformations sociales (en fonction des thèmes choisis pour les journées…).

En savoir plus

Les personnes qui souhaitent assister à distance doivent s’inscrire pour recevoir un lien de connexion : https://participations.ehess.fr/
S’inscrire à l’UE 445

 

Programme

13h0 :
Accueil et introduction

13h30-15h30 :

Session 1 : Penser les solidarités entre les enquêteurs et les enquêtés en temps de mobilisations réprimées
  • Aleksandr Bikbov
    Solidarités et mobilisations à Moscou
  • Tatyana Shukan
    Solidarités et mobilisations au Belarus
  • Sébastian Veg (EHESS)
    Solidarités et mobilisations à Hong-Kong

Modération : Françoise

  • Olga Bronnikova (Université Grenoble-Alpes)
    Le renouveau de la politique dans l’émigration russe en France
  • Anne Sophie Bentz (Université Paris Cité)
    L’entrée en politique des immigrants tibétains au Canada
14h00 – 16h00
Session 2 : Constituer des solidarités politiques en exil
  • Olga Bronnikova (Université Grenoble-Alpes)
    Le renouveau de la politique dans l’émigration russe en France
  • Anne Sophie Bentz (Université Paris Cité)
    L’entrée en politique des immigrants tibétains au Canada

Modération : Sebastian Veg

Lieu

Campus Condorcet
Bâtiment EHESS (Salle A515)
2, cours des Humanités
93300 Aubervilliers

Économie et religion à l’époque moderne. Réflexions théologiques et pratiques situées

Économie et religion à l’époque moderne. Réflexions théologiques et pratiques situées

Vendredi 12 mai 2023 de 9h à 18h - Journée d'étude

Présentation

Sans chercher à s’inscrire dans un grand récit des origines du capitalisme et sans se cantonner à un mouvement religieux particulier, cette journée d’études s’intéresse à l’articulation entre des discours de nature théologique et des pratiques situées en des temps et des lieux particuliers de l’époque moderne (Europe et Amérique en particulier). Des pratiques jésuites de maniement de capitaux, de terres et de marchandises au miroir de leurs doctrines, jusqu’à la physico-théologie de naturalistes jansénisants, en passant par l’économie votive, les « maisons des juifs » et des communautés de travail qui n’appartiennent à aucun ordre religieux particulier, cette manifestation entend étudier la façon dont des projections religieuses idéelles s'incarnaient dans le monde social, et comment ce même monde pouvait, en retour, interroger ces projections.

Organisation Nicolas Lyon-Caen (CNRS, IHMC, ENS-PSL), Arnaud Orain (Université Paris 8-EHESS, IEE-LED, EHESS-CRH)

Inscription obligatoire jusqu'au 5 mai 2023 18h auprès de Nadja Vuckovic : nadja.vuckovic@ehess.fr

 

Programme

9h00 : Accueil Petit-déjeuner

9h30-12h00 Session 1
Les Jésuites entre théologie et pratiques économiques

  • Manoela Pedroza (Université Fédérale Fluminense, Niterói, Brésil)
    La casuistique des Jésuites versus l’économie morale de l’Ancien Régime portugais : le cas de l’appropriation territoriale au Brésil

  • Mickaël Orantin (Université Sorbonne-Nouvelle, IHEAL-CREDA)
    Acheter, vendre et payer. Réflexions autour du lexique de l’échange marchand en guarani dans les missions jésuites du Paraguay (XVIIe-XVIIIe siècles)

  • Sébastien Malaprade (Université Paris Est-Créteil, CRHEC)
    L’argent des jésuites du collège de Séville (XVIIe siècle)

12h00-13h30 : Déjeuner

13h30-15h00 Session 2
L’économie de la dévotion

  • Dinah Ribard (EHESS, CRH)
    Communautés de travail : une économie dévote

  • Marie Lezowski (Université d’Angers, TEMOS)
    Les offrandes votives au risque de l’économie : circulations et commutations dans l’Italie moderne

15h00-15h30 : Pause-café

15h30-17h00 Session 3
Pratiques du judaïsme et physico-théologie

  • Luca Andreoni (Università Politecnica delle Marche, Ancône) :
    Les maisons des Juifs, entre économie morale et pratiques (Ancône, XVIIIe-XIXe siècles)

  • Arnaud Orain (Université Paris 8-EHESS, IEE-LED, EHESS-CRH)
    L’abbé Pluche, le jansénisme et l’histoire naturelle

17h00 – 18h00 : Pot de fin de journée

 

Lieu

Campus Condorcet
Centre des Colloques (Salle 100)
Place du Front populaire
93300 Aubervilliers

 

Légende : ill., Bibliothèque de la Société de Port-Royal, estampe 728

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Jacques Berlioz : La catastrophe, entre système social et écosystème. La chute du mont Granier en Savoie, l’éboulement le plus meurtrier du Moyen Âge, en 1248

Jacques Berlioz : La catastrophe, entre système social et écosystème. La chute du mont Granier en Savoie, l’éboulement le plus meurtrier du Moyen Âge, en 1248

Mercredi 10 mai 2023 à 19h - Conférence

Présentation

Dans le cadre du 54e congrès de la SHMESP.

A la fin de l’année 1248, une partie du mont Granier, dans le massif de la Chartreuse (Isère et Savoie), près de Chambéry, s’effondre. Ce gigantesque éboulement (500 millions de m3 déplacés, sur une surface de 32 km2) fait un millier de victimes. L’événement a un retentissement considérable en Occident. Pourquoi s’est-il produit ? Quelles en furent les explications données par les chroniqueurs et les religieux du temps ? Quand apparaissent ces nouveaux éléments légendaires (la Vierge et les démons) qui s’ancrent à une chapelle dédiée à la Vierge Marie et vont promouvoir un pèlerinage renommé en Occident ? Aborder cette catastrophe naturelle (toujours d’actualité, car le Granier reste dangereux pour les populations avoisinantes) sera l’occasion de décrypter, de façon générale, le nécessaire dialogue entre l’homme et la nature.

En savoir plus

 

Lieu

Médiathèque François-Mitterrand
4, rue de l'Université
86000 Poitiers

 

 

 

Illustration : Bart l’Anglais Géomorphologie, BnF fr 136 fol. 36v.

Pouvoirs de l'imagination. Approches historiques (2)

Pouvoirs de l'imagination. Approches historiques (2)

Vendredi 12 mai 2023 de 9h15 à 17h - Journée d'étude

Présentation

Séminaire EHESS/CNRS organisé par Elizabeth Claire (chargée de recherche au CNRS), Béatrice Delaurenti (maître de conférences à l’EHESS), Roberto Poma (maître de conférences à l’Université Paris Est-Créteil) et Koen Vermeir (chargé de recherche au CNRS). Le séminaire est financé par le CRH, Sphere, l’UPEC ; la journée du 12 mai est financée par l’ANR ANTHRAME.


La notion d’imagination est aujourd’hui considérée comme un objet d’étude à part entière, après avoir longtemps été discréditée par la recherche scientifique. Néanmoins, dans la littérature moderne et contemporaine, l’imagination est généralement présentée de manière négative, comme une faculté mentale susceptible de provoquer l’erreur, l’illusion ou le péché. Nous voudrions aller à l’encontre de cette conception en étudiant une tradition intellectuelle et pratique alternative et méconnue : depuis les XIIe-XIIIe siècles jusqu’au début du XIXe siècle, des penseurs et des praticiens appartenant à des diverses disciplines, s’exprimant depuis des positions institutionnelles variées, ont soutenu l’idée que l’imagination possède de grands pouvoirs.
Comme l’année précédente, le séminaire fonctionnera autour de ces textes à la manière d’un atelier, et s’attachera à mettre en œuvre un travail collectif de discussion, d’analyse et de confrontation des sources sur la longue durée.
Le séminaire prendra la forme de trois journées complètes les deuxièmes vendredis des mois de  avril, mai, juin (14 avril, 12 mai et 9 juin). Il se tiendra à la fois en présentiel et en distanciel.

Pour recevoir les informations relatives à ces journée, en particulier le lien de connexion, il est recommandé de s’inscrire sur https://participations.ehess.fr/.

 

Programme

  • 9h15-10h45 : Véronique Decaix (Université de Paris I), « Le retour aux choses. Intelligence et mémoire chez Albert le Grand. »

  • 11h-12h30 : Fernando Salmon (Santander, Universidad de Cantabria), « Trust, hope, emotions and the healing encounter in the Middle Ages. »

Pause déjeuner

  • 13h45-15h15 : Marie Gall (Université de Bordeaux Montaigne, Centre Montaigne) : « Mobiliser l’imagination dans l’élaboration d’hypothèses scientifiques : le cas des fictions scientifiques du XVIIe siècle. »,

  • 15h30-17h : Claire Gantet (Université de Fribourg) : « Un instinct presque surnaturel. Le rêve dans les Lettres sur l'imagination (1794) de Jakob Heinrich Meister.(en ligne)

Lieu

Université Paris Diderot
Bâtiment Condorcet  (Salle 646A-Mondrian, 6e étage)
10, rue Alice Domon et Léonie Duquet
75013 Paris

Voir, Écouter, Toucher. Discours, iconographies et pratiques sensorielles en danse (3)

Voir, Écouter, Toucher. Discours, iconographies et pratiques sensorielles en danse (3)

Lundi 15 mai de 9h15 à 18h - Journée d'étude

Présentation

es journées d’études Voir. Écouter. Toucher, organisées par Elizabeth Claire (Histoire du Genre) Mariem Guellouz (MCF à l’UPC, Cerlis) et Eléa Lauret-Baussay (Doctorante en Histoire et civilisations à l’EHESS, CRAL-CRH) , se dérouleront en printemps 2023 en trois temps qui correspondent à trois axes thématiques : voir/écouter/toucher en danse. Cette triple répartition reprend l’idée d’une pensée travaillée à partir du verbe et de l’action que nous avons expérimentée dans nos journées d’études virtuelles en 2021, Transmettre la danse : Organiser. Contaminer. Greffer.

Ces journées ont pour objectif d’aborder les pratiques dansées du point de vue de l’expérience sensorielle et de décentrer les savoirs en histoire culturelle des pratiques dansées. Comme toute activité sociale historiquement, culturellement et géographiquement située, la pratique de la danse engage la production de biens matériels et symboliques qui favorisent les transmissions ; les circulations, les pratiques, les discours et les techniques de danse ; les savoirs sur le corps et les danses ; les traces d’évènements, de rites, de divertissements, d’œuvres, de répertoires ; les transactions financières, les biens économiques ; les lieux plus ou moins spécifiquement consacrés à la pratique des danses. Les activités sociales liées à la danse ont en partage la production de normes – coutumes, traditions et instruments juridiques – qui définissent les modalités d’accès des acteurs historiques aux pratiques, aux savoirs, aux institutions et collectifs qui encadrent la production des danses.

Les trois journées d’études privilégient ainsi l’exploration des trois axes thématiques suivants :
1) « voir » qui aura pour objectif d’interroger des processus de spectacularisation et les rapports entre réception et production. Un intérêt particulier sera porté sur les questions liées à l’histoire du genre et à l’intersection avec l’orientalisme et aux pratiques, discours et cultures visuelles coloniaux
et postcoloniaux ;
2) « écouter » qui portera sur la question de l’écoute en danse. Les rapports entre danse et musique et la danse en tant que pratique d’écoute. Comment décentrer la vue en tant que sens essentiel dans les pratiques de transmission au profit de l’écoute ? L’importance de l’écoute de la parole sur/de la danse et l’écoute de la danse en elle-même dans toute pratique dansée ;
3) « toucher », invitera à une perspective décentrée de l’histoire de la danse et proposera de réfléchir à une éthique de la (ré)appropriation des savoirs corporels occidentaux et (non)occidentaux, des notions d’étrangeté et d’altérité qui y sont liées. Comment toucher sans toucher le corps ? Quel est la place du toucher dans la construction sensorielle et somatique du corps du danseur ? Quel lien entre le toucher et la notion de contact, de connexion ou de communication liée à la danse ?

Contact : elizabeth.claire@ehess.fr

Pour s'inscrire : https://enseignements.ehess.fr/2022-2023/ue/536

 

Programme

  • 9h15-10h15 : Accueil et introduction de la thématique « Toucher », présentation de la bibliographie thématique et exemples issus de la recherche d'Elizabeth Claire (CNRS) sur l’histoire des danses à deux du longue XVIIIe siècle

  • 10h15-11h00 : « Penser l’autonomie par le relationnel et le toucher dans le cadre de pratiques de care et de danse : quelques éléments sur une étude de recherche-création en contexte hospitalier », Aimée Dubuisson (EHESS, CRAL)

  • 11h00-12h30 : Présentation de recherche, Royona Mitra (MCF, Brunel Univ., Londres), « Unmaking Contact : Choreographing South Asian Touch » [en anglais]

12h30-14h00 - Pause déjeuner

  • 14h00-14h45 : Débat et discussion d’articles (diffusés à l’avance).

  • 15h00-17h30 : Présentation chorégraphique/atelier autour de la chorégraphie de Chantal Loïal, Vénus/Vénus à Miriam... et les mises en scène de Sara Baartjman (1789-1815)

  • 17h30-18h00 : Discussion et remarques de conclusion (E. Claire, M. Guellouz, E. Lauret-Baussay, avec Chantal Loïal et Royona Mitra)

Lieu

CnD|Centre national de la danse
1, rue Victor Hugo
93507 Pantin

Ce que la noblesse fait aux espaces sociaux. Question nobiliaire et catégories d'appartenance en France (XVIIe-XVIIIe siècles)

Ce que la noblesse fait aux espaces sociaux. Question nobiliaire et catégories d'appartenance en France (XVIIe-XVIIIe siècles)

9 et 10 mai 2023 - Colloque

Présentation 

Colloque organisé par Élie Haddad (CNRS/CRH) et Mathieu Marraud (CNRS/CRH).

Le principe nobiliaire agite la société française d’Ancien Régime bien au-delà du second ordre. Considérée au début du XVIe siècle comme une excellence particulière susceptible de s’exprimer tant dans les domaines matériel, spirituel que social, la noblesse est alors une qualité reconnue localement. Dans les deux siècles suivants, une transformation tend à faire de la noblesse un statut juridique créateur d’un groupe pensé à l’échelle du royaume et dont le contrôle des limites doit relever du roi. Dès lors, cette excellence sociale innée, héritée ou octroyée par le prince, est de plus en plus appréciée en tant que corpus doctrinal, en lien avec les canaux de la puissance publique.
 
Cette transformation prend en écharpe la vie sociale et l’organisation politique dans de multiples lieux, fondés sur de multiples catégories d’appartenance et de domination autres que celles du second ordre. Elle contribue à redessiner les espaces sociaux, juridictionnels, et leur conception. Dès lors ces journées ne cherchent pas à revisiter les problèmes posés par l’accession à la noblesse dans les parcours individuels et familiaux, mais à inverser la perspective. En ne posant pas d’emblée la noblesse comme catégorie sociale évidente, on peut considérer le principe nobiliaire comme idéal d’une participation à la domination sociale et au pouvoir politique, voire comme critère prééminent de supériorité sur toute autre condition.
 
Comment les acteurs sont-ils amenés à se positionner par rapport à une doctrine royale de la noblesse ? Comment les institutions en sont-elles modifiées, comment leur logique propre, plus ancienne et située, doit-elle s’adapter à une centralité monarchique et juridique, susceptible d’imposer la noblesse comme statut légitimateur de la participation au pouvoir, dans un ordre politique conçu à l’échelle générale du royaume ?
 

Lieu

EHESS, 54 Bd Raspail, 75006
Salle BS1_28
 

Contact

elie.haddad@ehess.fr ; mathieu.marraud@ehess.fr
Récits de vie et processus d'exemplarité. Fragilité, résistance, dégagement

Récits de vie et processus d'exemplarité. Fragilité, résistance, dégagement

23 et 24 mai 2023 - Journées d'étude

Présentation

Lors de ces journées d'études organisées par Marie Anne Polo de Beaulieu (AHLOMA),  Nathalie Luca (anthropologue, CéSor, EHESS) et Jean-Philippe Bouilloud (sociologue, ESCP), il s’agira d’interroger qui décide de l'exemplarité, comment elle se construit et surtout la façon dont le récit de vie utilise la fragilité : est-ce abordé comme relevant de la lâcheté, du sacrifice, ou bien encore comme une nécessité pour conduire au dépassement ? En effet, nous partons de l’hypothèse qu’un bon héros d’exemplum est une personne qui, parce qu'elle est fragile, est amenée à transformer sa vie. Ainsi, la fragilité fait partie du processus de transformation parfois appelé conversion. On recherchera les modalités de l’exemplarité dans plusieurs types de récits de vie : l’autobiographie, la biographie et enfin l’écriture filmique.
 

Programme

 

Lieux

Mardi 23 mai 2023 de 13h à 18h30
Maison des Sciences de l'Homme (Salle AS1_23)
54, boulevard Raspail
75006 Paris

Mercredi  24 mai 2023 de 9h à 18h30
Maison des Sciences de l'Homme (Salle AS1_08)
54, boulevard Raspail
75006 Paris
 

Le circuit des traitements des documents cartographiques des XVIIIe et XIXe siècle à la BnF

Le circuit des traitements des documents cartographiques des XVIIIe et XIXe siècle à la BnF

Mardi 23 mai 2023 de 9h30 à 17h30 - 3e Journée de l'Atelier SoDUCo-BNF

Présentation

En 2022-2023, l’équipe SoDUCo et la BnF organisent un séminaire commun, l’atelier SoDUCo-BnF. Il a pour perspective de diffuser et mettre en question le travail réalisé dans le cadre de SoDUCo et de faire dialoguer chercheurs et spécialistes de la conservation des documents sur des objets et projets communs allant de l’exploitation des fonds (cartes et plans, annuaires du commerce) à la production et diffusion de données libres (géocodage historique, analyse spatiale, science ouverte).

Inscription obligatoire : https://soduco.github.io/soduco_bnf_seminars/

 

Programme

 

Lieu

Bibliothèque nationale de France
Site Richelieu
5, rue Vivienne
75002 Paris

XII Jornadas FIES. Monarquía(s) de España (Siglos XVIII-XXI)

XII Jornadas FIES. Monarquía(s) de España (Siglos XVIII-XXI)

4 et 5 mai 2023 - Journées d'étude

Présentation

L'histoire de l'Espagne est largement celle de sa monarchie, même si la (courte : 1873-1874) Première République, puis la Deuxième République et la guerre civile de 1936-1939 et, enfin, la dictature de Franco représentent des exceptions notables. Hormis ces épisodes, plusieurs dynasties ont régné en Espagne : les Bourbons ont occupé le trône, mais aussi José I, frère de Napoléon, et Amédée Ier de Savoie. Cependant, la monarchie espagnole a connu des évolutions importantes et pris diverses formes.
Ces journées de travail, organisées par Jordi Canal (GEI) et Zorann Petrovici (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), permettront de réfléchir aux caractéristiques des différentes formes de la monarchie espagnole aux cours des trois derniers siècles. Si plusieurs modèles sont classiquement dégagés (absolutiste, constitutionnel et parlementaire) il s'agira ici de questionner la capacité d'adaptation de la monarchie à l'évolution politique, sociale et culturelle du pays.

En savoir plus

Mode hybride via Zoom :
ID de reunión: 823 1484 9612
Código de acceso: 469348
 

Programme

 

Lieu

Jeudi  4 mai 2023 (14h30-19h) et Vendredi 5 mai 2023 (10h-13h)

Cité universitaire internationale
Colegio de España
7E, boulevard Jourdan
75014 Paris
 

La transmisión epigráfica

La transmisión epigráfica

Date limite de dépôt : 12 janvier 2023 - Appel à communication

Présentation

Dans le cadre des projets AVIPES-CM, Archivo Virtual para las Investigaciones sobre Patrimonios Epigráficos Medievales de la Comunidad de Madrid (H2019/HUM-5742), et Corpus de manuscritos de la Biblioteca Nacional de Madrid para la Historia antigua de España (PID2019-109530GB-I00) s’organise les 17, 18 et 19 avril 2023 à la Faculté de Philologie de l’Université Complutense de Madrid un congrès international sur l’épigraphie, dédié à la transmission épigraphique autour des thématiques suivantes :

  • a) Transmission épigraphique dans les manuscrits : collections de manuscrits, transmissions indirectes d’inscription, études épigraphiques au temps des Humanistes…

  • b) Réutilisation matérielle des inscriptions.

  • c) Littérature et épigraphie.

  • d) Faux et copies épigraphiques.

  • e) Les autres tituli : numismatique, glyptique, sigilographie.


Conditions de participation

  • Les propositions de communication doivent parvenir au plus tard le 12 janvier 2023 par email à l’adresse suivante : jjepigraficas@ucm.es. Les propositions devront comprendre le titre de la communication et un résumé de 400 mots maximum. Les langues admises pour l’envoi des propositions sont l’allemand, l’anglais, l’espagnol ainsi que les langues co- officielles de l’Etat espagnol, le français et le portugais.

  • La durée des communications ne devra pas dépasser 15 minutes. Chaque communication sera suivie d’une brève discussion modérée par un ou une spécialiste de la question.

  • Le coût de l’inscription au congrès pour les communicants est de 60 euros. Pour le public non-communicant, la participation est fixée à 10€ (avec certification), elle est gratuite pour celles et ceux qui ne solliciteront pas de certification. Les chercheurs et chercheuses intéressé.e.s trouveront les formulaires d’inscription téléchargeables sur https://www.ucm.es/proyectoavipes_cm/congreso-internacional-de-epigrafia-ucm. Ils sont à envoyer à l’équipe organisatrice à l’adresse suivante : jjepigraficas@ucm.es.

  • Le Congrès donnera lieu à une publication à caractère monographique. L’acceptation des articles obéira au processus d’évaluation par les pair.e.s. L’article ne devra pas dépasser 30.000 signes (espaces compris) et devra parvenir au Comité organisateur avant le 30 juin 2023. Les communicants et communicantes recevront les instructions pour la publication à l’occasion d’une 2e circulaire.

Pour toutes questions concernant la participation au congrès, son organisation, veuillez contacter le comité organisateur à l’adresse suivante : jjepigraficas@ucm.es. Toute l’actualité de l’Archivo Epigrafico de Hispania est à suivre sur Twitter : @UCM_AEH, ainsi que sur le site https://www.ucm.es/proyectoavipes_cm/congreso-internacional-de-epigrafia-ucm/


Des conférencier.e.s confirmé.e.s jusqu'à présent : Dr. Juan Manuel Abascal Palazón (UA),
Dra. Felisa del Barrio Vega (UCM), Dra. Alejandra Guzmán Almagro (UB), Dra. Flavia de Rubeis (UniVe).


Le comité d'organisation :

  • Silvia Gómez Jiménez
  • Sara López-Maroto Quiñones
  • Álvaro Lorenzo Fernández
  • Elisabeth Menor Natal
  • Arturo Moreno Benito
  • David Sevillano López

Le comité scientifique :

  • Dr. Juan Manuel Abascal Palazón (UA)
  • Dr. Vincent Debiais (EHESS/CNRS)
  • Dr. Xavier Expluga (UB).
  • Dra. M.ª del Rosario Hernando Sobrino (UCM)
  • Dra. Sonia Madrid Medrano (UCM).
  • Dr. Daniel Rico Camps (UAB)
  • Dr. Javier de Santiago (UCM).
  • Dra. Morgane Uberti (UCM-UBMontaigne)
  • Dra. Isabel Velázquez Soriano (UCM)
There and Back Again. Current Trends and Ongoing Research in Medieval Art History

There and Back Again. Current Trends and Ongoing Research in Medieval Art History

Lundi 16 janvier de 14h à 18h30 - Workshop

Présentation

Dans le cadre du programme Chateaubriand 2022-2023, le Centre de recherches historiques accueille depuis l’automne dernier Ryan Eisenman, doctorant en histoire de l’art médiéval à l’Université de Pennsylvanie (Philadelphie, USA). Ryan Eisenman prépare une thèse sous la direction de Sarah Guérin, consacrée à l’étude de la fabrique, du commerce et de l’usage des objets en émail de Limoges au Moyen Âge ; un travail original qui entend discuter certains aspects en apparence bien connus de cette production star de l’art médiéval. Le programme Chateaubriand entend renforcer les collaborations entre les centres de recherche français et américains et c’est dans ce cadre que Ryan Eisenman, en collaboration avec Vincent Debiais, organise le lundi 16 janvier 2023 une séance de travail permettant aux étudiants de Penn et de l’EHESS (master et doctorat) de présenter leurs recherches en cours dans le domaine de l’art médiéval et de discuter leurs expériences respectives de travail. Cette séance, ouverte à tous, constitue le premier pas d’une collaboration entre l’Université de Pennsylvanie et le groupe Anthropologie historique du long Moyen Âge.

As part of the 2022-2023 Chateaubriand Fellowship program, the Centre for Historical Research is hosting Ryan Eisenman, PhD student in medieval art history at the University of Pennsylvania (Philadelphia, USA) since October 2022. With Sarah Guérin as advisor, Ryan Eisenman is working on a dissertation dedicated to the study of the manufacture, trade, and use of enamel objects from Limoges during the Middle Ages; an original approach indenting to discuss some apparently well-known aspects of this production of medieval art. The Chateaubriand Fellowship program aims to strengthen collaborations between French and American research centers; in this context Ryan Eisenman, in collaboration with Vincent Debiais, organizes on Monday, January 16, 2023, a working session allowing students from Penn and the EHESS (master and PhD) to present their current research in the field of medieval art and to discuss their respective work experiences. This session, open to all, is the first step in a collaboration between the University of Pennsylvania and the EHESS research group Anthropologie historique du long Moyen Âge.

Contact : vincent.debiais@ehess.fr

 

Programme

 

Lieu

EHESS (Salle du Conseil A, BS1_28)
54, boulevard Raspail
75006 Paris

Concordance et discordance documentaires : des gestes, des textes et de la matière aux époques médiévale et moderne

Concordance et discordance documentaires : des gestes, des textes et de la matière aux époques médiévale et moderne

Jeudi 26 janvier 2023 de 9h à 18h - Colloque

Présentation

Inhérent à l’histoire des techniques et des matériaux depuis plusieurs décennies, le décloisonnement des disciplines historique, archéologique, anthropologique, voire ethnologique, augmentées des apports des sciences des matériaux, implique la confrontation de documentations diverses, jusqu’à leur entremêlement. Ces documentations sont soumises aux méthodes distinctes de ces champs disciplinaires, dans la constitution des corpus, leur critique et leur interprétation, dans un effort de dénaturalisation qui rappelle que les termes de “sources” ou de “données” dissimulent des mécanismes complexes de construction socio-historiques. En outre, la mise en relation de ces éléments est plus qu’une addition d’informations. Elle fait naître des questions nouvelles, multiplie les possibles et enrichit les problématiques : que ce soit en ce qui concerne la question du geste dans l’atelier, les usages des objets et les modes de consommation, l’identification des matériaux et des techniques, la transmission des savoirs et savoir-faire… Cependant, elle pose également des difficultés liées à leur hétérogénéité et à leurs éventuelles discordances. La documentation textuelle, et en particulier archivistique, n’a souvent aucun lien direct avec le matériel archéologique ou iconographique, ce qui exclut souvent des recoupements d’informations sur un même objet. Les questions de temporalités, entre des séries constituées sur le temps long et une documentation plus rassemblée et ponctuelle, interrogent également leur mise en comparaison et leur complémentarité. Enfin, le traitement appliqué et les données qui sont issues des analyses qualitatives ou quantitatives, dans certains cas physico-chimiques, nécessitent des opérations de traduction qui ne sont pas neutres sur le plan épistémologique. L’interdisciplinarité, si elle souhaite dépasser un affichage de posture, ne nécessite-t-elle pas une méthode intrinsèque à sa pratique, la combinaison de type de documentations et des approches ne relevant pas de l’évidence ?

Comité d'organisation : Étienne Anheim (AHLOMA), Catherine Rideau-Kikuchi (UVSQ-DYPAC), Lise Saussus (Post-doctorante, CRH-AHLOMA/C2RMF).

Sur inscription : lise.saussus@uclouvain.be

 

Programme

 

Lieu

Campus Guyancourt
Université Saint-Quentin-en-Yvelines
Mezzanine Vauban (Bât. Vauban, 1er étage)
47, boulevard Vauban
78047 Guyancourt

 

Concorde, coercition et usages de la justice dans les cités de l'Europe moderne/Concordia, coercición y usos de la justicia en las ciudades de la Europa moderna

Concorde, coercition et usages de la justice dans les cités de l'Europe moderne/Concordia, coercición y usos de la justicia en las ciudades de la Europa moderna

Mercredi 25 janvier 2023 de 9h à 18h - Colloque

Présentation

La Journée d'études internationale, organisée par Tomás A. Mantecón (UC), Marina Torres Arce (UC) et Susana Truchuelo (UC/EHESS-CRH), vise à créer un espace de réflexion autour de diverses formes de conflit, liées aux querelles confessionnelles, à la tension dérivée de l'intérêt économique, du crime et de la criminalité, ainsi qu'au contrôle social dans l'Ancien Régime. Les laboratoires de recherchse sont les cités de l'Europe moderne, en envisageant d'évaluer les processus de résolution de ces tensions dans les villes européenes. Ces processus ont mis en évidence des pratiques et des usages dont la signification est pertinente pour participer aux larges débats sur le changement historique, qui ont marqué la configuration actuelle de l'Occident.

La Journée est organisée par le Grupo Mundus I+D+i : Historias Conectadas en Sociedades Tradicionales de l’Universidad de Cantabria, avec la collaboration de l’EHESS-CRH-GEI, de l’Université de Caen-Normandie/ERLIS et du Colegio de España (Paris).

Pour s'inscrire : grupo.mundus@unican.es

 

Programme

 

Lieu

Colegio de España
Sala /Salle Ramón y Cajal
7E, boulevard Jourdan
75014 París

Diplomatie d'influence et éducation aux médias : perspectives franco-américaines

Diplomatie d'influence et éducation aux médias : perspectives franco-américaines

Mercredi 15 mars à 18h - Cafés scientifiques Fulbright

Présentation

Le café scientifique de la commission franco-américaine Fulbright du 15 mars 2023 aura  pour thème, « Diplomatie d'influence et éducation aux médias : perspectives franco-américaines ».

Il sera abordé par des diplomates français et américains ainsi que des sociologues et des historiens des médias et du « soft power » français.

Lien d'inscription Zoom (limite de 500 places) : https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_08LVeg_jR3OmYksu_jYYLA

En savoir plus

 

Programme

Modérateur : François Gauthier, ancien ambassadeur de France

Intervant.es :

  • Gaëtan Bruel, directeur de la Villa Albertine à New York 

  • Divina Frau-Meigs, professeur émérite à Paris III (Sorbonne-Nouvelle)

  • Matthew McDonald, chercheur postdoctoral au CRH à l'EHESS 

  • Lillian Wahl-Tuco, diplomate à l'ambassade des États-Unis en France

Lieu

Commission Fulbright franco-américaine
9, rue Chardin
75016 Paris

La Shoah comme

La Shoah comme "projet" européen? La nouvelle recherche sur les perpetrators dans une perspective transnationale

Du 14 au 16 mars 2023 - Colloque

Présentation

Dans quelle mesure la Shoah doit-elle s’entendre comme un »projet« européen? Telle est la question que se sont récemment posée des chercheuses et chercheurs sur la Shoah aussi éminents que Mary Fulbrook et Thomas Sandkühler. Depuis l’arrivée au pouvoir des nazis, les Allemands ont été les précurseurs et les praticiens de la discrimination, de l’exclusion, et, à terme, de l’assassinat systématique de la population juive en Allemagne. Pendant la guerre, les occupants allemands ont indubitablement été les initiateurs, les artisans et les exécuteurs de l’extermination des Juifs. Mais partout ils ont trouvé des complices et des partenaires pour mettre en œuvre la ghettoïsation, la déportation et l’assassinat de la population juive. Si l’on dispose aujourd’hui de travaux substantiels sur la complicité dans divers pays occupés, il manque à ce jour d’un cadre interprétatif permettant de décrire et d’expliquer l’implication dans la Shoah comme un phénomène transnational. Ces dernières décennies, les recherches sur la Shoah se sont certes internationalisées, mais l’instrumentaire de l’histoire transnationale (c’est-à-dire la question du transfert des savoirs et des pratiques, de la comparaison systémique et la recherche d’un schéma d’interprétation transversal) est peu utilisé dans ce champ de recherche important, dès lors qu’il s’agit d’étudier la complicité des sociétés non allemandes. Le colloque veut contribuer à saisir la dimension européenne de la coopération durant la Shoah sur un plan conceptuel, comparatif et terminologique, afin de sonder les possibilités d’explorer ce champ avec les outils de l’histoire partagée ou de l’histoire croisée.

Les langues de travail du colloque sont l’anglais et le français.

Inscription pour une participation sur place: event@dhi-paris.fr
Inscription pour une participation en ligne:
Lien zoom pour le 14 mars 2023
Lien zoom pour le 15 mars 2023
Lien zoom pour la table ronde du 15 mars 2023
Lien zoom pour le 16 mars 2023

Institutions partenaires

  • Co-organisateurs: Institut für Zeitgeschichte München-Berlin, Institute for the History of Polish Jews de l’univ. Tel Aviv, EHESS (ERC Project Lubartworld)
  • En coopération avec: George & Irina Schaeffer Center for the Study of Genocide, Human Rights, and Conflict Prevention de l’American University of Paris et le Mémorial de la Shoah
  • Avec le soutien financier de: Fondation pour la Mémoire de la Shoah, Deutsche Forschungsgemeinschaft


Programme

 

Lieu

Institut historique allemand
8, rue du Parc Royal
75003 Paris

 

 

Crédit image: Razzia de la police d’ordre allemande et de policiers polonais, contrôle de Juifs (?), Cracovie, début 1941, Bundesarchiv, Bild 101I-030-0781-07 / Iffland / CC-BY-SA 3.0.

A.I. Intelligence artificielle, avec Pierre-Antoine Marti

A.I. Intelligence artificielle, avec Pierre-Antoine Marti

Lundi 13 mars 2023 à 19h45 - Sciences sociales et cinéma (EHESS-MK2)

Présentation du cycle

Le cycle « Sciences sociales et cinéma », organisé par l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et mk2, propose chaque mois de venir découvrir une œuvre cinématographique, suivie d’une discussion avec une chercheuse ou un chercheur afin de décrypter l’actualité avec un regard critique et décalé. Cette sixième édition interrogera les représentations cinématographiques des formes d’inégalités dans le monde.

Thème 2022-2023 : « Frontières »

La notion de frontières n’est pas seulement un marqueur géographique, elle représente une séparation entre différentes communautés, un passage aussi entre des mondes possibles, des époques, des paradigmes. Frontières de genre, de classe sociale, d’aires géographiques, ces lignes de démarcation dessinent les fractures de notre monde contemporain. Organisé par l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et mk2, ce cycle propose chaque mois de venir découvrir une oeuvre cinématographique, suivie d’une discussion avec une chercheuse ou un chercheur afin de décrypter l’actualité d’une manière critique et décalée.

Séance du 13 mars 2023 : A.I. Intelligence artificielle, de Steven Spielberg

Projection du film A.I. Intelligence artificielle, de Steven Spielberg, commenté par l’historien Pierre-Antoine Marti. Il s'intéresse à l'histoire des représentations de l’avenir à travers la littérature d’anticipation en France des années 1950 aux années 1990. Il est doctorant au Centre de recherches historiques - CRH (EHESS/CNRS).

Réservez vos places

Intelligence artificielle, États-Unis, 2001, 2h26, VOST VF

Synopsis

Dans un XXIe siècle, où la fonte des glaces a submergé la majorité des terres habitables et provoqué famines et exodes, les robots sont devenus une composante essentielle de la vie quotidienne et assurent désormais la plupart des tâches domestiques.
Pourtant, le professeur Hobby veut aller encore plus loin en créant le premier androïde sensible : un enfant capable de développer un vaste répertoire d'émotions et de souvenirs.
Peu après cette annonce, David, un robot de onze ans, fait son entrée chez Henry et Monica Swinton, un couple dont le jeune fils a été cryogénisé en attendant la découverte d'un remède pour guérir sa grave maladie. Bientôt abandonné par sa mère adoptive, David entame un périlleux voyage à la recherche de son identité et de sa part secrète d'humanité.

 

Lieu

Mk2 Bibliothèque
Quai François Mauriac
75013 Paris

Économies d’empire

Économies d’empire

Vendredi 17 mars 2022 de 9h30 à 18h - Journée d'études

Dans le cadre du séminaire Histoire économique et sociale : acteurs, pratiques et marchés, la journée d'études organisée par Laurent Herment (CNRS UMR 8558), Niccolo Mignemi (CNRS UMR 8236, LIED), Mickaël Wilmart (EHESS, CRH), aura lieu le vendredi 17 mars 2023, de 9h30 à 18h. 

 

Présentation

L’économie globale des empires a fait l’objet de nombreuses études. Depuis une vingtaine d’années, plus que sur cette économie globale, l’historiographie a mis l’accent sur les acteurs de second plan et les pratiques ordinaires au cœur d’une pluralité de systèmes de mobilisation, de circulation et d’appropriation des ressources. Multipliant les échelles d’analyse, l’attention portée à ces figures a permis d’enrichir et de renouveler la compréhension des mécanismes de la domination impériale.

Pour ne prendre qu’un seul exemple, les projets de mise en valeur agricole dans les espaces coloniaux durant la période contemporaine ont fait l’objet d’un véritable réexamen grâce à ces nouveaux courants de recherches. L’accent mis sur les pratiques scientifiques et sur les réseaux de savoir a ainsi montré l’importance des liens qui existèrent entre, d’une part, les processus de récupération des savoirs locaux et, d’autre part, la circulation transnationale des connaissances et des produits. Dans le même temps, l’intérêt suscité par l’organisation des entreprises coloniales a conduit à réinterroger les projets de mise en valeur agricole sous l’angle de la mobilisation des ressources et de la main-d’œuvre.

S’inspirant des recherches récentes dans ce domaine, la journée d’études 2023 du GrHEco entend approfondir les nouvelles pistes que le cadre impérial ouvre dans l’étude des pratiques, des acteurs et des institutions économiques. Par ailleurs, loin de se cantonner aux colonies d’outre-mer des pays européens dans la période moderne et contemporaine, cette journée sera l’occasion pour élargir la focale à double titre. Sur le plan géographique, elle s’ouvrira à la Méditerranée et aux empires centraux d’Europe. Sur le plan temporel, elle envisagera aussi les problématiques propres aux empires des époques plus anciennes. Il s’agira finalement de présenter un ensemble d’études de cas, portant sur différentes périodes (Moyen-âge, époques moderne et contemporaine) qui permettent de mieux appréhender le fonctionnement des économies d’empire, à partir de la pluralité des situations et des contextes observables.

 

Programme

 

Lieu

EHESS/FMSH 54 boulevard Raspail, Salle du conseil A/BS1_28

Il sera possible d'assister à distance à la journée d'études en suivant ce lien : https://cnrs.zoom.us/j/93202211950?pwd=WmhzbUExSHl6RGErd1pQdlhFLzJEZz09

Histoire & Mesure : Qu’est-ce qu’une validation empirique ? Quantification, sources et administration de la preuve

Histoire & Mesure : Qu’est-ce qu’une validation empirique ? Quantification, sources et administration de la preuve

Mercredi 22 mars de 9h30 à 17h30 - Journée d'études

Présentation 

Les tensions entre sources et données sont au moins de deux natures :
– les unes peuvent s’apparenter aux traces issues du travail que les sociétés ont effectué sur elles-mêmes, les autres aux modélisations ou stylisations que les sciences sociales ont effectuées depuis ces mêmes matériaux ;
– les unes sont également supposées être propres à la démarche historiographique et empirique, les autres aux sciences sociales dites « dures » et aux méthodes plus systémiques qui seraient les leurs (économie, sociologie, démographie).
Toutefois ces régimes d’opposition méritent d’être remis en discussion. À cette fin, il est essentiel de questionner la relation nouée entre ces divers éléments : d’une part, en tenant compte de la multiplicité des « artefacts » qui sont à l’origine des données (textes narratifs ou normés, questionnaires, repères archéologiques, iconographies, etc.), de leur caractère plus ou moins réductible ou sériel ; et, d’autre part, en prenant en considération les historicités et les aires culturelles différentes dans lesquelles ils s’inscrivent.
En quoi le fait de travailler sur l’Antiquité ou sur l’époque contemporaine, sur la France ou sur l’Inde, affecte ou conditionne le passage de l’artefact à la quantification ? Par là même, comment la procédure de « validation » est-elle fondée, et quels en sont alors les attendus ? Plus largement, la preuve s’administre-t-elle de la même manière dès lors qu’un exercice historique repose sur la mesure des phénomènes, au-delà des contextes disciplinaires, des périodisations de l’histoire ou des partitions géographiques ?
Si l’on convient que l’abondance des sources et des artefacts ne peut seule suffire à influencer les possibilités de validation et de quantification, ainsi la réponse à toutes ces questions, à n’en pas douter, nécessite un examen en profondeur dont cette journée souhaiterait être l’occasion.

La journée d’étude s’organisera en quatre petits panels où seront réuni·es des historien·nes travaillant sur les grandes périodes de l’historiographie occidentale et des historien·nes d’autres aires culturelles travaillant sur des périodes comparables.
Dans chacun des panels, deux intervenant·es issu·es de deux aires différentes présenteront une étude de cas choisie pour sa portée illustrative sur le plan de la méthode ; il s’agira de mettre en avant la construction des sources/données/artefacts, avec une attention particulière portée aux contraintes que font peser les outils de mesure contemporains sur les réalités ainsi quantifiées, pour ensuite décrire la mobilisation de ces données quantitatives et leur intégration au raisonnement historique, et plus spécifiquement dans l’objectif d’une administration de la preuve. Cette analyse devra être attentive à favoriser le dialogue avec d’autres périodes et aires culturelles, sans se limiter à détailler ou singulariser l’exemple avancé.
Une table ronde finale cherchera à résumer et développer les principales lignes de discussion.

Organisation : Jean-Pierre Beaud, Éric Geerkens, Mathieu Marraud, Alessandro Stanziani

Contact : histoiremesure@services.cnrs.fr

Site de la revue : https://journals.openedition.org/histoiremesure


 

Programme

Mercredi 22 mars 2023

MATINÉE (9 h 30-12 h 30)

- Antiquité

  • Charles DOYEN (FNRS, Université catholique de Louvain), « La notion de “standard métrologique” dans l’Antiquité grecque »
  • Grégory CHAMBON (EHESS-Anhima), « L’historien face au scribe mésopotamien : comment affronter les données chiffrées des sources cunéiformes ? »

- Médiévale

  • Marie FONTAINE--GASTAN, (Université Gustave-Eiffel), « Objets funéraires du Moyen Âge et analyse factorielle des correspondances : la preuve en images »
  • Sébastien DE VALERIOLA (Université libre de Bruxelles), « Modélisation, méthodes quantitatives et histoire médiévale : le cas de l’analyse des réseaux de crédit »

APRÈS-MIDI (14 h-17 h)

- Moderne

  • Naveen KANALU RAMAMURTHY (EHESS-CRH), « La vérification comptable des procédures fiscales mogholes. Les enjeux de validation pour l’histoire économique de l’Inde précoloniale »
  • Mathieu MARRAUD (CNRS-CRH), « Preuve sociale et preuve chiffrée. Quelle mesure des grandeurs commerciales sous l’Ancien Régime ? »

- Contemporaine

  • Andrea BREARD (FAU, Erlangen-Nuremberg), « Liang Qichao (1873-1929), l’introduction de la notion de “statistiques historiques” 歷史統計學 et l’abondance des sources en Chine »
  • Fabrice BOUDJAABA (CNRS-CRH), « Pourquoi mesurer quand on peut faire autrement ? La mesure de la mobilité sociale en contexte d’industrialisation (Ivry, XVIIIe-XIXe siècle) »

TABLE RONDE

Modérateur : Alessandro Stanziani (EHESS, CNRS-CRH)

Participant·es : Jean-Pierre Beaud (UQAM, Montréal) ; Éric Geerkens (Université de Liège) ; Morgane Labbé (EHESS-CRH) ; Hernán Gustavo Otero (CONICET/Universidad Nacional del Centro de la Provincia de Buenos Aires)

 

Lieu

EHESS (Salle BS1-28, sous-sol)
54 bd Raspail
75006 Paris

Travail et environnement dans l'histoire

Travail et environnement dans l'histoire

Lundi 20 mars 2023 de 9h30 à 17h - Journée d'étude (Ruche-AFHMT)

Présentation

Cette rencontre, organisée par Alessandro Stanziani (GRHEN), soutenue par le Ruche et  l'Association française pour l'histoire des mondes du travail (AFHMT), se propose de dégager des pistes de réflexions autour des relations entre travail et environnement, en vue du colloque qui sera organisé par le Ruche en 2024 à Toulouse. Il s'agira de dégager des axes et des noms. De courtes interventions liminaires serviront de point de départ des discussions. C'est pourquoi, il est important que les membres des deux associations soient présents. Les discussions s'articuleront autour de trois axes principaux, qui ne préjugent nullement aux axes du colloque à venir : Industrialisation/désindustrialisation, santé et travail  ; Travail comme source d'énergie et Ressources et travail : le travail destiné à certaines activités de production et en même temps conduisant à puiser dans certaines ressources.

En savoir plus

 

Programme

Matinée

Axe 1 : Industrialisation/désindustrialisation, santé et travail
Avec des interventions de Renaud Bécot et Thomas Le Roux (GRHEN).

Axe 2 : Le travail des humains et des non-humains comme source d’énergie
Avec des interventions de François Jarrige, Alessandro Stanziani (GRHEN) et Jean-Baptiste Fressoz (GRHEN)

Après-midi

Axe 3 : Travail, ressources et exploitation
Avec des interventions de Solène Rivoal, Romain Grancher et Niccolo Mignemi

Discussion générale

 

Lieu

Centre Malher (Salle RDJ 1)
9, rue Malher
75004 Paris

 

Légende de la photo : Fumées d'usine, nord de l'Angleterre © Getty - Print Collector

Musique et imaginaires politiques dans l’Europe des années 1930

Musique et imaginaires politiques dans l’Europe des années 1930

24 et 25 mars - Atelier doctoral

Présentation

Un projet soutenu par la Maison des Sciences de l’homme de Paris-Saclay et la Fondation Royaumont.

Mené conjointement par des musicologues et des historiens, ce projet vise à interroger les imaginaires politiques des années 1930 en Europe à travers la musique. En tant que pratique sociale et source d’émotions esthétiques, la musique constitue une porte d’entrée privilégiée pour saisir la recomposition des imaginaires politiques et la remise en cause du modèle libéral dans les années 1930.
Comment, la modernité acoustique, marquée par l’accélération et l’internationalisation des appropriations et des circulations musicales (avec notamment l’essor du disque et de la radio), se conjugue-t-elle avec le déploiement d’imaginaires politiques réactionnaires dominés par des paradigmes locaux (nationaux et régionaux) ? L’opposition entre régimes autoritaires et démocraties libérales se traduit-elle dans la manière dont ces régimes mobilisent à des fins politiques ou diplomatiques ? Ces questions appellent à une approche doublement comparative : entre les différents genres musicaux (classique, chanson, opérette, jazz, folklore) et entre les différents pays européens.

Comité d'organisation : Marc‑Olivier Baruch (Ehess, CRH) ; Anaïs Fléchet (Université Paris-Saclay, UVSQ) ; Martin Guerpin (Université d’Évry Paris-Saclay) ; Philippe Gumplowicz (Université d’Évry Paris-Saclay) ; Barbara Kelly (University of Leeds) ; Federico Lazzaro (Université de Fribourg), Fritz Trümpi (University of Music and Performing Arts Vienna MDW), Thomas Vernet (Fondation Royaumont).

En savoir plus

 

Programme

Vendredi 24 mars

13h45
Accueil des participants

14h
Introduction

  • Anaïs Fléchet (Université Paris-Saclay, UVSQ)
    Les imaginaires politiques à l’épreuve de la musique (et vice-versa)

14h30-16h30
Des « semaines ordinaires » ? Regards croisés sur la programmation européenne

  • Marc-Olivier Baruch (École des hautes études en sciences sociales, CRH)
    Les programmes de spectacles parisiens dans la Semaine de Paris : une source possible ?

  • Philippe Gumplowicz (Université d’Évry Paris-Saclay)
    Premier parcours du Guide des concerts et de Comoedia dans la semaine du 7 février 1932

  • Benedetta Zuconi (Universität Bonn)
    Retracer la programmation musicale dans la Venise des années 1930

  • Barbara L. Kelly (University of Leeds, Royal Musical Association)
    Exploring the traces of musical life in 1930s Manchester (en ligne)

Discussion : Martin Guerpin (Université d’Évry Paris-Saclay)

17h-18h
Objets, traces et archives

  • Jonathan Thomas (École des hautes études en sciences sociales, CRAL)
    Symboles et imaginaires de la musique au disque politique

  • Thomas Vernet (Fondation Royaumont, responsable du département Bibliothèques et ressources)
    Les années 1930 dans les collections de la Fondation Royaumont

Discussion : Philippe Gumplowicz (Université d’Évry Paris-Saclay)

 

Samedi 25 mars

10h30-12h30
L’imaginaire politique. Pour quoi faire ?

  • Esteban Buch (École des hautes études en sciences sociales, CRAL)
    Imaginaire politique et pratiques du pouvoir

  • Martin Guerpin (Université d’Évry Paris-Saclay)
    La notion d’ « imaginaire politique » : quelles spécificités et quels champs d’application en musique ?

  • Philippe Gumplowicz (Université d’Évry Paris-Saclay)
    Partir d'Alphonse Dupont et de Raoul Girardet

  • Federico Lazzaro (Université de Fribourg)
    Musique et imaginaires politiques en France dans les années 1930 : pistes de réflexion

Discussion : Marc-Olivier Baruch (École des hautes études en sciences sociales, CRH)

12h30-14h : déjeuner

14h-15h30
Quelle Europe ? Comparaisons, circulations

  • Panagiota Anagnostou (École française d’Athènes)
    Modernité et folklore dans la Grèce des années 1930 (en ligne)

  • Fritz Trümpi (University of Music and Performing Arts Vienna MDW)
    Characteristics, perspectives (and prospective) of the Study of Music and Politics in Austria in the 1930s

  • Alexander Golovlev (HSE University, Moscou)
    Qu’écoutait-on en URSS en 1930 et 1935? État des lieux, enjeux méthodologiques et observations empiriques sur le cas de Moscou (en ligne)

Discussion : Anaïs Fléchet (Université Paris-Saclay, UVSQ)

16h-17h30 Discussion collective

 

Lieu

Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret
11, bis rue de Vézelay
75008 Paris

L’émergence de nouveaux marchés

L’émergence de nouveaux marchés

Du 29 au 31 mars 2023 - Congrès de l'AFHE

Présentation

Dans le sillage des réflexions déjà menées par les historiens sur les définitions de « marché et marchés », cette rencontre, oragnisée par  entend se focaliser sur ce moment même de l’émergence, ses causes, ses manifestations et ses conséquences, sur le temps long, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. Les questions auxquelles elle cherchera à répondre sont nombreuses. À partir de quels critères peut-on parler de « nouveau marché » ? Qu’entend-on par « ouverture » de nouveaux marchés ? Cela peut concerner la dimension géographique – des espaces nouvellement parcourus, un changement d’échelle, notamment le passage du local au global -, l’apparition d’un nouveau produit qui conquiert une nouvelle clientèle (comme la soie, le thé, les indiennes, l’automobile...), le changement de routes commerciales, … concernant des marchés de nature variée (financier, du travail, agricole, industriel, artistique…). Quels sont les facteurs qui concourent ou non à cette ouverture ? La naissance d’un nouveau marché peut ainsi s’expliquer par une innovation technique, commerciale, financière, qui favorise la mise sur le marché d’un nouveau produit ; par l’ouverture de nouvelles routes d’échange et de circulation ou par les révolutions des transports ; par de nouvelles modalités de distribution (marchés ouverts ou couverts, boutiques, supermarchés, colportage, vente par correspondance) ; par l’évolution de la démographie, des niveaux de vie et des habitudes de consommation (goûts, modes, cultures). Elle peut aussi être le « fait du prince » : privatisation de biens publics, délivrance d’autorisations de mise sur le marché, réglementation douanière… Ou bien encore elle peut être liée au développement d’une philosophie économique qui favorise ou encadre en arrière-plan la dynamique (mercantilisme, libéralisme, protectionnisme…) ou à une stratégie de conquête géopolitique.

Comité d’organisation :Stéphane Bourdin (Université Lumière Lyon 2-HISOMA), Natacha Coquery (Université Lumière Lyon 2-LARHRA), Guillaume Garner (ENS Lyon-LARHRA), Jean-Louis Gaulin (Université Lumière Lyon 2 CIHAM), Hervé Joly (CNRS-Triangle), Marguerite Martin (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne-IDHES), Manuela Martini (Université Lumière Lyon 2-LARHRA), Laure Quennouëlle-Corre (CNRS, CRH), François Rivière (Université d’Évry-IDHES), Catherine Virlouvet (Aix-Marseille Université-CCJ)

Comité scientifique : Mathieu Arnoux (Université Paris Cité-LIED), Stéphane Bourdin (Université Lumière Lyon 2-HISOMA), Véronique Chankowski (Ecole Française d’Athènes), Natacha Coquery (Université Lumière Lyon 2-LARHRA), Jean-Claude Daumas (Université de Franche-Comté), James Davis (Queen’s University Belfast), Federico De Romanis (Université de Roma 2 Tor Vergata) Guillaume Garner (ENS Lyon-LARHRA), Jean-Louis Gaulin (Université Lumière Lyon 2 CIHAM), Hervé Joly (CNRS-Triangle), Marguerite Martin (Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne-IDHES), Manuela Martini (Université Lumière Lyon 2-LARHRA), Laure Quennouëlle-Corre (CNRS-CRH), Giorgio Riello (Institut Universitaire Européen, Florence), François Rivière (Université d’Évry-IDHES), Catherine Virlouvet (Aix-Marseille Université-CCJ)

 

Programme

 

Lieu

Auditorium des Archives départementales du Rhône et de la métropole de Lyon
34, rue du Général Mouton-Duvernet
69003 Lyon

(descendre à la gare de Lyon Part-Dieu, sortie Villette, accès possible en tramway ligne T4 direction Hôpital Feyzin-Vénissieux, une station jusqu’à l’arrêt « Archives départementales », sinon en moins de 10 mn à pied le long de la rue de la Villette).

Les langues de l'histoire

Les langues de l'histoire

Du 7 au 10 mars - Semaine de l'Histoire 2023

Présentation

Le département d’histoire de l'ENS-PSL, en partenariat avec le Centre de formation des Journalistes vous convie à une semaine de l’histoire autour du thème «  Les langues de l’histoire ».

Deux mille cinq cents langues seraient aujourd’hui menacées dans le monde selon l’UNESCO, qui édite depuis 1996 un Atlas des langues en danger dans le monde. Inquiétant, le constat de l’érosion de la diversité linguistique à l’échelle globale, qui va de pair avec celle de la biodiversité, est pourtant aussi l’un des effets de l’intérêt toujours plus grand que les sciences humaines et sociales portent au fait linguistique.

L’histoire ne fait pas exception. Comme ces films où des personnages venus d’horizons géographiques ou sociaux très différents semblent se comprendre sans difficulté (il faut bien que l’intrigue avance), l’histoire a longtemps invisibilisé les langues. Les langues étaient certes des outils de travail et des marqueurs professionnels (les médiévistes se doivent de savoir le latin, comme les spécialistes de la Turquie le turc), mais elles n’étaient pas un objet d’étude. Or dans le sillage du développement fulgurant de l’histoire globale et d’une nouvelle philologie attentive à la matérialité des textes, peut-être aussi en réaction à la domination écrasante de l’anglais dans la production académique, la prise de conscience que toutes les interactions sociales du passé mettent aux prises des acteurs qui parlent ou écrivent en langues, est en passe de bouleverser profondément la texture même de l’histoire telle qu’elle s’écrit aujourd’hui.

Organisée en partenariat avec le Centre de formation des journalistes (CFJ), cette Semaine de l’histoire interrogera la multiplicité des usages sociaux et politiques de la langue et des langues dans la longue durée, jusqu’à aujourd’hui où ces enjeux restent vivaces quoique souvent ignorés. Le maintien de l’anglais comme langue de communication au sein du Parlement européen a par exemple été vivement débattu depuis le départ de la Grande-Bretagne de l’Union, en janvier 2020. Vecteurs de communication et instruments de pouvoir, véritables archives vivantes où se donne à lire l’histoire des sociétés, les langues font aujourd’hui l’objet d’approches diverses, dont on s’efforcera de prendre la mesure, sans prétention à l’exhaustivité.

En savoir plus

 

Programme

Mardi 7 mars 2023

Les langues, la traduction et l’universel

  • Ouverture 14h-14h45 / Salle Jaurès

  • 14h: Mots de bienvenue de Valérie Theis (directrice adjointe de l’ENS) et Stéphanie Lebrun (directrice du CFJ) et et Hélène Blais (directrice du département d’histoire de l’ENS)

  • 14h15 : L’histoire au prisme des langues par Clément Carnielli, Sylvia Estienne, Rahul Markovits et Pierre Salmon

  • Entretien 14h45 - 15h30 / Salle Jaurès
    Traduction et hospitalité
    avec Souleymane Bachir Diagne (Columbia University), animé par Héloïse Kolebka (rédactrice en chef du magazine L’Histoire)

  • Conférence d’ouverture 16h - 17h30 / Salle Jaurès
    La République, l’islam et les langues : Renan idéaliste ? par Markus Messling (Universität des Saarlandes)

Mercredi 8 mars

Lost in translation

  • Table-ronde 9h - 11h / Salle Jaurès
    Interprètes et fixeurs : une histoire sociale des médiations linguistiques

    avec Nicolas Drocourt (université de Nantes), Thomas Brignon (université de la Sorbonne Nouvelle), Franziska Heimburger (Sorbonne Université), Taha Siddiqui (journaliste) animée par Jean-François Lassalmonie et Adrien Souche

  • Table-ronde 11h15 - 13h / Salle Jaurès
    Déchiffrer, collecter et imprimer les langues

    avec Gilles Van Heems (université Lumière - Lyon 2), Fabien Simon (université Paris Cité) et Camille Désenclos (université de Picardie) animée par Stéphane Van Damme et Maïlys Gué

  • Table-ronde 14h - 16h / Salle Jaurès
    Les langues non verbales et leur histoire

    avec Yann Cantin (université Paris 8), Florence Encrevé (université Paris 8) , Laura Cappelle (journaliste) animée par Sylvia Estienne et Callysta Croizer

  • Entretien 16h30 - 18h / Salle Jaurès
    Retour sur le linguistic turn

    avec Jacques Revel (EHESS) et Sabina Loriga (EHESS) animée par Rahul Markovits et Simon Astrup-Gay

Jeudi 9 mars

Politiques de la langue

  • Table-ronde 9h - 11h / salle des Actes
    Langues et empires

    avec Laurent Capdetrey (université de Bordeaux-Montaigne), Naveen Ramamurthy (EHESS) et Camille Lefebvre (CNRS) animée par Rahul Markovits et Tom Louis

  • Table-ronde 11h15 - 13h / salle des Actes
    Réformer la langue : politiques linguistiques et ingénierie sociale

    avec Petros Diatsentos (Aix-Marseille université), Lin Xiao (ENS), Timour Muhidine (Inalco), Ana Maria Girleanu (université de Strasbourg) animée par Julien Zurbach et Paul Karras

  • Table-ronde 14h - 16h / salle des Actes
    Novlangues et langues du pouvoir

    avec Dzovinar Kevonian (université de Caen), Clément Lenoble (CNRS), Jean-Luc Chappey (université Paris-1 Panthéon-Sorbonne) et Abel Mestre (journaliste au Monde),  animée par Pierre Salmon et Angélique Brousse

  • Conférence 16h30 - 18h / salle des Actes
    « Féminiser la langue française, ou revenir sur sa masculinisation ? Une histoire longue du rapport de la langue française et du genre »
    par Éliane Viennot (université de Saint-Étienne) animée par Hélène Blais et Lou Laval-Matip

  • Projection 19h - 21h30 / salle Dussane
    Le toit de la baleine
    (Raoul Ruiz, 1981)
    animée par Nicolas Le Thierry d’Ennequin (Cinémathèque française) et Pierre Déléage (CNRS)

Vendredi 10 mars

L’historien.ne et les langues

  • Conférence 9h30 - 10h30 / salle des Actes
    « The language of religion and ideology in 19th century medicine »
    par Kaat Wils (KU Leuven)

  • Entretien 11h - 12h30 / salle des Actes
    Traduire Hitler

    avec Olivier Mannoni et Florent Brayard (CNRS) animé par Hélène Blais et Cécile Francfort

  • Table-ronde 14h - 16h / salle des Actes
    Concepts nomades et intraduisibles en sciences sociales

    avec Olivier Christin (université de Neuchâtel), Stephen Sawyer (American University in Paris), Marie Walin (EHESS)
    animée par Clément Carnielli, Olga Sturua et Guillaume Daudé

  • Table-ronde de clôture 16h30 - 18h / salle des Actes
    Langues et migrations dans le monde contemporain

    avec Dewran Evdirehîm (poète, atelier artistes en exil), Pascale Laborier (université Paris-Nanterre), Maryam Madjidi (écrivaine)
    animée par Pierre Salmon (ENS) et Youssef El Alaoui (étudiant ENS)

Lieux

École Nationale Supérieure
29 et 45, rue d'Ulm
75005 Paris

 

 

 

Légende de l'illustration : La tour de Babel (1958), par Endre Rozsda © Wikimédia Commons

Jean-Claude Schmitt, Retour vers le futur : l'Apocalypse au Moyen Âge

Jean-Claude Schmitt, Retour vers le futur : l'Apocalypse au Moyen Âge

Jeudi 30 mars de 17h30 à 19h30 - 18e Conférence Eugène Fleischmann

Présentation

À l'invitation de la Société d’ethnologie, Jean-Claude Schmitt (EHESS/CRH-AHLOMA) prononcera la 18e conférence Eugène Fleischmann.

Avant de signifier la catastrophe absolue, l'apocalypse est la "révélation" des choses futures. Connaître le futur est l'apanage des prophètes. Mais prétendre le maîtriser fut le propre des rois et des chefs révolutionnaires. Et si l'Apocalypse était avant tout un outil politique ?

Entrée libre, inscription : societe.ethnologie@gmail.com

 

Lieu

Musée du Quai Branly (Salle de cinéma)
37, Quai Jacques Chirac
75007 Paris

 

Exposition ORIENT-EXPRESS & Cie : itinéraire d’un mythe moderne

Exposition ORIENT-EXPRESS & Cie : itinéraire d’un mythe moderne

Du 17 mars au 21 mai 2023 - Exposition

Commissaires : Eva Gravayat, Arthur Mettetal (Docteur en histoire, EHESS-CRH)
Exposition coproduite par le Fonds de dotation Orient-Express et les Rencontres d’Arles

Objet technique devenu icône culturelle, l’Orient-Express a cristallisé une multitude de récits et de représentations basés sur des faits réels ou inventés. Or, avant de devenir un objet littéraire et cinématographique, l’Orient-Express est d’abord le train d’une compagnie ferroviaire : la Compagnie internationale des wagons-lits (CIWL). Exploité entre 1883 et 1977 et reliant Paris à Constantinople, puis Istanbul, il est le premier d’une série de trains de luxe internationaux. Sa création a constitué un tour de force diplomatique et économique à une période où le chemin de fer est utilisé comme un instrument au service du pouvoir politique des empires et États.

Les œuvres et les photographies présentées dans l’exposition Orient-Express & Cie. Itinéraire d’un mythe moderne sont issues du fonds d’archives de l’ancienne Compagnie internationale des wagons-lits. Épreuves photographiques mais également plans, cartes, dessins techniques ou encore affiches publicitaires d’époque, l’exposition rassemble plus de 200 pièces qui inscrivent l’Orient-Express dans son contexte historique global. Si la plupart des photographies sont anonymes, d’autres sont signées de célèbres ateliers tels Paul Nadar, Albert Chevojon ou encore Sébah & Joaillier. Au-delà du mythe, l’exposition révèle toute l’ingénierie d’un train de luxe rendue possible par un impressionnant réseau d’ateliers et de services (blanchisseurs, ébénistes, chaudronniers, etc.).

 

Un train peut en cacher un autre

Avec l’Orient-Express, le Rome-Express est l’un des grands trains les plus prestigieux de la Compagnie des wagons-lits. Mis en service en décembre 1883, il relie Paris à Rome en longeant d’abord la Riviera française puis les Riviera du Ponant et du Levant italiennes. Présentées aujourd’hui à la Villa Médicis, archives et photographies témoignent de cette aventure ferroviaire franco-italienne.

L’exposition présente également un travail inédit de la photographe française Sarah Moon réalisé dans le cadre d’une aide à la création du Fonds de dotation Orient Express. À différentes reprises, l’artiste a voyagé sur les traces ferroviaires de l’Orient-Express, empruntant ses parcours réels et imaginaires.

L’exposition explore le train comme lieu de tous les possibles, entre histoire et fiction. Mathias Enard, écrivain lauréat du prix Goncourt en 2015 pour son livre Boussole (Actes Sud) et ancien pensionnaire de la Villa Médicis en 2005-2006, s’est emparé du mythe pour embarquer le visiteur dans un docu-fiction sonore produit spécialement pour l’exposition, en partenariat avec France Culture. L’auteur dont l’œuvre ne cesse d’arpenter les points de rencontre entre Orient et Occident propose un nouveau récit conté le long de la ligne du Rome-Express : les épisodes sont à écouter en cheminant de salle en salle à la rencontre du mythe, ou en rediffusion sur le site et l’application France Culture.

Cette exposition présente des documents issus du Fonds de Dotation Orient-Express, de la Collection Pierre de Gigord Paris, du Fonds SNCF, SARDO, Centre National des Archives Historiques, du ministère de la Culture, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine et de la Fondazione FS Italiane.

Au-delà. Rituels pour un nouveau monde, avec Josèfa Ntjam et Madeleine Planeix-Crocker

Au-delà. Rituels pour un nouveau monde, avec Josèfa Ntjam et Madeleine Planeix-Crocker

8 et 9 avril 2023 - Performance, rencontre

Présentation

L’exposition Au-delà. Rituels pour un nouveau monde rassemble des artistes de différentes générations et transforme Lafayette Anticipations en un voyage évoquant des rituels ancestraux et contemporains, individuels et collectifs, païens et divins, à la recherche d’une nouvelle forme de sacré.

Alors que la Terre apparaît de plus en plus étrangère et hostile, que les êtres semblent détachés de la magie et du pouvoir du monde, le désir de réinventer des rituels et des langages peut être considéré comme une contre-culture en réaction à la dégradation du vivant et de la vie. Le sujet du rituel – de ce qui nous fait chanter, pleurer ou danser – raconte une part d’histoire de notre humanité et dessine aussi celle que nous espérons inventer.  Se déployant comme un parcours chorégraphié, à travers des œuvres nouvelles et d’autres  rarement exposées, historiques, modernes et contemporaines, issues des domaines de l'art, de la musique, des arts textiles et du théâtre, cette exposition nous emmène dans un monde en constante transformation. Elle nous entraîne "au-delà", plus profondément en nous-mêmes et dans les strates du temps, afin de renforcer notre présence.

En savoir plus

 

Programme

Dans le cadre de cette exposition, l'artiste Josèfa Ntjam et Madeleine Planeix-Crocker (doctorante CRAL/CRH-Histoire du Genre) nous proposent deux rencontres :

Samedi 8 avril de 19h30 à 20h30

Holy Water : Discussion avec Mami Wata

Rencontre avec l'artiste Josèfa Ntjam autour des archives visuelles, récits et sources musicales qui irriguent sa performance Holy Water : Discussion avec Mami Wata, présentée la veille à Lafayette Anticipations. En conversation avec Madeleine Planeix-Crocker, curatrice associée, doctorante (CRAL-CRH).


Dimanche 9 avril de 14h30 à 16h30

Dérives with Josèfa Ntjam

A discussion with the artist Josèfa Ntjam about the visual archives, narratives and musical sources that irrigate her performance Holy Water: Discussion with Mami Wata, presented the day before at Lafayette Anticipations. In conversation with Madeleine Planeix-Crocker (doctorante CRAL/CRH), associate curator.

 

Lieu

Lafayette Anticipations
Fondation Galeries Lafayette
9, rue du Plâtre
75004 Paris

 



 

Voir, Écouter, Toucher. Discours, iconographies et pratiques sensorielles en danse (2)

Voir, Écouter, Toucher. Discours, iconographies et pratiques sensorielles en danse (2)

Lundi 17 avril 2023 de 10h à 17h30 - Journée d'étude

Présentation

Les journées d’études Voir. Écouter. Toucher, organisées par Elizabeth Claire (Histoire du Genre) Mariem Guellouz (MCF à l’UPC, Cerlis) et Eléa Lauret-Baussay (Doctorante en Histoire et civilisations à l’EHESS, CRAL-CRH) , se dérouleront en printemps 2023 en trois temps qui correspondent à trois axes thématiques : voir/écouter/toucher en danse. Cette triple répartition reprend l’idée d’une pensée travaillée à partir du verbe et de l’action que nous avons expérimentée dans nos journées d’études virtuelles en 2021, Transmettre la danse : Organiser. Contaminer. Greffer.

Ces journées ont pour objectif d’aborder les pratiques dansées du point de vue de l’expérience sensorielle et de décentrer les savoirs en histoire culturelle des pratiques dansées. Comme toute activité sociale historiquement, culturellement et géographiquement située, la pratique de la danse engage la production de biens matériels et symboliques qui favorisent les transmissions ; les circulations, les pratiques, les discours et les techniques de danse ; les savoirs sur le corps et les danses ; les traces d’évènements, de rites, de divertissements, d’œuvres, de répertoires ; les transactions financières, les biens économiques ; les lieux plus ou moins spécifiquement consacrés à la pratique des danses. Les activités sociales liées à la danse ont en partage la production de normes – coutumes, traditions et instruments juridiques – qui définissent les modalités d’accès des acteurs historiques aux pratiques, aux savoirs, aux institutions et collectifs qui encadrent la production des danses.

Les trois journées d’études privilégient ainsi l’exploration des trois axes thématiques suivants :
1) « voir » qui aura pour objectif d’interroger des processus de spectacularisation et les rapports entre réception et production. Un intérêt particulier sera porté sur les questions liées à l’histoire du genre et à l’intersection avec l’orientalisme et aux pratiques, discours et cultures visuelles coloniaux
et postcoloniaux ;
2) « écouter » qui portera sur la question de l’écoute en danse. Les rapports entre danse et musique et la danse en tant que pratique d’écoute. Comment décentrer la vue en tant que sens essentiel dans les pratiques de transmission au profit de l’écoute ? L’importance de l’écoute de la parole sur/de la danse et l’écoute de la danse en elle-même dans toute pratique dansée ;
3) « toucher », invitera à une perspective décentrée de l’histoire de la danse et proposera de réfléchir à une éthique de la (ré)appropriation des savoirs corporels occidentaux et (non)occidentaux, des notions d’étrangeté et d’altérité qui y sont liées. Comment toucher sans toucher le corps ? Quel est la place du toucher dans la construction sensorielle et somatique du corps du danseur ? Quel lien entre le toucher et la notion de contact, de connexion ou de communication liée à la danse ?

Contact : elizabeth.claire@ehess.fr

Pour s'inscrire : https://enseignements.ehess.fr/2022-2023/ue/536

 

Programme

  • 10h00-11h00 : Accueil et introduction de la thématique « Écouter », et présentation de la bibliographie thématique et d’exemples issus de la recherche de M. Guellouz

  • 11h15-12h00 : Présentation de recherche, Victoire Jacquet (Univ. Nanterre),
    « Pratiques et imaginaires d’une danse contemporaine à Marrakech. Danser, au-delà d’une écoute de soi, cultiver l’alerte »

12h00-13h30 - Pause midi

  • 13h30-14h45 : Discussion des textes (diffusés à l’avance).

  • 15h00-15h45 : Présentation de recherche, Sarah Teraha (EHESS, CRAL),
    « Le corps électronique de Laurie Anderson : récepteur et émetteur sonore »

  • 16h00-17h15 :  *Studio A1 163, Univ. Paris 8, Département Danse
    Workshop pratique et théorie, Kamnoush Khosrovani,
    « Samâ, une écoute agie ;quelles éthiques pour penser et partager les outils expérientiels d’un rituelconfidentiel en Iran ».

  • 17h15-17h30 Discussion et remarques de conclusion (M. Guellouz)

Lieu

Université Paris 8
Maison de la Recherche (Salle MR 215)
2, rue de la Liberté
93200 Saint-Denis

Simona Cerutti (EHESS) et Emilia Schijman (EHESS), « Écrire à l’autorité dans le passé et dans le présent », avec Jean-Frédéric Schaub

Simona Cerutti (EHESS) et Emilia Schijman (EHESS), « Écrire à l’autorité dans le passé et dans le présent », avec Jean-Frédéric Schaub

Mardi 18 avril de 15h à 16h - EHESS Spring Talks 2023

Présentation

L’EHESS lance la troisième édition de ses EHESS Spring Talks, le « Mois de l'international de l’EHESS », du 27 mars au 21 avril 2023. Cet événement, composé de rencontres virtuelles quotidiennes, valorise l’activité de formation par la recherche propre à l'EHESS, fondée sur le dialogue interdisciplinaire.

Durant un mois, l’EHESS propose au monde entier quinze visioconférences avec trente enseignants-chercheurs de tous horizons, géographiques comme disciplinaires.

Ces rencontres virtuelles, destinées aux étudiants et aux enseignants-chercheurs internationaux, sont organisées chaque année, avec de nouvelles interventions, de manière à couvrir progressivement une variété de séminaires représentatifs des approches et thématiques de l'École.

Lors des quinze rencontres du 27 mars au 21 avril 2023, les chercheurs échangeront en direct avec un modérateur pendant une heure sur leur séminaire de recherches, en anglais ou en français. Les intervenants pourront aussi présenter leurs ouvrages ou revues de recherche. L’échange sera suivi d’une discussion avec les participants en ligne.

Toutes les séances se tiennent à 15h (heure de Paris) pour être accessibles au plus grand nombre, et sont enregistrées et disponibles en différé sur la chaîne YouTube de l’EHESS.

Contact : international@ehess.fr

 


Programme

Simona Cerutti (EHESS) et Emilia Schijman (EHESS), « Écrire à l’autorité dans le passé et dans le présent »,
Discutant : Jean-Frédéric Shaub (EHESS)

Pour s'inscrire à cette séance

Séance en anglais

La diffusion extraordinaire des requêtes adressées aux autorités dans des temps et des espaces très différents est frappante. Aujourd’hui comme à l’époque moderne, la plus haute autorité politique de la plupart des pays du monde reçoit chaque année des milliers de lettres de ses administrés, demandant la prise en compte d’une situation particulière.

Comment travailler sur un objet au croisement des chronologies aussi différentes ? quelle est la « boîte à outils » nécessaire pour dégager à la fois la spécificité de chaque source et l’inscrire en même temps à l’intérieur d’un modèle de communication traditionnel entre gouvernants et gouvernés ? Des formations disciplinaires différentes se révèlent essentielles pour soumettre les sources à des questionnements dépaysants, et reconstituer ainsi de la manière la plus fidèle possible l’expérience des acteurs sociaux.

Cette rencontre vise à rendre compte d’une expérience de séminaire à l’Ecole des Hautes Etudes coordonné par une historienne de l’époque moderne et une sociologue et à réfléchir ensemble aux apports et aux limites d’une approche interdisciplinaire.

Programme complet

Nobles dames et histoire des émotions. Atelier et études

Nobles dames et histoire des émotions. Atelier et études

Vendredi 7 avril 2023 de 13h à 18h - Journée d'étude doctorale

Présentation

Longtemps assimilée à l’histoire des mentalités, la question de l’étude des émotions commence depuis quelques années à connaître sa propre évolution. Elle se concentre sur l’articulation entre codes socioculturels, conjonctures et individualités. Pouvant souvent mener à la spéculation, l’histoire des émotions est à écrire avec prudence, nonobstant, elle permet d’apporter un éclairage nouveau sur les actions des acteurs du passé. Les émotions mises en scènes dans les textes, tels que les traités, les chroniques ainsi que dans les romans et dans l’iconographie, sont autant de témoins des préoccupations du temps. Cependant, il s’agit bien là de textes et d’images travaillés. Même les correspondances, associées à une forme d’intimité, sont souvent codifiées, destinées à être reçues et lues dans des contextes bien particuliers qu’il ne faut pas négliger. Mais, cela signifie-t-il qu’il est impossible de déceler l’émotion dans une source historique ?
La mise en relation de différents facteurs offre des clefs de compréhension, au- delà de ce que les individus veulent bien laisser entendre. De plus, la prise en compte des réseaux, de l’agentivité, de la corporalité, de la gestuelle, des espaces ou de l’iconographie permettent de déceler le sentiment dissimulé sous les normes des sources qui nous sont parvenues.

Dans cet atelier sur l’histoire des émotions, nous nous intéresserons, sur différentes périodes historiques, à la question des sources produites par les femmes occupant des rangs sociaux élevés, afin de comprendre les enjeux de méthode qui existent quand on travaille sur les femmes nobles et leurs émotions.

Lien de connexionhttps://bbb.ehess.fr/b/jul-kxc-rfh-hd1

 

 

 

Comité d’organisation :

Julie Özcan (CRH, EHESS)
Matthieu Mensch (ARCHE, Univ. Strasbourg) :
Clara Kalogérakis (IRHiS, Univ. Lille, Univ. Castilla-La Mancha)

julie.ozcan@ehess.fr,

 

Programme

13h Introduction, Clara Kalogérakis (IRHiS, Univ. Lille, Univ. CasYlla-La Mancha)
Julie Özcan (CRH, EHESS)
, Machieu Mensch (ARCHE, Univ. Strasbourg)


14h
Histoire médiévale/moderne : discutante, Clara Kalogérakis

  • Camille Rutsaert (CRHiDI, Univ. Saint-Louis-Bruxelles, LaRHiS, CEMR, UCLouvain)
    « De l’amour, de l’affection, de la
    sollicitude ou juste de l’attention, la construction des émotions en dialogue entre un discours trop construit et l’absence d’information. Jeanne de Brabant (1322-1406), une amoureuse malaimée ? »

  • Annabelle Marin (Centre Roland Mousnier, Sorbonne Université)
    « Caractériser le pouvoir relationnel de l’aristocrate : Quelles sources pour une archéologie des sentiments des nobles dames ? »

  • Lucie Jardot (LAMOP, Paris I Panthéon-Sorbonne)
    « L’affecEo conjugalis dans les lecres d’Isabel de Portugal et de Charles Quint : amour ou émotions stéréotypées ? »

15h15 Pause
15h45 – Histoire moderne : discutante Julie Özca

  • Clara Kalogérakis (IRHiS, Univ. Lille, Univ. CasYlla-La Mancha)
    « Argent, maison et émotions : relire les mariages
    des infantes d’Espagne par leurs sources de revenus (1496-1530) »

  • Pascale Mormiche (DYPAC, Univ. Cergy-Pontoise)
    « Pas d’émotions chez les princesses ? »

16h40 Pause
17h – Histoire moderne/contemporaine

  • Jean de Saint Blanquat (IREL, EPHE),
    « “Triste et contrariée”. Émotions mises en avant ou de côté dans l'autobiographie de Kata Bethlen »

  • Machieu Mensch (ARCHE, Univ. Strasbourg),
    « Des larmes au rire, les sentiments de la duchesse de Berry dans sa correspondance familiale (1820-1822) »

Lieu

EHESS (Salle AS1_08)
54, boulevard Raspail
75006 Paris

 

 

Illustrations : Frank Cadogan Cowper, Henry VIII and Catherine of Aragon before Papal Legates at Blackfriars,1529, 1910.
Joseph Caraud, La Reine Marie-Antoinette et sa fille, Madame Royale, à Versailles, 1870.

Tout de moi ne disparaîtra pas, de Joanna Grudzinska

Tout de moi ne disparaîtra pas, de Joanna Grudzinska

Samedi 15 avril 2023 à 18h - Projection-débat

Présentation

Film documentaire • France, Pologne • 2022 • 78 minutes • Les Films du Bilboquet
Projection suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Joanna Grudzinska avec :

Synopsis du film
Zuzanna Ginczanka est née en pleine révolution russe à Kiev, devenue en cette année 1917 capitale de l’Ukraine soviétique. Elle grandit dans la toute jeune Pologne indépendante, une région de l’Ukraine actuelle, avant de monter à Varsovie pour y accomplir son destin littéraire. Mais la Seconde Guerre mondiale éclate et la force à partir se cacher à Lviv, envahie par la Russie soviétique puis prise par les nazis en 1941. Trois ans plus tard, elle meurt assassinée dans une prison de Cracovie, à l’âge de 27 ans.
Zuzanna Ginczanka appartient à la première génération de l’intelligentsia juive formée en Pologne, dans une géographie aujourd’hui disparue, sur un territoire de nouveau ensanglanté. Nous avons décidé de raconter sa poésie et sa vie à l’envers, de sa mort à sa naissance. Un temps inventé au présent pour retracer une trajectoire fulgurante qui s’incarne dans son œuvre sensuelle, féministe et révoltée.

 

Lieu

Cinéma Le Saint-André-des-Arts
30, rue Saint-André des Arts
75006 Paris


 

Étienne Anheim,

Étienne Anheim, "Les Annales : la revue, l'École", avec Leopoldo Iribarren

Mardi 11 avril de 15h à 16h - Springs Talks EHESS 2023

Présentation

L’EHESS lance la troisième édition de ses EHESS Spring Talks, le « Mois de l'international de l’EHESS », du 27 mars au 21 avril 2023. Cet événement, composé de rencontres virtuelles quotidiennes, valorise l’activité de formation par la recherche propre à l'EHESS, fondée sur le dialogue interdisciplinaire.

Durant un mois, l’EHESS propose au monde entier quinze visioconférences avec trente enseignants-chercheurs de tous horizons, géographiques comme disciplinaires.

Ces rencontres virtuelles, destinées aux étudiants et aux enseignants-chercheurs internationaux, sont organisées chaque année, avec de nouvelles interventions, de manière à couvrir progressivement une variété de séminaires représentatifs des approches et thématiques de l'École.

Lors des quinze rencontres du 27 mars au 21 avril 2023, les chercheurs échangeront en direct avec un modérateur pendant une heure sur leur séminaire de recherches, en anglais ou en français. Les intervenants pourront aussi présenter leurs ouvrages ou revues de recherche. L’échange sera suivi d’une discussion avec les participants en ligne.

Toutes les séances se tiennent à 15h (heure de Paris) pour être accessibles au plus grand nombre, et sont enregistrées et disponibles en différé sur la chaîne YouTube de l’EHESS.

Contact : international@ehess.fr

 

 

 

Programme

Séance en français

Le succès mondial de ce qu'on appelle "L'Ecole des Annales" a fini par faire disparaître la revue derrière une constellation intellectuelle bien plus vaste, appuyée sur une institution, l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Pourtant, la revue, fondée en 1929, précède de plusieurs décennies l'utilisation du terme d'Ecole des Annales et la fondation de l'EHESS, en 1975. Presque un siècle après le moment fondateur incarné par Marc Bloch et Lucien Febvre, on voudrait proposer une relecture qui conjoigne histoire intellectuelle et histoire sociale, pour tenter de distinguer clairement la revue de l'Ecole, et de comprendre les relations entre ces deux réalités historiographiques.

Pour s'inscrire à cette séance : https://register.gotowebinar.com/register/3580641408999722840

Programme complet


Felicia McCarren (Tulane University, Fulbright-Tocqueville Distinguished Chair), Histoires naturelles, histoires culturelles en scène :  chorégraphies, écologies, savoirs

Felicia McCarren (Tulane University, Fulbright-Tocqueville Distinguished Chair), Histoires naturelles, histoires culturelles en scène : chorégraphies, écologies, savoirs

Lundi 17 avril 2023 à 17h30 - Conférence de l'IEA

Présentation

Discours Fulbright de Felicia McCarren, Professeure invitee au CRH, EHESS (Tulane University / Fulbright-Tocqueville Distinguished Chair, printemps 2023)

La scène de danse historique se révèle un lieu de réflection sur l’histoire naturelle, posant parfois les mêmes questions que celles posées dans les sciences dures et sociales. En focalisant sur des exemples chorégraphiques historiques, Felicia McCarren veut montrer une danse porteuse d’idées sur la nature, et interrogeant les savoirs contemporains sur les corps humains et les non-humains.

Pour s'inscrire : www.paris-iea.fr

 

Felicia McCarren, professeur de français à l’Université de Tulane, à la Nouvelle-Orléans, est historienne et théoricienne du spectacle vivant. Elle a enseigné aux Etats-Unis, en Suède, en Espagne, en Belgique, en Grande-Bretagne et en France et elle participe au séminaire sur l’Histoire culturelle de la danse de l’EHESS.
Son dernier livre, French Moves: The Cultural Politics of le hip-hop a reçu le Outstanding Publication Award du Congrès de recherche en danse et le De la Torre Bueno Prize de la Society of Dance History Scholars. En savoir plus

 

Lieu

Institut d’Etudes Avancées de Paris
17, Quai d’Anjou
75004 Paris

Pouvoirs de l'imagination. Approches historiques (1)

Pouvoirs de l'imagination. Approches historiques (1)

Vendredi 14 avril 2023 de 9h à 17h - Journée d'étude

Présentation

Séminaire EHESS/CNRS organisé par Elizabeth Claire (chargée de recherche au CNRS), Béatrice Delaurenti (maître de conférences à l’EHESS), Roberto Poma (maître de conférences à l’Université Paris Est-Créteil) et Koen Vermeir (chargé de recherche au CNRS). Le séminaire est financé par le CRH, Sphere, l’UPEC ; la journée du 12 mai est financée par l’ANR ANTHRAME.


La notion d’imagination est aujourd’hui considérée comme un objet d’étude à part entière, après avoir longtemps été discréditée par la recherche scientifique. Néanmoins, dans la littérature moderne et contemporaine, l’imagination est généralement présentée de manière négative, comme une faculté mentale susceptible de provoquer l’erreur, l’illusion ou le péché. Nous voudrions aller à l’encontre de cette conception en étudiant une tradition intellectuelle et pratique alternative et méconnue : depuis les XIIe-XIIIe siècles jusqu’au début du XIXe siècle, des penseurs et des praticiens appartenant à des diverses disciplines, s’exprimant depuis des positions institutionnelles variées, ont soutenu l’idée que l’imagination possède de grands pouvoirs.
Comme l’année précédente, le séminaire fonctionnera autour de ces textes à la manière d’un atelier, et s’attachera à mettre en œuvre un travail collectif de discussion, d’analyse et de confrontation des sources sur la longue durée.
Le séminaire prendra la forme de trois journées complètes les deuxièmes vendredis des mois de  avril, mai, juin (14 avril, 12 mai et 9 juin). Il se tiendra à la fois en présentiel et en distanciel.

Pour recevoir les informations relatives à ces journée, en particulier le lien de connexion, il est recommandé de s’inscrire sur https://participations.ehess.fr/.

 

Programme

  • 9h-9h15 : Introduction

  • 9h15-10h45: Naama Cohen Hanegbi (Université de Tel Aviv), « Imagining a Cure: A Dangerous (But Funny) Interplay between Literature and Medicine in Celestina”

  • 11h-12h30 : Martin Dumont (UPEC), « Les imaginaires de la transplantation, entre impulsion et obstacle. Histoire et clinique des greffes. »

Pause déjeuner

  • 13h45-15h15 : Béatrice Delaurenti (EHESS, CRH), « Du pouvoir de l’âme au pouvoir de l’imagination : réception et transformation d’une doctrine d’Avicenne (XIIIe-XVe siècle). »

  • 15h30-17h : Violaine Giacomotto Charra (Université de Bordeaux Montaigne, Centre Montaigne) : « L'imagination dans les traités vulgarisés. II. Le regard des médecins. » (en ligne)

Lieu

Université Paris Diderot
Bâtiment Olympe de Gouges (Salle 126)
Place Paul Ricoeur
75013 Paris

Power on Trial: Public Opinion and Political Legitimacy from the Enlightenment to the Napoleonic Era and its Modern Implications

Power on Trial: Public Opinion and Political Legitimacy from the Enlightenment to the Napoleonic Era and its Modern Implications

14 et 15 avril 2023 - International Colloquium

Présentation

De l'Ancien Régime au Premier Empire, l’opinion publique s’établit comme une force émergente au sein de la sphère publique ainsi qu’une forme d’expression du jugement collectif.Décrit par Keith Baker comme une réponse populaire à un terrain politique mouvant dans Inventing the French Revolution (1990), son action a bouleversé les traditions littéraires, politiques et juridiques pendant la Révolution.Afin de comprendre la manière dont les relations entre les structures autoritaires et le discours politique ont été remises en question, l'objet de ce colloque est d'interroger les différentes manières dont le pouvoir de l'opinion publique s'est établi, transformé et exprimé au XVIIIe jusqu’au début du XIXe siècle ainsi que de poursuivre et renouveler un débat historiographique déjà abondamment nourri par Habermas, Baker ou encore Ozouf.

Ce colloque, organisé par Maximilien Novak (Université de Chicago, Docteur du CRH,) et Ryan Brown (Université de Chicago), explorera non seulement les conditions qui ont contribué aux transformations des espaces de formation de l'opinion publique à travers cette période, mais aussi aux effets de ces transformations sur les modes d'expressions, qu'ils soient littéraires, politiques, historiographiques, artistiques, juridiques ou bien touchant à la sphère médicale, au journalisme ou aux gender studies ainsi qu’aux études post-coloniales. Par cette enquête, ce colloque souhaite élargir la perspective sur les débats existants autour du concept d'opinion publique en France.

En savoir plus

Contacts : Ryan Brown (rdbrown5@uchicago.edu), Maximilien Novak (maxnovak@uchicago.edu).

 

Programme

 

Lieu

The Franke Institute for the Humanities
1100 East 57th Street, JRL S-102
Chicago, IL 60637
USA

 

 

Napoléon : « Cher cousin, comment trouvez-vous mon état ? »
Cambacérès : « Sire il ne peut pas durer, votre Majesté a une trop mauvaise constitution »
“La Consultation”, satire. Cambacérès en médecin de Napoléon, prenant son pouls.
Gravure de Frédéric Dubois, 1815 (Collection James Lindsay, 26e comte de Crawford, Bibliotheca Lindesiana). Image appartenant à Maximilen Novak
 



 

Identités disséquées. Composer, recomposer et décomposer les identités en histoire

Identités disséquées. Composer, recomposer et décomposer les identités en histoire

Samedi 15 avril de 9h à 18h - Journée d'étude doctorale

Présentation

Depuis sa création, la journée d’étude de notre école doctorale est organisée à deux fins : être un espace d’échanges scientifiques et de discussion pour les doctorant.es des deux périodes comprises dans le périmètre chronologique de l’école et contribuer aux réflexions lancées par les jeunes chercheur.es.

Les doctorant.es de l’ED 188 vous proposent d’explorer les capacités heuristiques du concept d’identité. Cet événement répond à l’intérêt pour cette notion au cœur des débats publics et dans les travaux de recherche comme objet d’étude et comme outil d’analyse historique opératoire et ce malgré sa polysémie fondamentale. Loin d’être réifiée et immuable, l’identité apparaît comme le résultat de processus simultanés laissant une place aux trajectoires et aux choix individuels, permettant d’analyser les relations entre individus et société.

Comité d'organisation

Adeline AFONSO, Sylvain ARRAMON, Ségolène BOUTINOT, Agathe COUDERC, Antoinette FERRAND, Aurélien HERMELLIN, Auriane HERNANDEZ, Gauthier PUECH, Pierre SAUX- ESCOUBET, Dorian VARENNE, doctorant.es élu.e.s au conseil de l’Ecole Doctorale 188 : doctorants.ed2@gmail.com.

Avec le souten de Pr. Reynald ABAD, directeur, Pr. Catherine MAYEUR-JAOUEN, directrice-adjointe, Fédoi CHAFIC, responsable administrative.

 

Programme

 

Lieu

Faculté des Lettres de Sorbonne Université
Salle G647 (Sorbonne)
17, rue de la Sorbonne
75005 Paris

 

 



Illustration : Narcissus, Le Caravage (dit), huile sur toile, 1594–1596 Galleria Nazionale d'Arte Antica
© RMN Grand Palais

Recherche, expertise, décision : De quelle manière élaborer une politique envers la Chine ?

Recherche, expertise, décision : De quelle manière élaborer une politique envers la Chine ?

Vendredi 9 juin 2023 de 17h à 19h - Table ronde

Présentation

Les controverses autour de la visite d’État du président de la République en Chine en avril 2023 ont été l'occasion d'ouvrir un véritable débat public sur la politique de la France envers la Chine. Si ce débat, devenu urgent, est bienvenu, il nous paraît également opportun de le prolonger et de l’élargir à différents acteurs.

L’un des aspects du débat a concerné les difficultés que rencontre la recherche publique pour mieux faire connaître ses observations au-delà du cercle des spécialistes. Ainsi, le débat public, dans la sphère médiatique ou politique, semble souvent ignorer ou occulter les travaux de sciences humaines et sociales consacrés à la Chine contemporaine, notamment dans ses dimensions internes, qu’elles soient politiques, sociales, économiques ou historiques.

Cette situation soulève plusieurs questions. D’abord, comment la recherche, celle développée à l’université avec des financements publics, mais aussi celle développée dans les think tanks, avec des financements publics et privés, peut-elle intervenir de manière plus efficace dans le débat public ? Comment faut-il penser l’articulation entre les trois domaines que sont la recherche fondamentale, la recherche opérationnelle (ou expertise, au sens d’un savoir spécialisé qui informe directement une prise de décision), et l’élaboration des politiques publiques ? Comment susciter des publications à la fois solides sur le plan scientifique, et susceptibles de s’adresser à différents publics ? Alors que différents débats se déroulent en parallèle dans différents périmètres, comment favoriser une meilleure circulation entre les différents savoirs ? Comment appréhender le rôle des médias et des réseaux sociaux dans la diffusion des informations et des publications ?

Réciproquement, l’État semble désireux de renforcer les recherches sur la Chine contemporaine. Mais son intervention pose également d’autres problèmes. Comment éviter les erreurs récentes (comme la malheureuse expérience Eurics) et s’assurer que l’impulsion de l’État sert d’une part à véritablement soutenir la recherche et d’autre part à mieux informer l’élaboration des politiques publiques ? Est-il possible de s’appuyer sur l’urgence présente, tout en pensant dans la durée pour financer des thèses, des postes, des projets de recherche, des réseaux collaboratifs ? D’une part, l’État doit probablement mieux définir ce qu’il attend de la recherche, de l’autre, les financements qu’il apporte à la recherche et à l’expertise sur la Chine contemporaine (et sur d’autres thématiques) se doivent sans doute aussi de suivre un certain nombre de principes, notamment de transparence et de concertation avec toutes les parties prenantes.

Ces considérations sont également indissociables d’une réflexion sur les conditions actuelles de la recherche sur la Chine et en Chine. À l’heure où il est devenu difficile d’accéder aux archives et de mener des enquêtes en Chine, où les interactions entre universitaires chinois et étrangers sont de plus en plus contrôlées, et où même certaines bases de données chinoises deviennent inaccessibles de l’extérieur des frontières de la République populaire, les chercheurs doivent certes déployer des trésors d’ingéniosité. Certains chercheurs se voient refuser des visas ou sont même placés sur des listes de sanctions par la Chine.

Mais il ne faut pas non plus négliger les obstacles qu’ils rencontrent au sein même des institutions publiques françaises. Une étude récente a montré que les recrutements d’universitaires et de chercheurs, excluent de manière systémique les recherches sur les aires extra européennes, ou au mieux les relèguent au rang de curiosités orientalistes. S’il ne s’agit certes pas d’inviter l’État à s’ingérer dans les recrutements universitaires, il serait sans doute souhaitable que l’ensemble des acteurs de la recherche publique se saisissent de cette question, qui dépasse largement le cas de la Chine.

Nous nous proposons donc de prolonger cette discussion sous format de table ronde, en réunissant des acteurs divers issus la recherche publique et privée, du périmètre de l’État, ainsi que des médias pour essayer dans un premier temps de clarifier les termes du débat et les attentes des différentes parties.

 

Avec la participation de :

Séverine Arsène est docteure en science politique, chargée de mission Asie au Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS) du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Chercheuse associée au médialab de Sciences Po, elle est spécialiste de la politique numérique chinoise.

Jérôme Doyon est professeur junior au Centre de Recherches Internationales CERI - Sciences Po. Ses recherches se concentrent sur la politique chinoise. Avant de rejoindre le CERI, il a occupé des postes universitaires à Harvard, Oxford, l’université d’Édimbourg et SOAS. Il a aussi dirigé la revue China Analysis du European Council on Foreign Relations.

Julie Gacon est journaliste et anime l’émission Cultures Monde sur France Culture depuis le mois d’octobre 2022, après avoir présenté les matinaux Enjeux internationaux. Elle collabore également à la revue des idées en ligne AOC (Analyse, Opinion, Critique), et au magazine de récits et reportages consacrés à la France, Zadig.

Marc Julienne est chercheur, responsable des activités Chine au Centre Asie de l'Institut français des relations internationales (Ifri). Il est docteur en science politique et relations internationales de l'Inalco, où il enseigne les relations internationales en Asie du Nord-Est au sein du Master Relations internationales. Il a par le passé travaillé pour divers think tanks français (FRS, Asia Centre) et étrangers (MERICS, Berlin ; SASS, Shanghai ; INDSR, Taipei).

Manuel Lafont Rapnouil est directeur du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS) du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Diplomate de carrière, il a notamment assumé des responsabilités directement liées aux questions de paix et de sécurité internationales et aux affaires multilatérales. Il a travaillé à deux reprises au sein de think tanks internationaux : le Center for Strategic and International Studies (CSIS), à Washington, puis dernièrement le European Council on Foreign Relations (ECFR), dont il a dirigé le Bureau de Paris.

Isabelle Thireau est directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’EHESS. Membre du Conseil scientifique et stratégique du Pôle Asie (MEAE-CNRS), ses recherches portent sur la transformation des publics intermédiaires au sein de la société chinoise des XXème et XXIème siècles.

Sebastian Veg est directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, spécialiste de l’histoire intellectuelle de la Chine moderne et contemporaine. Il a précédemment dirigé le Centre d’études français sur la Chine contemporaines (unité mixte du CNRS et du ministère des Affaires étrangères) à Hong Kong.
 

 

Lieu

EHESS, (Salle AS1_08)
54, boulevard Raspail
75006 Paris

Expressions territoriales du pouvoir de l'antiquité à l'époque moderne

Expressions territoriales du pouvoir de l'antiquité à l'époque moderne

Du 21 au 23 juin 2023 - Colloque international

Présentation

Colloque international organisé par Marie-Jeanne OURIACHI (Université Côte d'Azur, URMIS, UMR 7264 CEPAM) et Valérie PIETRI (Université Côte d'Azur, URMIS, UMR 8245 CNRS et 205 IRD).

Ce colloque international, transpériodique, est le fruit d’une réflexion commune conduite par des enseignants-chercheurs et chercheurs historiens et archéologues des époques antique, médiévale et moderne de l’Université Côte d’Azur et de leurs partenaires. Ce projet a placé au cœur de ses préoccupations le rapport que les détenteurs du pouvoir entretiennent avec le territoire et la manière dont ce pouvoir imprime sa marque sur le territoire, voire le façonne.

 

Lieu

MSHS Sud-Est
25 av. François Mitterrand
06300 Nice

 

En savoir plus : https://calenda.org/1037963 

Son et silence au Moyen Âge

Son et silence au Moyen Âge

Mardi 13 juin 2023 de 9h30 à 18h - Journée d'étude (EIT « Arts et Intelligences du Silence »)

Présentation

Parmi les activités de l’équipe internationale triennale « Arts et Intelligences du Silence », la séance du séminaire est consacrée au Moyen Âge occidental, et aux relations entre la voix, et plus généralement les sons, et le silence. Rompant en apparence l’approche pluridisciplinaire et trans-périodes chère à l’EIT, cette journée est toutefois conçue comme un temps d’échange autour de recherches récentes qui démontrent combien les activités humaines dans leur ensemble produisent et reflètent au Moyen Âge les phénomènes sonores. Là, le silence est au cœur de pratiques sociales d’ordre, de régulation et de contrôle, et il se superpose plus qu’il ne s’oppose à la parole, à la musique, au bruit. À travers des présentations abordant des sujets et des contextes variés, il s’agira de définir cet entremêlement médiéval du son et du silence, et d’inscrire ces réflexions dans les problématiques plus larges soulevées par les travaux de l’EIT.

En savoir plus

 

Programme

9h30 : Accueil

9h45 - Vincent Debiais (Centre de recherches historiques, EHESS/CNRS)
Le silence au Moyen Âge: bref état de la question

10h - Scott Bruce (Fordham University)
Deadly Silence Through the Ages: Mafiacraft and the Study of Medieval Heresy

11h15 - Marion Uhlig (Université de Fribourg)
Le silence des lettres (ou presque) : chuchotements, grincements et grognements dans l'alphabet

14h - Bissera Pentcheva (Stanford University)
AudioVision in the Middle Ages: Sainte Foy at Conques

15h15 - Stefka Eriksen (Norwegian Institute for Cultural Heritage Research)
The Sound of Silence in Old Norse Culture and Ecology

16h45 - David García Ramos (Universidad católica de Valencia)
Writing silence in Mayorga’s dramaturgy: a new space for theater liturgy?

 

Lieu

Campus Condorcet - Bâtiment EHESS (Salle 25-A)
2, cours des Humanités
93300 Aubervilliers



 

Créatrices de la cité. Penser la ville avec les femmes, de la Cité des Dames aux promenades du matrimoine

Créatrices de la cité. Penser la ville avec les femmes, de la Cité des Dames aux promenades du matrimoine

Du 12 au 14 juin 2023 - Colloque

Présentation

L’Université Gustave Eiffel mène d’ambitieux programmes de recherche pour contribuer à rendre les villes de demain vivables et durables. Le programme « Cité des Dames, créatrices dans la Cité » propose ainsi, dans le cadre de l’ISITE FUTURE, de réfléchir au rôle des femmes dans la construction des villes et des sociétés urbaines depuis le XVe siècle, afin de compléter nos savoirs et d’ouvrir des pistes pour penser l’avenir, dans une perspective pluridisciplinaire, plurilingue et transnationale.
Notre réflexion est née du double constat de l’invisibilisation de l’histoire des femmes dans l’espace urbain et de la minoration de la place des femmes dans l’histoire de la construction des villes et des sociétés urbaines. Or la faible part symbolique laissée aux femmes dans les inscriptions qui font parler la ville dans ses propres espaces est souvent présentée comme la conséquence d’une absence de contribution à la création et à la transformation des villes, de leur organisation et de leurs espaces. De fait, les obstacles opposés à la participation des femmes à part égale à la construction des villes, de leur organisation et des modes de vie ont été et restent bien réels.
Cependant, les femmes n’ont pas pour autant été passives et de nombreuses études montrent leur part dans tous les secteurs d’activité. Bâtisseuses, fondatrices de ville, ouvrières, activistes politiques ou encore artistes, elles ont joué de nombreux rôles autres que celui de la mère bourgeoise enfermée dans son intérieur ou celui de la prostituée arpentant les lieux publics. Les travaux menés dans le programme « Cité des Dames, créatrices dans la cité » ont ainsi pour vocation de mettre en valeur les contributions des femmes aux transformations des villes sur le plan matériel, politique, social ou culturel ainsi qu’à la manière dont leurs créations permettent de comprendre l’évolution des systèmes urbains voire d’imaginer des transformations à venir. On mettra donc l’accent sur ce que les femmes font aux villes plutôt que sur ce que les villes font aux femmes.

En savoir plus

 

Programme

 

Lieu

12 juin 2023

Ministère de l’Enseignement supérieur
et de la Recherche (Amphithéâtre Stourdzé)
25 rue de la Montagne Sainte-Geneviève
75005 Paris


13-14 juin 2023

Université Gustave Eiffel,
(Auditorium de la bibliothèque Georges Perec)
Rue des Frères Lumière
77420 Champs-sur-Marn

Enquêter dans les sociétés russe et chinoise. À la recherche d'appuis communs pour la réflexion

Enquêter dans les sociétés russe et chinoise. À la recherche d'appuis communs pour la réflexion

Mercredi 21 juin 2023 de 10h à 18h - Journée d'étude (GEHM, CECMC, CERCEC)

Présentation

En 2022-2023, les journées du séminaire animé par Isabelle Thireau (CNRS/EHESS, CCJ-CECMC), Françoise Daucé (EHESS, CERCEC) et Sebastian Veg (EHESS, CRH, associé au CECMC), Enquêter en Chine et en Russie. À la recherche d’appuis communs pour la réflexion, auront pour thème commun : « Expérience de la coexistence, solidarité du proche et initiatives du lointain face aux violences du quotidien ». Nous nous appuierons tant sur des matériaux historiographiques que sur des enquêtes de terrain, tant sur des observations en cours que sur des récits rétrospectifs. En proposant un dialogue conjoint aux chercheurs et chercheuses, jeunes et confirmés, qui travaillent sur les sociétés chinoise et russe, il ne s’agit pas de développer des comparaisons terme à terme mais plutôt de partager des problèmes, des références et des réflexions sur les dispositifs et pratiques d’enquête pour contribuer ensemble à une meilleure compréhension des sociétés russe et chinoise et, au-delà, à l’avancement des sciences sociales autour des questions de l’expérience de la rupture historique, des déplacements choisis et subis, de l’action en public, de l’oppression politique ou de l’économie des transformations sociales (en fonction des thèmes choisis pour les journées…).

Les personnes qui souhaitent assister à distance (sessions de l'après-midi seulement) doivent s'inscrire pour recevoir un lien de connexion :
https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=445

 

Programme

10h00 -12h30 : Session 1 (Salle Gradinée)
Nourrir les liens de solidarité en exil : expériences comparées en Asie centrale

Présentation et projection du film de Mukkadas Mijit (Université libre de Bruxelles), en présence de la réalisatrice, en discussion avec Isabelle Ohayon (CERCEC, CNRS)
"The thirty boys" (2023, 65 minutes)
(Film documentaire sur les banquets conviviaux Meshrep des Ouïghours au Kazakhstan)


12h30 - 13h30 : Déjeuner

13h30 - 15h30 : Session 2 (Salle A 515)
Mobilisations locales et solidarités transnationales à Hong-Kong à la lumière de l'expérience du Maïdan en Ukraine

Eric Lai (King’s College London et Georgetown University)
How can global solidarity campaign contribute to local anti-authoritarian movement? Reflections on the challenges and opportunities of Hong Kong’s 2019 Protests
En discussion avec Ioulia Shukan (U. Nanterre & ISP / associée au CERCEC)

16h - 18h : Session 3 (Salle A 515)
Aider les migrants en Russie : une épreuve au regard de l'expérience chinoise

Agnès Blais (Université Laval, Québec)
La vie sociale des droits. Expériences d’entraide auprès des migrants et réfugiés africains à Moscou
En discussion avec Isabelle Thireau (CCJ, EHESS)

 

Lieu

Campus Condorcet
Bâtiment EHESS (Salle Gradinée, le matin - salle A515, l'après-midi)
2, cours des Humanités
93300 Aubervilliers

Toute prison est-elle une île ? Isolement, exclusion et relégation  dans les espaces d’enfermement (16e-19e siècle)

Toute prison est-elle une île ? Isolement, exclusion et relégation dans les espaces d’enfermement (16e-19e siècle)

10 et 11 juin 2023 - Colloque international

Présentation

L’imaginaire de la prison est un imaginaire de l’exclusion et l’enfermement une pratique d’expulsion par degrés, depuis les lieux de détention au cœur de la ville, familiers des citadins, jusqu’à la guillotine sèche des colonies pénitentiaires, où l’on oublie ceux qu’on déporte. Dans cet univers de confinement, le monde extérieur se retire jusqu’à ne plus exister, alors que la vie des enfermés est soumise à différents niveaux et projets d’invisibilisation, jusqu’à l’effacement complet.

Parce que cet imaginaire est l’héritage de pratiques, de représentations et de faux-semblants, cette 4e Rencontre du réseau international « Enfermements modernes /Early Modern Confinement » (Em#C), organisée par Mathieu Grenet (INU Champollion-IUF), Natalia Muchnik (GEI-EJ) et Anthony Santilli (Université de Naples-L’Orientale), interroge les espaces de l’enfermement à travers la typologie et la topologie de leur isolement. Sous quelles formes la fracture « dedans/dehors » se présente-t-elle ? Comment cette articulation met-elle en tension les logiques qui traversent et structurent les pratiques de réclusion (logique pénale, logique urbaine, logique médicale, etc.).

 

Comité d’organisation :
Sophie Abdela (Université de Sherbrooke),
Pascal Bastien (UQAM),
Falk Bretschneider (EHESS),
Mathieu Grenet (INU-IUF),
Natalia Muchnik (EHESS),
Anthony Santilli (Università degli studi di Napoli L’Orientale).


Contacts :
Mathieu Grenet : mathieu.grenet@univ-jfc.fr
Natalia Muchnik : natalia.muchnik@ehess.fr
Anthony Santili : asantilli@unior.it

 

Programme

 

Lieu

Centro di ricerca e documentazione
sul confino politico e la detenzioe
Isole di Ventotene e Santo Stefano
Piazza Castello, 1
04031 Ventotene
Italie
 

Normes et pratiques dans la documentation juridique islamique / Norms and practices in Islamic legal documentation

Normes et pratiques dans la documentation juridique islamique / Norms and practices in Islamic legal documentation

Mercredi 7 juin de 9h à 16h30 - Journée d'études / Workshop

Présentation

La journée d’études, Naveen Kanalu Ramamurthy (Ladéhis), financée par l'IISMM et le Labex Tepsis, a pour objectif d’analyser la relation entre les normes etles pratiques dans la documentation juridique islamique. Dans une perspectivecomparative, elle s’attachera à faire émerger et à expliciter tant les similarités que les divergences existantes entre les grandes puissances de la terre d’Islam où prévalait le droit musulman. Pourquoi et comment le même dogme juridique a-t-il produit des résultats aussi variés dans les pratiques documentaires concernant les activités privées et publiques, commerciales et fiscales au sein de ces vastes régions ? Il s’agira dedéterminer comment la doctrine juridique de différentes écoles (hanéfite, malékite, chaféite, etc.) est mise en œuvre par les autorités juridiques pour façonner des usages normatifs dans des circonstances diverses.
Dans cette optique, la journée d’études réunit les chercheurs travaillant sur différentes régions du monde musulman : Afrique, Moyen-Orient, Inde et Asie centrale. Elle permet d’ouvrir ainsi un terrain de dialogue entre les différentes historiographies des empires musulmans et les sources documentaires dans plusieurs langues de l’Islam (arabe, persan, turc). De ce point de vue, l’examen des normes et des pratiques dégagera les questions théoriques, les approches archivistiques et aussi les interprétations comparatives de l’application historique de la dogmatique juridique en terre d’Islam. Ces divers cas de figures de la documentation soulèvent autant de questions concernant les usages spécifiques selon les circonstances socio-économiques, la place de la casuistique ou bien les enjeux plus généraux à propos de l’analyse théorique du droit.

The workshop, organized by Naveen Kanalu Ramamurthy (Ladéhis), financed by IISMM and Labex Tepsis, aims to analyse the relation between norms and practices inIslamic legal documentation. From acomparative perspective, it seeks to bringoutsimilarities and explain divergences between different Islamicate empireswhereIslamic law prevailed. Why and how did the same legal doctrine producesuchvaried results in the documentary practices relating to private and public,commercial and fiscal activities within these vast regions? It addresses how the legal doctrine of different schools (Hanafi, Maliki, Shafi‘i, etc.) was implemented by legal authorities to shape normative practices in diverse circumstances.
From this perspective, the workshop brings together scholars working on different regions of the Islamic at the world: Africa, Middle East, India and Central Asia. It opens a field of dialogue between the historiographies of Islamic at the empires and their documentary sources in several languages: Arabic, Persian and Turkish. The examination of norms alongside practices provides anopportunity to ask new theoretical questions, explore archival approaches as well as offer comparative interpretations of th ehistorical application of legal doctrine in the premodern Islamic at the world. The case studies raise several questions on the specific uses of law according to thesocio-economic circumstances as well as the place of casuistry,and more generally, the theoretical analysis of law.

En savoir plus

 

Programme

  • 9h-9h15 Mots de bienvenue
  • 9h15-10h
    Christian Müller (CNRS/IRHT)
    Les « actes privés » en droit musulman : vers une déconstruction
  • 10h-10h45
    Ismail Warscheid (CNRS/IRHT)
    Droit musulman et écriture pragmatique dans l’Ouest saharien à l’époque moderne

10h45-11h Pause-café

  • 11h-11h45
    Nicolas Michel (Aix-Marseille Université)
    La production de documents à valeur juridique à l’époque ottomane : ce que peuvent nous apprendre les archives privées (oasis de Kharga et Dakhla, Égypte, XVIe-XIXe siècles)
  • 11h45-12h30
    Yavuz Aykan (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    De la confiscation et du péculat : retour sur le cas de la Kira, la Juive (1er avril 1600) 12h30–14h Pause déjeuner
  • 14h-14h45
    Naveen Kanalu (EHESS/CRH)
    Véhiculer le droit hanéfite par le qanun sultanien : le contrat de louage dans l’empire moghol (vers 1660)
  • 14h45-15h30
    Jun Sugawara (Université de Lanzhou) [Professeur invité EHESS-IISMM]
    An ‘Islamic’ Legal Order under Chinese Rule : Introduction to the Study on the Turkic Contractual Documents in the Xinjiang Province (1884-1955) 

15h30-15h45 Pause-café

  • 15h45-16h30 Table ronde

Lieu

Campus Condorcet
Bâtiment EHESS (Salle 25-B)
2, cours des Humanités
93300 Aubervilliers
 

Faire de l’histoire avec Daniel Roche

Faire de l’histoire avec Daniel Roche

Vendredi 9 juin 2023 de 13h30 à 20h30 - Hommage de l'IHMC, la RHMC, le CRH

Présentation

La Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine et l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (CNRS/ENS-PSL/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), avc le concours du CRH, s’associent pour rendre hommage à Daniel Roche, sous forme de trois tables rondes successives.

Chaque table ronde donnera lieu, après de brèves interventions liminaires,  à une discussion libre avec l’assistance.

Les débats seront suivis d’un cocktail amical.

Inscription préalable par simple courriel envoyé à alexis.darbon@ens.psl.eu .

 

Programme

13h30-15h00 : Table ronde n° 1 : La France des Lumières

15h15-16h45 : Table ronde n° 2 : Paris, les villes et les savoirs

16h45 : Pause café

17h15-18h45 : Table ronde n° 3 : Les engagements collectifs de Daniel Roche

18h45 : Cocktail amical

Avec la participation, notamment, de Franco Angiolini, Pascal Bastien, Isabelle Brian, Haïm Burstin, Jean-Luc Chappey, Christophe Charle, Roger Chartier, Natacha Coquery, Caroline Douki, Sabine Juratic, Muriel Le Roux, Antoine Lilti, Nicolas Lyon-Caen, Vincent Milliot, Philippe Minard, Nicole Pellegrin, Liliane Perez, Michel Porret…

Télécharger le programme

Les interventions et débats ont filmés et enregistrés.:

1ère table ronde : https://www.youtube.com/watch?v=Io7SfXQQqXM&list=PLUSShq4vX_STWh2PWpZHydUITKApFdG0u

2e table ronde : https://www.youtube.com/watch?v=gHHcom5tf5Q&list=PLUSShq4vX_STWh2PWpZHydUITKApFdG0u&index=6

3e table ronde : https://www.youtube.com/watch?v=BErphZCn2mk&list=PLUSShq4vX_STWh2PWpZHydUITKApFdG0u&index=11

 

Lieu

Centre Malher (Amphithéâtre)
9, rue Malher
75004 Paris

Pouvoirs de l'imagination. Approches historiques (3)

Pouvoirs de l'imagination. Approches historiques (3)

Vendredi 9 juin 2023 de 9h à 17h - Journée d'étude

Présentation

Séminaire EHESS/CNRS organisé par Elizabeth Claire (chargée de recherche au CNRS), Béatrice Delaurenti (maître de conférences à l’EHESS), Roberto Poma (maître de conférences à l’Université Paris Est-Créteil) et Koen Vermeir (chargé de recherche au CNRS). Le séminaire est financé par le CRH, Sphere, l’UPEC ; la journée du 12 mai est financée par l’ANR ANTHRAME.


La notion d’imagination est aujourd’hui considérée comme un objet d’étude à part entière, après avoir longtemps été discréditée par la recherche scientifique. Néanmoins, dans la littérature moderne et contemporaine, l’imagination est généralement présentée de manière négative, comme une faculté mentale susceptible de provoquer l’erreur, l’illusion ou le péché. Nous voudrions aller à l’encontre de cette conception en étudiant une tradition intellectuelle et pratique alternative et méconnue : depuis les XIIe-XIIIe siècles jusqu’au début du XIXe siècle, des penseurs et des praticiens appartenant à des diverses disciplines, s’exprimant depuis des positions institutionnelles variées, ont soutenu l’idée que l’imagination possède de grands pouvoirs.
Comme l’année précédente, le séminaire fonctionnera autour de ces textes à la manière d’un atelier, et s’attachera à mettre en œuvre un travail collectif de discussion, d’analyse et de confrontation des sources sur la longue durée.
Le séminaire prendra la forme de trois journées complètes les deuxièmes vendredis des mois de  avril, mai, juin (14 avril, 12 mai et 9 juin). Il se tiendra à la fois en présentiel et en distanciel.

Pour recevoir les informations relatives à ces journée, en particulier le lien de connexion, il est recommandé de s’inscrire sur https://participations.ehess.fr/.

 

Programme

  • 9h45-10h45 : Roberto Poma (UPEC)
    L’imagination du médecin (XVIe-XXIe siècle)

  • 11h-12h30 : Elizabeth Claire (CNRS, CRH)
    Imagination embodied : Between Eloquence, Enthusiasm and Contagion

  • Pause déjeuner

  • 13h45-15h15 :  Elizabeth Claire, Béatrice Delaurenti, Roberto Poma et Koen Vermeir, L’imagination et le corps, atelier autour d’un livre en préparation
    (inscription obligatoire)

Lieu

EHESS (Salle A04_47)
54, boulevard Raspail
75006 Paris

Langues et échelles spatio-temporelles : quels usages et dialogues possibles entre aires culturelles et sciences sociales ?

Langues et échelles spatio-temporelles : quels usages et dialogues possibles entre aires culturelles et sciences sociales ?

Vendredi 2 juin 2023 de 14h30 à 16h30 - Table ronde du PRI Les sciences sociales et le monde

Présentation

Dans le cadre du PRI « Les sciences sociales et le monde », des tables rondes (« Les études aréales vues d'ailleurs ») réunissant plusieurs directeurs d’études invités à l’EHESS sont prévues. Après la table ronde organisée par Isabelle Thireau ("What Region? Whose Region? Regional Studies in Perspective"), la prochaine aura lieu l au sein du séminaire de Alessandro Stanziani, Savoirs, institutions, économies : histoires connectées et dynamiques globales.

.

Programme

Cette séance verra la participation de  :

  • Rossana Barragan, professuer invitée à l'EHESS (IISG, Amsterdam, historiennes, spécialiste de l’histoire du travail en Amérique latine et dans une perspective globale)

  • Stefanie Gaenger (Université de Heidelberg, historienne des savoirs, médicaux et scientifiques)

  • Bernard Haykel (Université de Princeton, Historien des mondes arabo-islamiques et de l’Islam en Inde).

Lieu

Campus Condorcet
Bâtiment EHESS (Salle 25-B)
2, cours des HUmanités
93300 Aubervilliers

Lumières multiples

Lumières multiples

1er & 2 juin 2023 - Colloque

Présentation

« Les Lumières » désignent habituellement un mouvement intellectuel qui s’est développé en Europe au XVIIIe siècle. On débat de ses limites, de son unité ou de sa cohérence, de ses héritages aussi, mais son ancrage dans ce moment et ce lieu spécifique de l’histoire mondiale est rarement contesté. Ce colloque, organisé par Antoine Lilti (Collège de France/CRH-GEHM) souhaite explorer une autre approche, selon laquelle l’Europe n’a pas le monopole des Lumières. Certains de leurs traits caractéristiques (l’affirmation de la liberté de philosopher contre les dogmes religieux ou politiques, le libéralisme politique fondé sur les droits naturels, la valorisation du progrès scientifique et technique, l’idée d’une commune humanité) se retrouvent dans différentes sociétés, à différentes époques, de l’Andalousie médiévale au Japon de Meiji, de l’Amérique du Sud au moment des Indépendances à la Chine de 1919. On peut faire l’hypothèse que le XVIIIe siècle européen ne représente qu’un épisode, certes historiquement important, d’une histoire plurielle des Lumières. Prendre au sérieux la multiplicité des Lumières implique de renoncer à toute perspective diffusionniste. L’initiative des acteurs locaux (savants, traducteurs, réformateurs, modernisateurs), le rôle des intermédiaires, le poids des contextes politiques, sociaux et culturels seront scrutés. Les textes et les idées circulent, mais de façon souvent inattendue, par le jeu des traductions, des appropriations, des redéfinitions, formant des configurations spécifiques et des traditions hybrides. Parallèlement, une attention critique sera portée aux opérations historiographiques qui désignent des courants de pensée ou des moments historiques à travers la catégorie « Lumières » : rarement neutres, ces opérations répondent souvent à des objectifs indissociablement intellectuels et politiques. Il en va de même de l’identification des Lumières à l’Europe qui doit être comprise comme le résultat d’une tradition historiographique remontant au XVIIIe siècle et demandant à être interrogée. L’histoire des « lumières multiples » ne vise donc pas à faire des Lumières un concept global et homogène, mais à pluraliser leur histoire et leur héritage, afin de leur redonner leur charge critique et leur actualité.

En savoir plus

 

Programme

 

Lieu

Collège de France
Amphithéâtre Marguerite de Navarre
11, place Marcelin-Berthelot
75005 Paris

 


La liberté contractuelle saisie par ses limites

La liberté contractuelle saisie par ses limites

Jeudi 22 juin 2023 de 9h15 à 18h - Journée d'étude

Présentation

Le contrat est peut-être le schéma juridique plus puissant de l’histoire du droit occidental. Son apparente simplicité cache une réalité technique ainsi qu’une histoire dense et complexe. Si sa tâche est celle, apparemment auto-évidente, de fournir une infrastructure garantissant l’efficacité juridique à la rencontre des deux volontés individuelles, il n’y a rien dans cette définition qui puisse être considéré comme allant de soi. Il s’agit pour nous de questionner l’image du rapport obligatoire ainsi que de la liberté contractuelle en deçà et au-delà des formes figées qui ont été produites par la dogmatique du droit privé au XIXe siècle. Pour ce faire, historiens et historiennes, juristes et philosophes du droit,  nous allons saisir, lors de cette journée d'étude  organisée par Simona Cerutti (Ladéhis), Naveen Kanalu (Ladéhis) et Michele Spano (LIER-FYT), ce concept de « liberté contractuelle » sous le prisme de ses prétendues « pathologies ». Il s’agit, d’une part, d’individualiser, dans des temps et dans des lieux différents, ces « faiblesses « du contrat qui ont pu en mettre en discussion l’efficacité ; et, d’autre part, d’enquêter sur les moyens qui ont été employés pour la rétablir.

Contacts : simona.cerutti@ehess.fr, naveen.kanalu@ehess.fr, michele.spano@ehess.fr

 

Programme

9h15-9h30 : Mots de bienvenue

9h30-10h
Monica Martinat (Université Lumière Lyon 2)
Lorsqu’il n’y a pas de contrat : échanges et redistribution au XVIIe siècle

10h-10h30
Luca Gabbiani (EFEO)
La pratique « contractuelle » dans la Chine de l’empire tardif : droit ? liberté ?

10h30-11h
Michela Barbot (CNRS-IDHES)
L’équilibre contractuel, la dette et la valeur : deux économies morales saisies par le droit civil (France et Italie, XVIIe-début XIXe siècle)

Pause-café : 11h-11h-15

11h15-11h45
Naveen Kanalu (EHESS-CRH)
La révocation unilatérale du contrat en droit hanéfite et ses usages politiques dans l'empire moghol

11h45-12h15
Alessandro Stanziani (EHESS-CRH)
Le contrat de travail, XVIIIe-XIXe siècles

Pause déjeuner : 12h15-13h30

13h30-14h
Michele Spanò (EHESS-LIER-FYT)
« Ici l’erreur n’a en principe aucune influence » : quelques observations sur la liberté contractuelle chez Savigny

14h-14h30
Clément Lenoble (CNRS-CIHAM)
Liberté et défiance : quelques observations sur les enjeux des normes juridiques et morales sur les contrats à la fin du Moyen Âge

14h30-15h
Simona Cerutti (EHESS-CRH)
La Miséricorde et la charité. Autour des conditions du contrat à l'époque moderne

Pause-café : 15h-15h30

15h30-16h
Marta Madero (UNGS)
Consentement et folie. Un cas de nullité maritale dans l’Espagne du XVIe siècle

16h-18h
Table ronde

 

Lieu

EHESS (Salle B04_01)
54, boulevard Raspail
75006 Paris

Intermédiaires ? Les femmes dans les sphères artistiques, entre actions et contraintes (XVIIe-XVIIie siècles)

Intermédiaires ? Les femmes dans les sphères artistiques, entre actions et contraintes (XVIIe-XVIIie siècles)

Jeudi 8 juin 2023 de 9h30 à 17h30 - Colloque

Présentation

Si la figure de la femme artiste aux XVIIe et XVIIIe siècles suscite l’intérêt de la recherche depuis plusieurs années, le rôle des femmes comme intermédiaires au sein des différentes sphères artistiques de la période moderne est beaucoup moins l’objet de l’attention des historiennes et historiens de l’art. Entendue comme « l’ensemble des individus qui assument des responsabilités entre les individus - présents ou passés – et le public [...] »
(A. Chastel et K. Pomian, 1987), la notion d’intermédiaire doit aussi se décliner au féminin.

 

Qu’elles soient mécènes, collectionneuses, salonnières, « maîtresses peintresses » ou de danse, modistes, restauratrices, marchandes ou femmes d’artistes, comment ont-elles contourné ou surmonté les obstacles imposés à leur sexe et condition pour exercer différents rôles d’intermédiation au sein des « mondes de l’art » sous l’Ancien Régime ? Comment leur agentivité leur permet- elle d’exercer un rôle et d’assumer des responsabilités entre le public, l’œuvre et l’artiste ? Le présent colloque, organisé par Natacha Aprile (Centre André Chastel-CRH), Maxime Bray (Centre André Chastel) et Défendin Détard (Centre André Chastel), propose de répondre à ces questions à travers des études novatrices de parcours individuels et/ou collectifs des XVIIe et XVIIIe siècles, aussi bien en France que dans d’autres espaces européens.

 

Programme

 

Lieu

INHA
Galerie Colbert (Salle Ingres, 2e étage)
2, rue Vivienne
75002 Paris

Circulations et matérialités de l'entraide à l'égard des diasporas religieuses dans l'Europe XVIIe-XVIIIe siècle

Circulations et matérialités de l'entraide à l'égard des diasporas religieuses dans l'Europe XVIIe-XVIIIe siècle

Vendredi 9 juin 2023 de 9h à 17h - Journée d'étude de l'ANR Solidanim

Présentation

Journée d’étude organisée dans le cadre de l’ANR Solidamin (Solidarités communautaires). Ce projet de recherche historique étudie la manière dont les pratiques d’entraide permettent aux minorités religieuses et diasporiques de construire leurs horizons d’appartenance collective à travers l’Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il a pour but de proposer une analyse transversale d’opérations très variées dans une perspective d’histoire sociale, à l’échelle européenne.

Qu´est-ce que donner, de son temps, de son argent ou de ses biens, veut dire, au XVIIe et au XVIIIe siècles, pour ceux qui aident les minorités religieuses, catholiques, protestantes et juives, en situation diasporique ? Dans les dispositifs de solidarité mis en place en Europe à cet effet, comment se déploient, concrètement, les circuits de l’entraide ? Du (très) local au transnational, du donneur au receveur, en passant par toute une gamme d´intermédiaires et d´instances de collecte, contrôle et redistribution des secours, comment et avec quoi recueillir, recenser, acheminer et dispenser l’ensemble des biens matériels ou des flux financiers ? C´est la question de la matérialité de l’entraide, de ses pratiques et de ses circuits destinés à alimenter une économie solidaire, non pas pensée comme universelle mais comme communautaire, que nous aimerions interroger ici.

Programme

9 h : accueil

9 h 15 : Introduction

  • 9 h 40 : Thomas Glesener (Aix-Marseille Université) Collecteurs en transit : gestion des papiers et organisation des quêtes à Madrid au XVIIIe siècle
  • 10 h : Davide Mano (CNRS) La communauté et le peuple : solidarités juives entre particularisme local et pan-judaïsme (XVIII e siècle)

10 h 20 : discussions

10h45 : Pause café

  • 11 h 10 : Sarah Rouvière (LARHRA) L'aide financière aux pasteurs de la résistance protestante du Désert vivarois (1721-1757)
  • 11 h 30 : Lionel Laborie (Universiteit Leiden) Solidarity or interference? Protestant Powers Financing the Camisards

11h50 : discussions

12h15 – 14h : Pause déjeuner

  • 14 h : Erica Boersma (Universiteit Leiden) International networks and long-distance aid to the Waldenses, 1655-1661
  • 14 h 20 : Alexander Schunka (Freie Universität Berlin) Mobility and Material Solidarity among European Protestants
  • 14 h 40 : Raphaël Tourtet (Université de Lorraine) Collectes et dispositifs d'entraide dans l'Alsace protestante (XVIIe-XVIIIe siècle) :pratiques plurielles et entrecroisées de l'économie charitable

15 h00 : discussions

15 h 25 : Pause café

15 h 50 : conclusion

16 h 15 : discussion générale

Modalités de participation

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Informations complémentaires et demande de lien zoom : oriane.manigault@univ-tlse2.fr

 

Comité organisateur

  • Marion Deschamp
  • Mathilde Monge
  • Natalia Muchnik

Lieu

Université Toulouse 2 Jean Jaurès
Maison de la Recherche (Salle E411)
5 allée Antonio Machado
31058 Toulouse

 

Mazarin et les pays du Nord - Histoire des arts

Mazarin et les pays du Nord - Histoire des arts

Du 22 au 24 juin 2023 - Colloque

Présentation

Formé par les Barberini, s’affichant Romain dans sa propagande, Mazarin cultiva ses liens méridionaux ainsi que l’a montré le précédent colloque Mazarin, Rome et l’Italie (Bibliothèque Mazarine-Ecole nationale des chartes, mai 2017, publié aux PURH, 2 vol., 2021-2022). Le cardinal fut aussi un homme du Nord, dans l’ordre politique comme dans l’ordre culturel, c’est ce que cherchera à montrer ce nouveau colloque. Dans l’ordre politique, sa lutte contre les Habsbourg impliqua l’Europe nordique (traité de Westphalie, alliance avec les princes rhénans et candidature de Louis XIV au trône impérial, alliance avec Cromwell, mariage polonais de Marie de Gonzague, etc., sans oublier la petite nièce, Marie de Modène, qui devint reine d’Angleterre en épousant Jacques II). Contraint à l’exil par la Fronde, c’est à Brühl qu’il se réfugia. La paix des Pyrénées eut des répercussions jusque dans les régions du Nord. Dans l’ordre culturel, la bibliothèque du cardinal était aussi une « bibliothèque nordique » alimentée par les nombreux achats de Naudé en Allemagne, lequel, lors de la Fronde, se réfugia en Suède, à la cour de l’accueillante reine Christine. L’un des joyaux de cette bibliothèque était un livre de bois en caractères runiques et parmi les rares volumes reliés aux armes du cardinal on comptait la Relation du Groenland d’Isaac de La Peyrère. Quant aux achats d’art, ils incluaient évidemment l’Europe du Nord (tableaux, tapisseries, curiosités), à commencer par les acquisitions lors de la vente des collections de Charles Ier d’Angleterre. Autant de pistes à exploiter.
Pour s'inscrire et en savoir plus


Organisé par le Groupe de Recherche Rdentité et Culture ( GRIC) en collaboration avec le laboratoire dynamiques patrimoniales et culturelles (DYPAC - Université de Versailles-Saint-Quentin), ce colloque international intitulé “Mazarin et les pays du Nord ” aura lieu du 22 au 24 juin 2023. Sous le haut patronage de S. A. S. le Prince Albert II de Monaco, duc de Mazarin


Comité d'organisation
: Delphine Carrangeot (Maître de conférences, Université de Versailles-Saint-Quentin/Paris-Saclay), Yvan Loskoutoff (Professeur, Université du Havre), Olivier Poncet (Professeur, Ecole nationale des chartes)
Comité scientifique : Delphine Carrangeot (Maître de conférences, Université de Versailles-Saint-Quentin), Yvan Loskoutoff (Professeur, Université du Havre), Patrick Michel (Professeur, Université de Lille), Olivier Poncet (Professeur, Ecole nationale des chartes), Yann Sordet (Directeur, Bibliothèque Mazarine-Bibliothèque de l'Institut)

 

Programme

Jeudi 22 juin

15h00- Accueil
Histoire des arts
Président de séance : Yvan Loskoutoff

15h30 - Patrick Michel (Professeur, Université de Lille), Les apports du Nord de l’Europe aux collections de Mazarin : un point sur la question.

16h10 - Delphine Carrangeot (Maître de conférences, Université de Versailles-Saint Quentin), L’achat des collections de Charles Ier.

16h50 - Pause

17h30 - Daniela del Pesco (Professeur émérite, Université de Rome 3), Les Van Dick de Mazarin.

18h10 - Sonia Cavicchioli (Professeur, Université de Bologne), Un’eredità di Mazarino : Maria Beatrice d’Este duchessa di York e regina d’Inghilterra.

19h30 - Dîner

 

Vendredi 23 juin
Histoire (Allemagne)
Président de séance : Olivier Poncet

9h30 - Sven Externbrink (Professeur, Université de Heidelberg), Mazarin dans l’historiographie allemande.

10h10 - Julien Regibeau (Chercheur post-doctoral, invité Université de Rome-La Sapienza), L’exil à Brühl.

11h00 - Pause

11h30 - Guido Braun (Professeur, Université de Haute Alsace), Mazarin et la conclusion de la paix de Westphalie.

12h10 - David Parrott (Professeur, New College, Oxford), Mazarin’s conduct of the Thirty Years War in alliance with the Protestant powers.

13h00 - Déjeuner

Histoire (Suède, Pays-Bas)
Président de séance : Patrick Michel

15h30 - Anna Lisa Schino (Professeur, Université de Rome-La Sapienza), Reportage de la Suède pour le Cardinal Mazarin : Naudé à la cour de Christine.

16h10 - Yvan Loskoutoff (Professeur, Université du Havre), La reine Christine de Suède vue par un agent secret de Mazarin à Rome, le P. François Duneau S. J. (1652-1661).

16h50 - Pause

17h30 Olivier Poncet (Professeur, Ecole nationale des chartes), Négocier avec ou sans Mazarin : la mission de Pomponne II de Bellièvre aux Provinces-Unies (1650-1651).

19h30 Dîner

 

Samedi 24 juin
Histoire
Président de séance : Delphine Carrangeot

9h30 - Maxim Boyko (ATER, Université de Caen), Mazarin et l’Europe orientale (Pologne, Ukraine, Moscovie).

10h10 - Giuliano Ferretti (Professeur, Université de Grenoble), Le duché de Savoie et la France de Mazarin, deux stratégies politiques en Europe du Nord.

11h - Pause

11h30 - Yvan Loskoutoff (Professeur, Université du Havre), L’acquisition de la bibliothèque du professeur Jacques Tilleman Stella pour la Bibliothèque Mazarine.

13h00 - Déjeuner

 

Lieu

Château de Versailles
CRCV (Auditorium) - Grand Commun
1 rue de l’Indépendance américaine
RP 834 – 78008 Versailles Cedex

Faire silence

Faire silence

Mardi 27 juin de 10h à 17h - Séminaire d'études

Présentation

Dans le cadre des activités de l'équipe internationale triennale "Arts et Intelligences du Silence", nous avons le plaisir de vous inviter à la séance de séminaire "Faire silence".

L’équipe internationale triennale Arts et intelligences du silence est constituée au sein de l’École des hautes études en sciences sociales à compter de septembre 2020. Coordonnée par Deborah Puccio-Den (LAIOS-IIAC) et Vincent Debiais (CRH-AHLoMA) , cette équipe réunit un groupe d’une vingtaine de chercheurs venus de France et de l’étranger pour former une communauté de réflexion inédite autour de la notion de silence, sujet encore à défricher dans le domaine des sciences humaines et sociales.

 

Programme

10h - Accueil

10h15 - Deborah Puccio-Den (Laboratoire d’Anthropologie Politique, EHESS/CNRS)
Introduction : Qu’est-ce qu’on fait lorsqu’on « fait silence »

10h45  -  Marie-Emmanuelle Torres (TELEMME Aix-en-Provence)
Silences et silenciations dans le rituel impérial byzantin (IXe-XIIIe siècle)

11h30 - Catherine Perret (Université Paris 8)
Tissée de silence. La clinique de Fernand Deligny

14h - Sarah Privat Loze (Centre Raymond-Aron-CESPRA/EHESS)
Fabrique et pratique du silence dans le Cambodge khmer rouge (1975-1979)

14h45- Véronique Béneï (Centre Norbert Elias-Marseille/Avignon)
Silences du déplacement et technologies de la terreur (Colombie)

15h30 - Deborah Puccio-Den (Laboratoire d’Anthropologie Politique, EHESS/CNRS)
L’honneur et le désir : danser la kizomba en banlieue parisienne

16h15 - Daniela Lucero (Laboratoire d’Anthropologie Politique, EHESS/CNRS) & Pierre Legrain (Institut Pasteur)
Silence, cerveau et musique  : un biologiste,  une anthropologue, une enquête

 

Lieu

Campus Condorcet
Bâtiment de l'EHESS (Salle 25A)
2, cours des Humanités
93300 Aubervilliers

Le CRH en

Le CRH en "Voyages en utopie !"

Du 20 au 24 septembre 2023 - Festival Allez Savoir ! #4 EHESS

Le festival Allez Savoir

Fortes du succès des trois premières éditions, l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et la Ville de Marseille lancent la quatrième édition du festival des sciences sociales Allez Savoir, sur le thème des utopies et dystopies. Intitulée « Voyage en utopies », elle se déroulera du 20 au 24 septembre 2023 au sein du patrimoine marseillais, plus particulièrement dans les bibliothèques, musées et archives de Marseille. 

Durant cinq jours, à travers une soixantaine de manifestations en entrée libre et gratuite, les savoirs et les cultures se croisent et interrogent avec les publics, nombreux et enthousiastes chaque année, un défi contemporain. Ainsi, cette quatrième édition d’Allez Savoir invite à réfléchir aux valeurs des utopies ; aux idées et aux actions, aux jugements et aux émotions qu’elles génèrent ; aux individus, aux groupes et aux réseaux qui les portent.     

Festival des sciences sociales, Allez Savoir propose une riche programmation mêlant tables rondes, projections-débats, expositions, balades, rencontres aux musées, spectacles, ateliers, propositions en famille ou encore ateliers pédagogiques.

En entrée libre et gratuite, ce festival tout public invite à partager le questionnement multiple et original des sciences sociales sur les grands défis contemporains au sein des bibliothèques, des musées et des archives de Marseille.

Allez Savoir a été initié par l’EHESS, en partenariat avec la Ville de Marseille, en 2019. Après « En finir avec la nature ? », « Tout migre ? » en 2021, « À contre-temps » en 2022, « Voyage en utopies » en 2023 accueillera pendant 5 jours une soixantaine d’événements, et près de 160 intervenantes et intervenants.

L’EHESS et la Ville de Marseille partagent la volonté de faire de ce festival l’occasion pour toutes et tous de circuler entre des lieux, des thématiques, des savoirs, où sciences, arts et patrimoine dialoguent. Les publics, chaque année nombreux et enthousiastes, sont invités ainsi à des rencontres émancipatrices et conviviales.   

Interview de Sabina Loriga (CRh-GEHM), co-présidente avec Marie-Aude Fouéré la 4e édition du festival Allez Savoir : https://www.youtube.com/watch?v=IOsjg3Plvls&t=185s

Interview de Marie-Aude Fouéré (IMAF), co-présidente avec Sabina Loriga la 4e édition du festival Allez Savoir : https://www.youtube.com/watch?v=nbpgMW-j-CM

 

Programme des membres du CRH

Mercredi 20 septembre 2023

* De 18h à 19h - Dialogue inaugural

Percées utopiques
Avec Jérôme Baschet (CRH-AHLOMA) et Axelle Brodiez-Dolino (CNE)
Modératrice : Nora Hamadi, Journaliste
Lieu : Centre de la Vieille Charité - Cour

Interview de Jérôme Baschet pour Allez Savoir #4 (4'59) : https://www.youtube.com/watch?v=m6uoR1BPIVw&t=65s
Interview de Axelle Brodiez-Dolino pour Allez Savoir #4 (6'21) : https://www.youtube.com/watch?v=SYpFHFAcFhA

 

Jeudi 21 septembre 2023

* De 17h à 18h – Table ronde

Architecture et utopie au XXe siècle. Du mouvement moderne à Adriano Olivetti
Avec Sabina Loriga (CRH-GEHM) et Adele Rugini
Lieu : Centre de la Vieille Charité - Le Miroir

 

Vendredi 22 septembre 2023

* De 14h à 15h30 - Table ronde

En-deçà et Au-delà. Utopies médiévales
Avec Pierre-Olivier Dittmar (CRH-AHLOMA), Pierre Monnet (CRH-AHLOMA) et Sylvain Piron (CRH-AHLOMA),
Lieu : Bibliothèque de l'Alcazar - Salle de conférence

 

* De 17h30 à 19h - Débat

Trois siècles d’utopies économiques (proto-dirigistes)
Avec Olessia Kirtchik, Arnaud Orain (CRH-GHRECO/GEHM) et Miriam Teschl
Modératrice : Valeria Siniscalchi
Lieu : Bibliothèque de l'Alcazar - Salle de conférence

 

Samedi 23 septembre 2023

* De 11h30 à 13h - Atelier

Mesotopia : écrire collectivement une utopie méditerranéenne
Avec Pierre-Antoine Marti, doctorant du CRH-GRIHL
Lieu : Centre de la Vieille Charité - Salles de cours de l'EHESS (2e étage)

 

* De 15h à 16h - Débat

Les Lumières sont-elles une utopie ?
Avec Étienne Anheim (AHLOMA) et Antoine Lilti (Collège de France, CRH-GEHM)
Lieu : Centre de la Vieille Charité - La Cour

 

* De 17h30 à 19h30 – Projection
Narrations du futur, entre utopie et dystopie. « Les fils de l'homme », film d'Alfonso Cuarón (2006)
Avec Pierre-Antoine Marti, doctorant du CRH-GRIHL
Lieu : Cinéma Les Variétés Réservations sur le site du cinéma Les Variétés

 

Dimanche 24 septembre 2023

* De 11h30 à 13h - Atelier

Mesotopia : écrire collectivement une utopie méditerranéenne
Avec Pierre-Antoine Marti, doctorant du CRH-GRIHL
Lieu : Centre de la Vieille Charité - Salles de cours de l'EHESS (2e étage)

 

* De 16h00 à 17h30 – Table ronde

Sexualités utopiques
avec Sylvie Steinberg (CRH-Histoire du Genre/GEHM) et Irène Théry (CNE)
Lieu : Centre de la Vieille Charité - Cour

 

Programme complet

 

Composition du comité éditorial

Présidence :

Comité éditorial :

Émotions animales : un malentendu ? XIIe-XVIIIe siècles

Émotions animales : un malentendu ? XIIe-XVIIIe siècles

7 et 8 septembre 2023 - Colloque

Présentation

L’histoire a longtemps pensé l’animal au prisme d’une triple exploitation économique, symbolique et idéologique par les hommes. Alors que l’histoire des émotions aurait pu depuis longtemps changer les perspectives, la rencontre entre ces deux champs n’a pas encore eu lieu : penser les émotions animales est toujours entaché d’anthropomorphisme. Ce colloque, organisé par Louise Millon-Hazo (Université de Nantes-LAMO), Pierre-Olivier Dittmar (EHESS-AHLOMA) et Justine Le Floc’h (Université de Kyoto), résolument prospectif, considère les différents malentendus interspecifiques comme autant de ressources pour accéder au vécu émotionnel des animaux. A partir d’œuvres composées entre le XIIe et le XVIIIe siècle, il s’agira de mettre en lumière les expressions théoriques et narratives des émotions animales, mais aussi de repérer des récits anecdotiques où la relation avec les non-humains a pu être valorisée dans sa dimension sensible.

En savoir plus

 

Programme

 

Lieu

Château du Tertre 
Campus Tertre
44300 Nantes

ISIH 2023: Crisis and Change in Intellectual History since c. 1450

ISIH 2023: Crisis and Change in Intellectual History since c. 1450

Du 4 au 6 septembre 2023 - Colloque international

Présentation

Keynotes: Anna Becker (Aarhus University), Dmitri Levitin (All Souls College/Caltech), Silvia Sebastiani (EHESS, Paris), Colin Kidd (University of St Andrews)

The International Society for Intellectual History (ISIH) is pleased to announce a call for papers for its annual conference, which will take place at the University of Edinburgh (UK) from 4 to 6 September 2023. The theme of the conference is ‘Crisis and Change in Intellectual History since c. 1450’.

It is common to characterise the present age as one of ‘crisis’, whether this is a crisis of democracy, capitalism, liberalism, the natural environment, conventional standards of factbased truth, or another feature of the modern world that had previously seemed secure. The Greek term krisis literally means a moment of decision, or turning point. ‘Crisis’ therefore is often believed to precede, and to precipitate change.

It is not surprising then that ‘crisis’ has been widely used by historians as a means of explaining intellectual change in the past. The term features in the titles of works ranging from Paul Hazard’s famous La Crise de la conscience européenne of 1935, to Reinhard Koselleck’s Kritik und Krise of 1959, and John Burrow’s The Crisis of Reason, published in 2000.

Participants in the conference are encouraged to explore the meaning and relevance of ‘crisis’ in relation to any topic in intellectual history since c. 1450. No particular definition of ‘crisis’ will be assumed. The term should be taken in its broadest possible sense. Papers may focus on historical debates about crisis, or on crisis as an interpretative tool to account for intellectual change. Participants may also wish to examine alternatives to ‘crisis’ as an explanation for intellectual change.

Possible themes for papers include, but are not restricted to:

  • Political crisis as a catalyst for intellectual change
  • Crisis and histories of knowledge
  • Crises of expertise in history
  • Religious crisis and conflict
  • Economic crises
  • Social change conceptualised as crisis
  • The history of cultural crises
  • Uses of the term ‘crisis’ in writings on intellectual history
  • Histories of responses to real or perceived crises
  • Environmental and climate crisis
  • Institutional crises as catalysts for intellectual change
  • Crises of intellectual disciplines
  • Alternatives to crisis as an explanation for intellectual change

The conference programme is now available below. En savoir plus

Programme

Modalité d'inscription

To register for the conference, please follow this link. Rooms for conference participants are available in the University’s Chancellor’s Court building. When booking a rooms, please use the ‘PROMO CODE’ for the conference, which is ISIH23. The booking site can be found here.
You can now order conference lunches here, if you wish. There are also a supermarket and various cafés and restaurants nearby. Please note that all lunch orders have to be submitted by 21 August at the latest.

For their generous support of ISIH2023, we would like to thank the ISIH, the School of History, Classics and Archaeology at the University of Edinburgh, and the Scots Philosophical Association.

 

Lieu

University of Edinburgh
Old College
ISIH
Salles (Lecture Theatre A, Room G.05, Room G.06, Lecture Theatre B)
South Bridge,
Edinburgh EH8 9YL,
Royaume-Uni


Converser avec Christian Topalov

Converser avec Christian Topalov

Lundi 18 septembre 2023 de 9h30 à 19h - Journée d'étude

Présentation

Organisé par Isabelle Backouche (CRH), Joël Laillier (CMH) et Anne Lhuissier (CMH), ce moment autour des travaux de Christian Topalov donnera l’occasion à chacun des participants de partager ensemble ce qu’il a apporté aux uns et aux autres, aux unes et aux autres. Directeur de thèse, collègue, compagnon de recherches, camarade de luttes et ami, Christian Topalov a mené une carrière scientifique en embrassant avec conviction tous ces rôles. La journée mettra en valeur la diversité de ses engagements et la force de ses propositions pour plusieurs générations.

 

Programme

 

Lieu

EHESS (Salles BS1-28 et BS1-05, sous-sol)
54, boulevard Raspail
75006 Paris 

Jouer l'archive, Octobre-Décembre 1940

Jouer l'archive, Octobre-Décembre 1940

Vendredi 8 septembre 2023 de - Représentation théâtrale

Décembre 1940, Vichy. Des secrétaires d’État discutent les modalités de mise en application de la loi du 3 octobre 1940 portant sur le statut des juifs. Trois jours plus tard, toute personne désignée comme « israélite » se verra exclue de la fonction publique. Conservés aux Archives nationales, les propos stupéfiants tenus lors de cette réunion pourraient avoir des airs de vaudeville, mais donnent à voir le détachement glaçant de la machine technocratique alors à l’œuvre en France.

Deux années de travail ont donné naissance au projet « Jouer l’archive, octobre décembre 1940 » où s’incarnent les minutes d’une réunion de décembre 1940, à Vichy, sur l’application du « statut des juifs » en France. (Durée : 45 min)

Les interprètes sont : Emma Dupont-Leonardi, Anthony Leichnig, Aristote Luyindula, Alexandre Patlajean, Marie-Aurélie Penarrubia, Jenny Trehoux, Marcel Yildiz, élèves du CNSAD-PSL et Abel Saint-Bris du CNSMDP

Un projet de recherche pour perpétuer le devoir de mémoire

Ce projet de recherche-création à partir d’archives du régime de Vichy a été mené en 2019-2021 par le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique (CNSAD)-Université Paris Sciences et Lettres (PSL), le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP) en y associant les historiens Marc Olivier Baruch et Aurélien Poidevin.

Direction : Keti Irubetagoyena, artiste-chercheuse, directrice de la recherche du CNSAD-PSL

Conseils dramaturgiques : Marc Olivier Baruch (CRH), secrétaire général du collège de déontologie du ministère de la Culture

 

Lieu

Archives Nationales de France
59, rue Guynemer
93383
Pierrefitte-sur-Seine

Les animaux au Moyen Âge

Les animaux au Moyen Âge

16 et 17 septembre 2023 - Exposition temporaire dans le cadre des Journées du Patrimoine 2023

Présentation

Exposition temporaire « Les animaux au Moyen Âge »

  • Samedi & dimanche : en continu

Venez profitez des derniers jours de cette exposition réalisée par la Tour Jean sans Peur, sous la direction scientifique de l’historienne Danièle Alexandre-Bidon, ingénieure d’étude à l’EHESS.

Les hommes du Moyen Âge portaient un vif intérêt au règne animal. Pour eux, les bêtes avaient été créées par Dieu pour entourer l’homme, l’aider dans ses travaux, le nourrir, mais pas seulement : dotées d’une âme et d’une intelligence pratique, elles savaient se fabriquer un logis et pouvaient utiliser des pierres en guise d’outil, tels les oiseaux.

De celles que l’on classe aujourd’hui dans la catégorie des animaux mythiques, licornes ou dragons, l’existence n’était pas mise en doute. Ces animaux vivaient simplement si loin qu’on ne les avait jamais rencontrés ou il y a si longtemps qu’il n’en restait que des fossiles.

  • Visites commentées de l’exposition temporaire « Les animaux au Moyen Âge »

Omniprésent dans la société médiévale, l’animal est l’est aussi au Manoir de La Cour, que ce soit pour les travaux agricoles, l’alimentation, le vêtement ou les loisirs seigneuriaux. En compagnie d’un médiateur, parcourez le logis seigneurial à la recherche de leurs présences.

A 16h30, durée : 45 minutes

Nouveauté 2023 : restitution en 3D de la salle des plaids du manoir de la Cour

Parcourez les deux écrans tactiles installés dans cette salle d’apparat pour découvrir ses peintures et sa configuration en 1300. S’appuyant sur un comité scientifique composés de spécialistes des peintures médiévales, d’archéologues et d’historiens, cette restitution permet au public d’appréhender les usages de cette salle, espaces de sociabilité et d’exercice du pouvoir seigneurial.

En savoir plus

 

Lieu

Manoir de la Cour,
6, rue du Temple,
72430 Asnières-sur-Vègre

Quelle place pour l’histoire sociale dans la recherche actuelle en histoire ?/The Present and Future of Social History

Quelle place pour l’histoire sociale dans la recherche actuelle en histoire ?/The Present and Future of Social History

21 et 22 septembre 2023 - Atelier doctoral EHESS-CRH/Cambridge University-Faculty of History

Présentation

L’atelier doctoral, co-organisé par Renaud Morieux et Samita Sen de la faculté d’histoire de l’Université de Cambridge et par Fanny Cosandey (RHISOP) et Jean-Paul Zuñiga (GEI) du Centre de recherches historiques de l’EHESS, vise à réunir des étudiant.es des deux institutions afin de mettre en dialogue les traditions historiographiques des deux pays.

Organisé sur un jour et demi, cet atelier consistera en la présentation par chaque participant.e d’un chapitre de thèse, d’un article en cours de rédaction ou de tout autre élément de réflexion issu des problématiques posées par leur recherche. Car, bien que les études menées dans les deux institutions présentent de nombreux chevauchements et des approches communes, la faculté d’histoire de Cambridge et le CRH ont des traditions intellectuelles différentes, ce qui conduit les recherches qui y sont menées à insister sur des protocoles et des thématiques qui leur sont spécifiques. Dès lors, un objectif important de cette rencontre sera de permettre à des doctorant.es de part et d’autre de la Manche de franchir les frontières et de mettre en travail leurs différences tant en ce qui concerne les méthodes, les références théoriques que les terrains mobilisés par les unes et par les autres. 5 doctorantes du CRH et 5 doctorantes de Cambridge y assisteront et présenteront des contributions liées à leur recherche doctorale.

Contacts :

fanny.cosandey@ehess.fr, jean-paul.zuniga@ehess.fr
rm656@cam.ac.uk, ss162@cam.ac.uk

 

Programme

 

Lieu

21 septembre 2023

EHESS-CRH (Salle B_4-01, 4e étage)
54, boulevard Raspail
75006 Paris

22 septembre 2023

EHESS-CRH (Salle de co-working, 4e étage)
54, boulevard Raspail
75006 Paris

What is new in social history ?

What is new in social history ?

28 et 29 septembre 2023 - Atelier

Présentation

This event is supported by the Joint Centre for History and Economics at Harvard and Cambridge, the Past & Present Society, and the ERC Lubartworld (IHMC-CNRS/EHESS).

 

In recent years, scholars across various subfields have revitalized the practice of social history. This workshop will bring together leading practitioners to ask where the field is headed. It will explore the emergence of social history, at the crossroads of several disciplines. First, we wish to reflect on the practices of interdisciplinarity research within a comparative, international, and transgenerational framework. By bringing into dialogue senior and early-career researchers from different countries, we aim to identify the effects of national frameworks on our practices. Bringing together historians from different countries also makes it possible to compare the intellectual geographies in which social history has been embedded. Second, we want to highlight the current relationship between history and other social sciences. Without falling into a naive or empty vision of interdisciplinarity, we would like to reflect on how historians today adopt methodological proposals or analytical frameworks from sociology, anthropology, ethnography, political science, and economics, as well as from law and literature. While some historians, such as William Sewell, have sought to define the theoretical connections between history and the social sciences, this workshop will centre the historians’ methods and praxis : from their choice of an analytical framework to their writing techniques, including the concrete work on sources and the implementation of their methodology. One of the workshop’s key assumptions is the notion that the “tricks of the trade” (Howard S. Becker) will enable its participants to think collectively about the past and current challenges faced by social history.

 

https://lubartworld.cnrs.fr/atelier-what-is-new-in-social-history/

https://ihmc.ens.psl.eu/what-is-new-in-social-history

 

 

Programme

Thursday, September 28

9:00am : Welcome/Coffee

9:30 am : Introduction

10:00 am - 12:00pm. Panel I. Interdisciplinarity in Action

Social History and the Law : The Conditions for a Fruitful Encounter (Savoy Estate, 18th century)

Simona Cerutti (EHESS)


Interactions, Process, Configurations : The Commune de Paris as a Test

Quentin Deluermoz (Université de Paris)


The Warden and the Prisoners. Analyzing a Power Relationship Over Time, between Social History and Sociology

Elsa Génard (Harvard University) and Corentin Durand (Sciences Po Paris)

12pm - 1:30pm. Lunch

1:30 - 3:30pm : Panel II. Working with and on Silences

Seeing and Hearing the Social in Transpacific Japan

Martin Dusinberre (University of Zurich)

 

Jews, Catholics and the others. Interpreting missing information on confession in 1930s Poland

Claire Zalc (CNRS-EHESS) et Anton Perdoncin (CNRS)

 

Impossible Retrievals : A Palestinian Childhood After Catastrophe

Mezna Qato (Newnham College, University of Cambridge)

 

3:30 - 4:00 pm : Coffee break

4:00 - 6:00 pm : Panel III. The Transformation of Social History since the 1970s

History and the Social Sciences in Britain, An Emeritus Perspective

Joanna Innes (University of Oxford)

 

Social History Revisited (c. 1979) : Histories of Economic Life in the French Provinces

Emma Rothschild (Harvard University)

 

I Care ! : Social Reproduction, Carework, and the Writing of History.

Sarah Knott (Indiana University)

 

7:30 pm : Dinner at a local restaurant

 

Friday, September 29

9:30 : Welcome/Coffee

9:45 - 11:45am : Panel IV. Beyond Constructivism

Taking Political Risks:Financial Speculation and Innovation in Marseille’s Marine Insurance Market, 1754-1783

Mallory Hope (Harvard University)

 

From Numbers to Boundaries, from Boundaries to Numbers : Apprentices in Eighteenth and Nineteenth-Century France

Claire Lemercier (CNRS) (with Clare Crowston)

 

Racial Capitalism and the Social History of Colonialism

Madeline Woker (University of Cambridge)

 

12:00 – 1:30 pm : Lunch

1:30 – 3:30 pm : Panel V. Styles of Inquiry, Writing Styles

The Past Lasts Forever : An Early-Modern Historian Confronted by the History of his Family

Renaud Morieux (University of Cambridge)

 

An Olivarera [Olive Worker] from Andalusia and New Ways to Write History

Roseanna Webster (University of Cambridge)

 

Historians and Their Kin : Epistemological, Rhetorical, and Positional Displacements

Stéphane Gerson (NYU)

3:30 – 4:15 pm. Closing discussion

"Versions originales"

Du 18 septembre au 24 octobre 2023 - Les séminaires plurilingues en sciences sociales

Présentation

Dans le cadre de la poursuite de sa politique d’internationalisation, l’École des hautes études en sciences sociales propose aux étudiantes et étudiants, pour la première fois, une série de séminaires en sciences sociales dispensés en anglais et en espagnol, du 18 septembre au 27 octobre 2023, à l’Humathèque du Campus Condorcet à Aubervilliers.

Explorer les potentialités réflexives offertes par les langues étrangères

Animés par les enseignants-chercheurs de l’EHESS et ouverts aux étudiants et étudiantes de l’École et d’autres institutions, les séminaires plurilingues « Versions Originales » s’inscrivent dans l’ambition d’ouvrir davantage l’établissement à l’international. Pour ce faire, l’EHESS aspire à ajouter une dimension interculturelle à ses enseignements pluridisciplinaires, comme l’illustre la création de ses séminaires de rentrée dispensés en anglais et en espagnol pour cette édition 2023. L’objectif à long terme : que chaque étudiante et étudiant puisse s’exprimer et communiquer dans sa langue, une manière de mettre en lumière le caractère universel des sciences sociales.  

Porté par le vice-président chargé des Relations internationales Leopoldo Iribarren et par l’historien chargé de mission « Politiques des langues » Naveen Kanalu, ce projet de séminaires plurilingues dispose d’une double portée : proposer une dimension expressive et pragmatique de la langue au travers d’une programmation organisée comme un avant avant-goût de l'offre pédagogique de l'EHESS.

Cette initiative inédite au sein de l’établissement contribue notamment à alimenter la réflexion relative à la dispense de séminaires validables en langues étrangères dans leur diversité, en allant au-delà de l’usage conventionnel de l’anglais.

« Versions Originales » 2023 : une programmation diversifiée de séminaires indépendants

Sciences sociales et urbanisme, littérature et technologie, histoire économique et sociale, ou encore sociologie de la culture de Pierre Bourdieu : les thématiques abordées à l’occasion de ces séminaires plurilingues traversent les disciplines et (ré)interrogent certains concepts clés et fondamentaux des sciences humaines et sociales. À la rentrée 2023, ces séminaires sont proposés en anglais en et espagnol, l’ambition étant de les enrichir avec des modules en italien et en allemand dès la rentrée 2024.

Les séminaires se déroulent du 18 septembre au 27 octobre 2023, en amont de la rentrée en cursus de Master, à l’Humathèque du Campus Condorcet, l’occasion pour les étudiantes et étudiants, nouveaux comme anciens, de (re)découvrir les différentes infrastructures qui composent le Campus Condorcet.

Séminaires ouverts à tous les étudiants, sur inscription
Lien vers le formulaire d'inscription : https://questionnaire.aria.ehess.fr/index.php/458486?lang=fr

En savoir plus

 

Programme des membres du CRH

20 septembre de 14h à 17h :
Jean-Paul Zuñiga, “Giro espacial e Historia”: retos metodológicos y epistemológicos

21 septembre de 14h à 17h :
Pablo Blitstein, Los estudios de área y la unidad de las ciencias sociales

27 septembre de 14h à 17h :
Alessandro Stanziani, Eurocentrism: what the hell is it?

17 octobre de 10h à 13h :
Naveen Kanalu, Approaches to Comparative History: Islamicate Empires in the Early Modern World

19 octobre de 14h à 17h :
Nancy L. Green, Transnationalism and its Limits

24 octobre de 10h à 13h :
Silvia Sebastiani, Race and Enlightenment: the history of a controversy

 

Programme complet

 

Lieu

Humathèque Campus Condorcet
Salle 211
Cours des Humanités
93300 Aubervilliers

Le CRH,

Le CRH, "Les vivants et les morts"

Du 4 au 8 octobre 2023 - Les Rendez-Vous de Blois

Présentation

Un lieu de rencontre privilégié où chaque année les historiens peuvent se retrouver afin d’exposer l’état de leurs réflexions, de présenter leurs travaux et de confronter leurs points de vue dans le but de concourir au progrès de la recherche et de la connaissance historique.

Voir le site de la 26e édition

 

Programme des membres du CRH

Jeudi 5 octobre 2023

14H30-16H
Abomination de la mort, peur des revenants, deuils insurmontables ou pathologiques : cohabiter avec les morts de l'Antiquité à nos jours

Table ronde, carte blanche à la SOPHAU

Modération : Françoise DUNAND, professeure émérite à l’université de Strasbourg
Intervenants : Annette BECKER, professeure émérite à l’université de Paris-Nanterre, Éric CRUBEZY, professeur à l’université de Toulouse, Jean-Claude SCHMITT, directeur d’études à l’EHESS et Christiane ZIVIE-COCHE, directrice d’études émérite à l’EPHE
Lieu :
SALLE DES CONFÉRENCES, CHÂTEAU ROYAL DE BLOIS

 

Vendredi 6 octobre 2023

11H15-12H45
De l'Europe à la Méditerranée, de Liège aux Annales : l'héritage d'Henri Pirenne 
- Table ronde, carte blanche aux Éditions Gallimard

Modération : Emmanuel LAURENTIN, journaliste et producteur à France Culture
Intervenants : Étienne ANHEIM, directeur d‘études à l’EHESS, Bruno DUMÉZIL, professeur à l’université Paris-Sorbonne, Philippe SÉNAC, professeur émérite à Sorbonne Université

 

14H15-15H45
Mourir en situation coloniale
-
Table ronde, Lab du jeune chercheur

Modération : Aliénor CADIOT, docteure en histoire (EHESS-CRH)
Intervenants : Margot GARCIN, doctorante à l’université d’Aix-Marseille, Sara LEGRANDJACQUES, docteure en histoire à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Aubin PEAUDEAU, doctorant à l’EHESS (CRH), Maëlle PENNEGUES, doctorant à Sorbonne Université.
Lieu : AMPHI 1, SITE CHOCOLATERIE DE L’IUT

 

14H30-16H
Le matrimoine : Transmission et mémoire  - Table ronde, carte blanche à Mnémosyne. Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre

Modération : Bibia PAVARD, maîtresse de conférences à l’université Paris- Panthéon-Assas
Intervenants : Cécile BEGHIN, agrégée d’histoire, Elie HADDAD, chargé de recherche au CNRS, Karine KARILA-COHEN, maîtresse de conférences à l’université Rennes 2, Ulrike KRAMPL, professeure à l’université de Tours, Catherine MARAND-FOUQUET, agrégée d’histoire
Lieu : AUDITORIUM, CONSERVATOIRE DE MUSIQUE

 

15H30-16H30
Les images médiévales. La figure et le corps
- Entretien

Modération : Farid ABDELOUAHAB, historien
Intervenant : Jean-Claude SCHMITT, directeur d’études à l’EHESS
Lieu : SALLE MANSART, CHÂTEAU ROYAL DE BLOIS

 

16H15-17H15
Les suppliques de Jérôme Prieur - Projection du documentaire, France, 2022, 1h03, avec l'historien Laurent JOLY, La Générale de Production/France Télévisions

Intervenant : Jérôme PRIEUR, réalisateur
En écho, avec l'atelier numérique du Lab de l'enseignant, Suppliques stories :
enseigner l'État contre les Juifs
, samedi 7 octobre à 11h-12h15,  avec Laurent JOLY et Agathe
LAURENT
Lieu : SALLE 1, CINÉMA LES LOBIS • GRATUIT

 

18H-19H30
Angéliques, diaboliques et fascinants : les revenants 
- Table ronde proposée par le Conseil scientifique

Modération : Joëlle ALAZARD, présidente de l’APHG
Intervenants : Caroline CALLARD, directrice d’études à l’EHESS, Nicole EDELMAN, maîtresse de conférences honoraire à l’université de Paris Ouest-Nanterre, Stéphanie SAUGET, professeure à l’université de Tours, Jean-Claude SCHMITT, directeur d’études à l’EHESS
Lieu : MAISON DE LA MAGIE

 

18H-19H30
Compter les morts 
- Table ronde proposée par le Conseil scientifique

Modération : Guillaume CALAFAT, maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Intervenants :  Paul-André ROSENTAL, professeur à Sciences Po-Paris, Claire ZALC, directrice de recherche au CNRS
Lieu : AMPHI 1, UNIVERSITÉ SITE JAURÈS

 

18H30-20H
Comment les didactiques des sciences humaines peuvent-elles contribuer à construire des savoirs pour agir sur le monde ?
- Table ronde, carte blanche aux Presses universitaires de Grenoble

Modération : Pierre KAHN, professeur émérite à l’université de Caen
Intervenants : Étienne ANHEIM, directeur de recherches à l’EHESS, Jean-Charles BUTTIER, chargé d’enseignement à l’université de Genève, Caroline LEININGER-FREZAL, enseignante- chercheure à l’université de Paris Diderot, Valérie OPERIOL, chargée d’enseignement à l’université de Genève
Lieu : SALLE DU TRIBUNAL CORRECTIONNEL, PALAIS DE JUSTICE

 

Samedi 7 octobre

11h-12h15
Suppliques stories : enseigner l'État contre les Juifs - Atelier numérique du Lab de l'enseignant

avec Laurent JOLY et Agathe LAURENT
Lieu :  INSPE (Salle 24)

 

15H-16H
Histoire juive de la France - Entretien, carte blanche aux éditions Albin Michel

Intervenants : Sylvie Anne GOLDBERG, directrice d’études à l’EHESS, Jean MOUTTAPA, éditeur aux éditions Albin Michel
Lieu : AUDITORIUM SAMUEL PATY, BIBLIOTHÈQUE ABBÉ-GRÉGOIRE

 

16H30-18H
Un nom, c'est bien souvent tout ce qui reste - Table ronde, carte blanche au Centre de recherches historiques (CRH)

Modération : Sylvie STEINBERG, directrice d’études à l’EHESS
Intervenants : Jérémie FOA, maître de conférences à l’université d’Aix Marseille Paulin ISMARD, professeur à l’université d’Aix Marseille, Claire ZALC, directrice de recherches au CNRS
Lieu : SALLE DES ASSISES, PALAIS DE JUSTICE

 

 

Programme complet

Livret "L'économie aux Rendez-vous de l'histoire"

Le temps de la justice. Époques moderne et contemporaine, Europe et Amériques / Time and Justice, Timing Justice. Early modern and contemporary times, Europe and Americas

Le temps de la justice. Époques moderne et contemporaine, Europe et Amériques / Time and Justice, Timing Justice. Early modern and contemporary times, Europe and Americas

24 et 25 octobre 2023 - Colloque

Présentation

Les recherches récentes en sociologie ont souligné combien le temps est devenu un enjeu central du fonctionnement et de la légitimité de l’institution judiciaire. Cependant, le temps de la justice a été peu étudié en lui-même par les historien·nes. Ce colloque vise à mettre en perspective l’accélération contemporaine de la justice en observant sur plusieurs siècles les rapports de la justice au temps. Il s’agit d’étudier comment la justice construit ses temporalités et comment celles-ci s’articulent aux autres temporalités sociales. Ce questionnement prend pour cadre l’Europe et les Amériques aux époques moderne et contemporaine, afin de comparer différents espaces, contextes et cultures juridiques.


Programme

Mardi 24 octobre

9h30 : Accueil des participants

10h-10h20 : Introduction (Alice Bonzom, Benoît Saint-Cast)

Matin :  Les enjeux de la célérité judiciaire

Panel 1 : Célérité judiciaire et transformations de la justice (10h20-12h)
Présidence : Claire Lemercier (CNRS)

  • 10h20-10h50 : Louis Georges (Université Paris-Nanterre, MéMo), « "La toute nouvelle invention de la demi-heure et du sablier" : mesures et pratiques de la temporalité dans les procédures judiciaires du Paris moderne (années 1650-années 1730). »

  • 10h50-11h20 : Fabien Salducci (FRAMESPA), « Une justice de proximité considérablement plus rapide. Exemple de Saint-Tropez (1773-1803). » 

  • 11h20-11h50 : Federico Del Giudice (Scuola Normale Superiore de Pisa), « De la procédure sommaire aux tribunaux du travail : conflits de travail et temps de la justice en Argentine dans la première moitié du XXe siècle. »

  • 11h50-12h : Pause

  • 12h-12h30 :  Discussion de la première demi-journée

Après-midi : Adapter le temps de la justice

Panel 2 : Le temps pénal : débats, doctrine et pratiques (14h-15h)
Présidence : Neil Davie (Lyon 2)

  • 14h-14h30 : Laura Garet (Université Toulouse Jean Jaurès, FRAMESPA), « Célérité de la mort pénale, perpétuité de la mort civile : les peines éliminatrices et leurs rythmes, de la doctrine à la pratique (Parlement de Toulouse, XVIIIe siècle) » 

  • 14h30-15h : Simon Grivet (Université de Lille, CECILLE), « L’étrangeté états-unienne ou comment le temps de la peine de mort s’est distendu jusqu’à l’absurde depuis la seconde moitié du XXe siècle »

15h-15h20 : Pause

Panel 3 : Le temps judiciaire face à l’exception (15h20-16h50)
Présidence : Simona Cerutti (EHESS)

  • 15h20-15h50: Romain Benoît-Lévy (Université Rennes 2, Tempora), « "Vite fait, bien fait ?" Le temps des procédures pour affaires d'honneur, entre issues judiciaires et menace des duels (France, XVIIe-XVIIIe siècles) »

  • 15h50-16h20 : Jeanne-Laure Le Quang (IHMC), « Le temps de la justice face à l’urgence de la menace : la justice bousculée par les  "mesures de haute police" sous le Consulat et l'Empire (1799-1815) »

  • 16h20-16h50 : Fabien Lostec (Université Rennes 2, Tempora), « Le temps de la justice : un enjeu central de l’épuration en France à la Libération » 

  • 16h50h-17h : Pause

  • 17h-17h30 : Discussion de la deuxième demi-journée

Mercredi 25 octobre

Matin : Expériences et mesures des temps de la justice

9h : Accueil des participants

Panel 5 : Attente judiciaire et incertitude juridique (9h30-11h)
Présidence : Nicolas Picard (Centre d'Histoire du XIXe siècle)

  • 9h30-10h : Fanny Lalande (Université Lyon 2, LARHRA), « Graffiti des prisons des prisons d’Etat en Dauphiné et Vivarais : mise en récit collective du temps de l’emprisonnement chez les prisonniers pour religion au XVIIIe siècle »

  • 10h-10h30 : Lauriane Cherki
 (Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier), « La déportation pénale britannique aux Amériques au XVIIIe siècle : entre temporalités judiciaires, logistiques et marchandes »

  • 10h30-11h : Matilde Flamigni (Scuola Normale Superiore de Pisa/University Federico II, Naples), « Time of Law and Sites of Coercion.
 The Casa de la Beneficencia slave depot in Havana (1840-1857) »

11h-11h20 : Pause

Panel 6 : Mesurer le temps judiciaire (11h20-12h20)
Présidence : Simon Castanié (Centre Roland Mousnier-CRH)

  • 11h20-11h50 : Pilar González Bernaldo de Quirós (Laboratoire « Mondes Américains »), « Le temps des migrations juridiques : naturalisations dans la ville de Buenos Aires entre 1880 et 1930 »

  • 11h50-12h20 : Ana Maria Falconi (CSO, Sciences Po Paris) et Claire Lemercier (CSO, Sciences Po Paris), « "L’intéressé est un réclamant d’habitude." Porter un litige devant les hautes cours en France, 1945-2015 »

  • 12h20-12h50 : Discussion de la troisième demi-journée

Après-midi : Le temps judiciaire aux mains des justiciables

Panel 6 : Temporalités judiciaires et usages des procédures 1/2 (14h10-15h10)
Présidence : Julie Doyon (Lyon 2)

  • 14h10-14h40 : Bernard Dauven (Centre d’Histoire du Droit et de la Justice, Université catholique de Louvain), « Le temps, élément clef des usages de la justice moderne ? Le “choix” des procédures par les auteurs d’homicide dans le duché de Brabant (XVe-XVIIe siècles) »

  • 14h40-15h10 : Dylan Beccaria (Aix-Marseille Université, TELEMMe/CERHIIP), « Temps judiciaire et stratégies des justiciables dans les vérifications des lettres de grâce (Provence, début du XVIIe siècle) »

15h10-15h30 : Pause

Panel 7 : Temporalités judiciaires et usages des procédures 2/2 (15h30-16h30)
Présidence : Verónica Vallejo Flores ("Mondes Américains")

  • 15h30-16h : Martina Ognibene (EHESS), « Quand l’allongement des temps de la justice conduit à la normalisation de l’accord extra-judiciaire : l’exemple du procès pour viol (XVIIe-XVIIIe siècle) » 

  • 16h-16h30 : Sabine Rousseau (LARHRA), « Le temps de la justice en Amazonie brésilienne dans les années 1990 »

  • 16h30-17h : Discussion de la quatrième demi-journée

17h-17h30 : Discussion conclusive

Comité d'organisation

  • Alice Bonzom, maîtresse de conférences en civilisation britannique à l’Université Lumière Lyon 2 - Triangle
  • Simon Castanié, doctorant, ATER en histoire moderne à l’Université Paris IV, Centre Roland Mousnier/ EHESS, CRH
  • Nicolas Picard, docteur en histoire, chercheur associé au Centre d’histoire du XIXe
  • Benoît Saint-Cast, docteur en histoire, chercheur associé au LARHRA
  • Verónica Vallejo Flores, docteure en histoire, chercheuse associée au laboratoire Mondes Américains

Comité scientifique

  • Pascal Bastien, Université du Québec à Montréal
  • Simona Cerutti, EHESS, Centre de Recherche Historique
  • Frédéric Chauvaud, Université de Poitiers, Criham EA 4270
  • Neil Davie, Université Lumière Lyon 2, LARHRA UMR 5190
  • Anne-Emmanuelle Demartini, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle UR 3550
  • Mirian Galante, Universidad Autónoma de Madrid
  • Laurence Guignard, Université de Lorraine, CRULH EA 3945
  • Marie Houllemare, Université de Genève
  • Arnaud-Dominique Houte, Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle UR 3550
  • Claire Lemercier, CNRS, CSO UMR 7116
  • Xavier Rousseaux, Université catholique de Louvain
  • Evelyne Sanchez, CNRS, Institut d’histoire du temps présent UMR 8244
  • Emmanuel Taïeb, IEP de Lyon, Triangle UMR 5206
  • Rachel Vanneuville, CNRS, Triangle UMR 5206

Lieu

Évenement essentiellement sur site, plan d'accès

MSH Lyon Saint-Etienne
Espace Marc Bloch (RDC)
14, avenue Berthelot
69007 Lyon

 

Économie politique des missions en Amérique autochtone

Économie politique des missions en Amérique autochtone

Mercredi 11 octobre de 9h30 à 18h30 - Journée d'étude

Présentation

Cette journée d'étude est organisée par Olivier Allard (EHESS-LAS) et Mickaël Orantin (EHESS, CRH-GEI), dans le cadre de l'Atelier Condorcet « Économie politique de l'Amérique indigène ».

 

La colonisation des Amériques s’est accompagnée d’une série de missions religieuses dont l’objectif était l’évangélisation des populations autochtones mais aussi leur transformation sociale et politique. Afin d’intégrer les Amérindiens à un nouvel ordre social, fondé sur le christianisme, les missionnaires ont tenté et tentent encore aujourd’hui de réformer leurs manières de travailler, leur système politique, ou encore leur organisation familiale. Cette journée d’étude a pour objet de comparer l’activité missionnaire des catholiques et des protestants, aux époques moderne et contemporaine, en mettant en avant leur réception par les populations autochtones.

 

Programme

9h30 : introduction – par Olivier Allard (LAS, EHESS) & Mickaël Orantin (CRH-GEI, EHESS)

10h-11h15 :

  • Mickaël Orantin (CRH-GEI, EHESS) – Une aumône universelle ? Pauvreté, communs et protection sociale dans les missions jésuites du Paraguay (XVIIe-XVIIIe siècles)
  • Aliocha Maldavsky (ESNA, Paris Nanterre) – Restitutions de biens aux Indiens et financement précoce de l’évangélisation dans les Andes, 1550-1570
  • discutante : Capucine Boidin (CREDA, Sorbonne Nouvelle)

11-15h-11h45 : pause

11h45-13h :

  • Victor Campolo (CAK, EHESS) – Faire l’apostolat dans le Territoire de l’Inini. Les pères spiritains au contact de populations éparses : une approche spatiale (1927-1939)
  • Cédric Yvinec (Mondes Américains, CNRS) – Travail, pouvoir et catholicisme dans les anciennes missions franciscaines de Guarayos (Amazonie bolivienne)
  • discutant : Thomas Brignon (Framespa, Toulouse Jean Jaurès & Sorbonne Nouvelle)

13h-14h30 : déjeuner

14h30-15h45 :

  • Élise Capredon (Canthel, Paris Cité) – La « troisième vague missionnaire ». Enjeux et modalités de la diffusion du christianisme évangélique par les Amérindiens au Brésil
  • Victor Cova (Université d’Aarhus) – Les effets paradoxaux des missions évangéliques en Amazonie équatorienne : capitalisme, gauchisme et infrastructures
  • discutant : Emir Mahieddin (Césor, CNRS)

15h45-16h15 : pause

16h15-17h30 :

  • Jean-Hugo Ihl (CAK, EHESS) – « 800 indiens au cimetière, tous chrétiens ». Falsifier la réalité par l’ethnologie dans les missions de Terre de Feu (1918-1926)
  • Gabriel Crovetto Effio (LAS, EHESS) – « Qui a vraiment besoin d'être converti ? » : Pacification, métissage et transformations contemporaines dans l'interfluve Pastaza-Morona (Amazonie du nord péruvien)
  • discutant : Olivier Allard (LAS, EHESS)

17h30-18h : discussion générale

 

Lieu

Campus Condorcet
Centre des colloques (salle 3.03)
Place du Front Populaire
93300 Aubervilliers

Architecture, aluminium et patrimoine XXe-XXIe siècles.  Entre innovation, patrimoine et environnement

Architecture, aluminium et patrimoine XXe-XXIe siècles. Entre innovation, patrimoine et environnement

23 et 24 octobre 2023 - Colloque final international

Présentation

Le projet ANR « Architecture, aluminium et patrimoine XXe-XXIe siècles » a développé depuis 4 ans des recherches sur l’histoire de l’aluminium dans l’architecture, sa patrimonialisation et sa conservation.

L’histoire de l’aluminium et ses alliages dans l’architecture n’avait jusqu’ici été envisagée que de manière émiettée, au travers d’approches monographiques et biographiques, dans lesquelles dominait la figure de Jean Prouvé. Au fil des travaux, l’apport d’autres acteurs, comme Jean de Mailly ou Marcel Lods, permet de comprendre comment était appréhendé ce métal, quelles étaient ses qualités et les contraintes rencontrées. Le croisement des études de cas par immeuble ou type d’immeuble tend aussi à montrer les différences d’enjeux économiques et techniques tant du point de vue des maîtres d’ouvrages que des architectes, des ingénieurs et des entreprises.

Ce métal, source d’innovations techniques et de création artistique, intègre des problématiques sociétales comme la durabilité et l’économie circulaire. Une meilleure connaissance de sa dissémination, dans le temps et l’espace, des stratégies des acteurs, des techniques de mise en œuvre et de conservation doit aider à réfléchir sur les objectifs de développement durable

Réalisé à l’échelle de la France, un corpus d’objets techniques anciens en alliage d’aluminium a été constitué et étudié pour déterminer la nature des alliages mise en œuvre dans le temps, l’état de conservation et les types de corrosion rencontrées. La création d’une base de données pluridisciplinaire sera mise à disposition afin d’étudier la diffusion de ses usages dans le bâtiment et aider à la définition de stratégies de conservation et de restauration.

Le colloque final permettra de restituer les travaux menés et d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherches, notamment vers l’étranger. Mené en partenariat avec le Laboratoire de recherches des monuments historiques et l’École nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette, ce colloque réunira notamment des chercheurs, des professionnels de la conservation/restauration et des praticiens de l’architecture – architectes et industriels.

Trois thèmes orientent les propos, dans une dimension interdisciplinaire :

-       L’histoire des alliages d'aluminium dans l'architecture et ses acteurs

-       Les processus de patrimonialisation

-       Les états de conservation/restauration

Inscription obligatoire en présentiel comme à distance : https://archi-alum-patr.sciencesconf.org/

Renseignements complémentaires à adresser à Nesrine Azizi : nesrine.azizi@paris-est-sup.fr

 

Programme

 

Lundi 23 octobre 2023

Amphi 2 – C2RMF

9h 15: Accueil

9h45 : Introduction, Florence Hachez-Leroy, coordinatrice de l’ANR Archipal

10h : Keynote –Marie-Jeanne Dumont, ENSA Paris Belleville, 50 nuances de gris...

10h30 : Des mots pour le dire

  • Loup Calosci ENSA Paris-Belleville et Paris-La Villette et Franck Cochoy, U. de Toulouse 2, Les matériaux sous l’architecture : une exploration textométrique du cas de l’aluminium dans la revue Architectural Records (1891-2010)

  •  Hervé Péjaudier, écrivain, docteur en anthropologie de l’EHESS, Architecture et imaginaire de l’aluminium dans la littérature

  • Sébastien Cherruet, ENSA Normandie, Édouard Albert (1910-1968) : un architecte en quête de légèreté

Pause déjeuner

13h30 : Regards d’ailleurs entre le Royaume-Uni et le Canada

  • Paul Smith, historien, Saint Mary the Virgin, Great Warley, Essex, Angleterre, « l’église d’aluminium »

  • Lucie K. Morisset, UQAM, et Martin Simard, Arvida, La présence d’aluminium à Arvida et ses enjeux patrimoniaux, dont le pont (mixte présentiel/visioconférence)

14h20 : Les différentes vies de l’aluminium

  • Recyclabilité et durabilité, quels enjeux ?

  • Carl Zeming, Pratt Institute, The recyclability of aluminium in architecture (visioconférence)

  • José Halloy, U. Paris Cité, Recyclabilité, soutenabilité et changement climatique : vers la fin de la métallurgie ?

Pause

15h30 : Restauration, adaptation

  •  Franz Graf, architecte et Giulia Marino, architecte, La Buvette d’Evian

  • Jean-Charles Huet, architecte, Restaurer la maison métropole de Jean Prouvé

16h30 : Table-ronde – Grands témoins

Laurent Beaudoin, architecte
Jean-Marc Weill, ingénieur

17h45 : Fin de la journée

Mardi 24 octobre 2023

9h00-10h20 – La fabrique du patrimoine

  • Thierry Renaux, CRH/EHESS et Loup Calosci, ENSA de Paris Belleville et Paris La Villette, La constitution d’une base de données édifices. Méthodologie, réalisation et conclusions

  • Aurélia Azéma, CRC-LRMH, et Christian Degrigny, Haute École Arc Neuchâtel, Des alliages et des corrosions : que disent les analyses ?

  • Nathalie Postic, IHA, La constitution de « collections » iconographiques et leurs apports

Pause

10h40-12h00 – L’Allemagne en parallèle

  • Michael Prange, German Mining-Museum Bochum and Technical University of applied Sciences Georg Agricola, The History of Aluminum Alloys in Germany. Aspects of Material, Corrosion and Protection

  • Roman Hillmann, German Mining-Museum Bochum, Material Sciences, Influences of aluminium extrusion on construction and design of 1960s to 1970s Curtain Walls

  • Gleardo Terziu, German Mining-Museum Bochum, Material Sciences, To preserve Aluminum Façades as Heritage – an approach towards a serial conservation

Pause déjeuner

  • 13h30 – Des acteurs en tension

  •  Antoine Perron, ENSA de Paris-Belleville, La préfabrication métallique face aux critiques des architectes (1943-1973)

  •  Catherine Blain, ENSA de Paris-Belleville, Chroniques d’une disparition annoncée. L’architecture du 20e siècle au prisme du second œuvre

  • Jean Souviron, ENSA de Paris-Belleville, De verre et d’aluminium : une histoire matérielle des façades légères entre Paris et Bruxelles

  •  Éric Monin, ENSAP de Lille, C/S Steel & Cie S.A. : les déclinaisons fascinantes de l’aluminium façonné

Pause

16h15 : Projection du film de Julien Donada, Bac Luna mon amour

17h : Richard Klein, ENSAP de Lille, Fabrique du patrimoine, acteurs en tension : synthèses et perspectives

17h45 : Fin de la journée

 

Comité scientifique

  • Florence Hachez-Leroy, Université d’Artois/CREHS, coordinatrice de l’ANR
  • Aurélia Azéma, Centre de recherche sur la conservation-Laboratoire de recherche des monuments historiques, Paris
  • Karen Bowie, École nationale supérieure d’architecture Paris La Villette/AHTTEP-AUSser
  • Christian Degrigny, Haute École Arc Conservation-restauration, Neuchâtel, Suisse
  • Loup Calosci, Écoles nationales supérieures d’architecture de Paris Belleville et Paris La Villette
  • Richard Klein, École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Lille
  • Virginie Picon, École nationale supérieure d’architecture Paris-Belleville/IPRAUS- AUSser
  • Thierry Renaux, CRH/EHESS

Lieu

Palais du Louvre
Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France
14, Quai François Mitterrand
75001 Paris

 


 

Gestes, rythmes, mouvements du commun

Gestes, rythmes, mouvements du commun

Du 18 au 20 octobre 2023 - Colloque

Présentation

L’objectif de ces rencontres, organisées par Rémi Astruc (CYU), Madeleine Planeix-Crocker (EHESS, CRAL-CRH) et Fanny Tsang, est d’ouvrir un échange entre théoricien·nes et praticien·nes, chercheur·euses et artistes, performeur·euses et publics afin que se dessine un espace de co- création intellectuel et sensible, propice à appréhender la complexité de ce sujet. Soulèvements, retournements, insurrections, révolutions, écrasements, bonds en avant, retours en arrière, stagnations sont autant de mouvements — élans et retombées — qui agitent en permanence le « corps social », comme si celui-ci était effectivement composé de muscles et de tendons qui n’ont de cesse de s’activer et de se relâcher, d’entraîner celui-ci dans une direction ou une autre. Or on peut penser qu’il y a bien plus qu’une grossière métaphore vitaliste derrière cette façon de qualifier les groupes et les sociétés dans leur turbulente évolution : il y a la perception claire qu’une réalité physique, bien que subtile, peut seule constituer le support d’un « être-en- commun », voire d’un mouvement commun.

 

Programme

 

Lieu

Médiathèque du Patrimoine et de la Photographie
11, rue du Séminaire de Conflans
94220 Charenton-le-Pont

(M° Liberté)

Dictamina II

Dictamina II

Du 17 au 18 novembre 2023 - Colloque international

Présentation

Le workshop Dictamina II est la seconde étape du programme « Dictamina. Transcription et mise en ligne de sources inédites sur la communication épistolaire italienne et son influence européenne (XIIe-XIVe s.) ». L’équipe, composée de 12 doctorants et postdoctorants, et de 8 chercheurs seniors, présentera les travaux achevés et en cours et discutera les modalités d’édition, de mise en ligne, de partage et de diffusion des textes analysés lors de l’année 2023, dans le cadre de ce programme international réunissant l’université Ca’ Foscari de Venise), les universités d’Aix-la-Chapelle, de Sienne et de Nancy et l’École française de Rome.

 

Programme

Vendredi/venerdì/Freitag 17 novembre 2023

9H30-12h :

Bilan des travaux de l’année 2022-2023 et programmation pour 2023-2024/Bilancio dei lavori dell’anno 2022-2023 e programmazione per 2023-2024.

  • Florian Hartmann, Benoît Grévin : Il progetto dictamina, un bilancio intermedio

  • Table ronde de l’équipe en dialogue avec les organisateurs/tavola rotonda della squadra in dialogo cogli organizzatori (Elisabetta Bartoli, Benoît Grévin, Florian Hartmann, Antonio Montefusco) :  Les projets en cours/I progetti in corso

  • Angela Cossu : Il sito WEB « Dictamina », un anno dopo. Funzionamento, miglioramenti, suggestioni

  • Elisabetta Bartoli : Il progetto « Dictamina » e ALIM. Precisazioni sulla selezione e l’avvio dei lavori

Pause-déjeuner/Pausa pranzo/Mittagspause

14H00 : Première partie/Prima parte/Erster Teil : autour des lettres papales et pseudo-papales /attorno alle lettere papali e pseudopapali/Über päpstliche und pseudopäpstliche Briefe

  • Matthias Thumser : La collezione di lettere di Berardo di Napoli. Strategia di approccio a una summa papale

  • Carole Mabboux : La preedizione delle lettere di Berardo di Napoli. Due parole sull’estrazione dei dati testuali

  • Benoît Grévin : La ricerca delle fonti nella collezione di Berardo di Napoli: obiettivi e limiti

  • Nicolas Michel, Angela Cossu : Les lettres du Pseudo-Transmundus, entre Clairvaux, la papauté et le Mont-Cassin. Eléments prospectifs/Le lettere del Pseudo-Transmundo tra Clairvaux, papato e il Monte Cassino. Linee di ricerca.

  • Sofia Santosuosso. Analisi della Miranda tuis sensibus di Tommaso di Capua: un primo bilancio sullo studio retorico della Summa papale

Seconde partie/Seconda parte/Zweiter Teil : l’ars dictaminis et les autres disciplines. L’ars dictaminis e le altre discipline. Die Ars dictaminis und die andere Disziplinen.

  • Domenico Losappio : Artes dictaminis et artes poetriae : Le vie della ricerca

  • Carmen Esteban Martínez : (De)semejanzas entre el Dictaminis Epithalamium y el Ars epistolaris ornatus

Samedi/Sabato/Samstag 18 novembre 2023

9H30-12H00.

L’ars dictaminis « tardive », de l’Italie du sud à l’Italie du nord, du latin à l’italien. L’ars dictaminis matura, tra Mezzogiorno e Italia del nord, tra latino e volgare. Die späte Ars dictaminis, zwischen Mezzogiorno und Norditalien, zwischen Latein und Italienisch.

  • 12 ) Martina Pavoni : Per un’edizione dei dictamina di Pietro da Prezza
  • 13 ) Agnese Macchiarelli et Antonio Montefusco : La Rosa novella di Pietro Boattieri, il versante latino
  • 14 ) Giovanni Spalloni-Gaia Tomazzoli, Le lettere volgari di Pietro Boattieri nel Cod. II.IV.312 della Biblioteca Nazionale di Firenze

Conclusioni

 

Lieu

Universität, Historisches Institut
Theaterplatz 14
Aix-la-Chapelle/Aquisgrana

 


La RDA en France : Traces et mémoires d’une relation disparue. Acteurs, (dis)continuités, transmissions

La RDA en France : Traces et mémoires d’une relation disparue. Acteurs, (dis)continuités, transmissions

9 et 10 novembre 2013 - Colloque

Présentation

La reconnaissance de la République démocratique allemande (RDA) par la France, le 9 février 1973, dont on fête cette année le cinquantième anniversaire, initia les relations officielles entre les deux gouvernements. Les échanges entre la société française et la RDA avaient cependant déjà débuté dès les premiers jumelages franco-est-allemands et la création de l’Association des Échanges franco-allemands à la fin des années 1950. Ces échanges associatifs, municipaux, culturels, syndicaux, partisans et académiques continuèrent, en parallèle aux relations interministérielles, jusqu’à la disparition de la RDA en 1990.
De cette manière, à la suite des recherches de Dorothee Röseberg sur l’image de la France en RDA ainsi que des réflexions ouvertes par Nicolas Offenstadt sur les traces de la RDA en Allemagne de l’Est après 1990, il serait intéressant d’interroger les différents vestiges que cette relation disparue entre les deux pays a laissés en France. En effet, comme l’ont rappelé les travaux d’Ulrich Pfeil et de Christian Wenkel, la société française entretenait un rapport particulier à cette « autre Allemagne » qui servit de surface de projection à un certain nombre d’aspirations politiques et sociales. De ce fait, ces relations denses et multiples entre la France et la RDA ont aussi engendré des mémoires hétérogènes qu’il serait pertinent d’étudier comme objet historique en soi. Le programme du colloque est structuré par les quatre axes de recherche suivants :

  • Les institutions est-allemandes en France et leur devenir après la disparition de la RDA
  • La transformation et la poursuite des relations entre la France et l’Allemagne de l’Est après 1990
  • La concurrence des mémoires de la RDA en France depuis la réunification
  • Les acteurs et l’évolution de la recherche historique francophone sur la RDA

Comité d'organisation :

- Franck Schmidt (EHESS / Universität Heidelberg)
- Bettina Sund (EHESS / Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg)

Comité scientifique

- Simon Godard (Sciences Po Grenoble)
- Élisa Goudin-Steinmann (Université Sorbonne Nouvelle)
- Sandrine Kott (Université de Genève)
- Dorothee Röseberg (Université Martin-Luther Halle-Wittenberg)
- Christian Wenkel (Université d’Artois)


Programme

9 novembre 2023

Soirée d’ouverture du colloque
Institut Goethe de Paris
17 avenue d’Iéna, 75016 Paris

18h-19h : Conférence : Expériences de Français en RDA – un double regard

  • Élisa Goudin-Steinmann (Université Sorbonne Nouvelle)
  • Dorothee Röseberg (Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg / Leibniz-Sozietät der Wissenschaften zu Berlin)

19h-20h : Table ronde : Les relations entre la France et l’Allemagne de l’Est au passé et au présent

  • Modération : Lucas Delattre (ancien correspondant du journal Le Monde en Allemagne)
  • Avec Béatrice Angrand (attachée de coopération universitaire et directrice de l’Institut français de Rostock 1991-1996, secrétaire générale de l’OFAJ 2009-2019), Jean-Louis Leprêtre (ancien conseiller culturel à l’ambassade de France à Berlin-Est, en RDA), Stephan Steinlein (Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne en France) (sous réserve), et Christian Wenkel (Université d’Artois)

 

10 novembre 2023

Introduction (9h-9h15)

  • Franck Schmidt (EHESS /Université de Heidelberg)
  • Bettina Sund (EHESS /Université Martin-Luther de Halle-Wittemberg)

Panel 1 : La gestion de l’héritage de la RDA en France (9h15-10h45)     
Modération : Dorothee Röseberg (Université Martin-Luther de Halle-Wittemberg – Leibniz-Sozietät der Wissenschaften zu Berlin)

  • Mathilde Harel (Université de Lille)
    Utopie et désenchantement. Les gauches françaises face à la Chute du mur de Berlin (1989-1991)

  • Bénédicte Terrisse (Université de Nantes) - Ruth Lambertz-Pollan (Université de Nantes)
    La RDA en France : Un reste livresque. Le cas de la bibliothèque universitaire de Nantes

  • Bettina Sund (EHESS /Université Martin-Luther de Halle-Wittemberg) Austauscherfahrungen : Lektor*innenitiativen der DDR und Frankreich (1973-1990)

Pause-café (10h45-11h)

Panel 2 : Transformations et réaménagement des relations franco-est-allemandes après 1990 (11h-12h30)
Modération : Christian Wenkel (Université d’Artois)

  • Mathilde Gancel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    L’ouverture du BILD et de la GÜZ à l’Allemagne de l’Est après 1990

  • William Richier (Université de Cergy-Pontoise)
    L’évolution des jumelages entre la France et l’ex-RDA

  • Franck Schmidt (EHESS /Université de Heidelberg)
    L’association des EFA et l’Allemagne réunifiée : un rendez-vous manqué ?

Déjeuner (12h30-13h30)

Panel 3 : Réceptions et mémoires des œuvres est-allemandes en France (13h30-14h30)
Modération : Nicolas Offenstadt (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

  • Adrien Bessire (Professeur agrégé d’allemand)
    La réception de la littérature et du cinéma post-RDA en France après 1990

  • Coline Perron (Sciences Po Strasbourg/Université Paris Nanterre)
    Transmission de la mémoire et réception du documentaire est-allemand “Solidarateau – Der rote Ring wird nicht gesprengt“ (1974)

Pause-café (14h30-14h45)

Discussion : La recherche historique francophone sur la RDA : acteurs et évolutions (14h45-16h)
Simon Godard (Sciences Po Grenoble) / Elisa Goudin-Steinmann (Université Sorbonne Nouvelle)

Conclusion (16h-16h15)

 

Lieu

Jeudi 9 novembre 2023

Goethe-Institut
17, Avenue d'Iéna
75016 Paris

Vendredi 10 novembre 2023

FMSH (Forum)
54 boulevard Raspail
75006 Paris

Res(t)ituer les annuaires commerciaux et les évolutions de l’espace Parisien du XIXe siècle

Res(t)ituer les annuaires commerciaux et les évolutions de l’espace Parisien du XIXe siècle

6 et 7 novembre 2023 - Séminaire de clôture

Séminaire de clôture du programme ANR SoDUCo : Séance 4/4 : Res(t)ituer les annuaires commerciaux et les évolutions de l’espace Parisien du XIXe siècle - Partager l’expérience et les ressources du programme ANR SoDUCo. Lundi 6 (9h30-17h30) et mardi 7 (9h30-12h30) novembre 2023.

 

Argumentaire et programme prévisionnel

English programme / Annonce sur le carnet de recherche de la BnF

 

Lieu

BnF, Paris, Site François Mitterrand (salle 70), Quai François Mauriac, 75706 Paris.

Cette 4ème séance de l’Atelier est ouverte au public. Inscription obligatoire aux trois demi-journées via le lien Evento suivant : https://evento.renater.fr/survey/inscriptions-a-la-4eme-seance-soduco-bnf-6-et-7-novembre-2023-0j6blqtl

Le droit hanéfite dans l’Empire moghol. Institutions, normes et pratiques islamiques en Inde (1650–1700)

Le droit hanéfite dans l’Empire moghol. Institutions, normes et pratiques islamiques en Inde (1650–1700)

Jeudi 14 décembre 2023 de 17h à 18h - Conférence du Collège de France

Présentation

Conférence de Naveen Kanalu Ramamurthy (Ladéhis), lauréat du prix du Collège de France pour les jeunes chercheuses et les jeunes chercheurs 2023

Tout comme l’Empire ottoman et des khanats d’Asie centrale, l’Empire moghol (1526-1857) – dernière grande puissance impériale ayant dominé le sous-continent indien avant le colonialisme britannique –, était régi par des institutions, normes et pratiques issues du droit hanéfite, une des quatre écoles juridiques de l’islam sunnite. Comment les normes élaborées par le droit savant des juristes hanéfites ont-elles façonné les institutions mogholes ? À partir d’archives multilingues en arabe, en persan et en langues vernaculaires indiennes, nous proposons un petit tour d’horizon des pratiques administratives et juridiques mogholes afin de montrer des relations de pouvoir asymétriques qui existaient entre les agents de l’autorité impériale et les sujets dans les sociétés composées de différentes castes, ethnicités et religions. Il s’agit d’appréhender la normativité juridique entre les normes provenant de la méthode casuistique des juristes et leurs usages par les chancelleries, les administrateurs et les juges à l’œuvre dans l’Empire moghol, l’un des régimes de pouvoir impérial les plus centralisés à l’époque moderne. Nous interrogeons les pratiques quotidiennes de l’application des règles pour saisir le savoir-faire professionnel du système juridique hanéfite qui s’est développé dans la région. Nous faisons ainsi dialoguer la culture juridique de l’Inde moghole avec l’histoire des empires en terre d’Islam.

Lire son entretien « La période de 1650 à 1720 est peut-être la plus controversée dans l'histoire de l'Inde ».

 

Lieu

Collège de France
Amphithéâtre Maurice Halbwachs
Place Marcelin Berthelot
75005 Paris

La longue durée des discours sur la féodalité (XVe-XIXe siècles)

La longue durée des discours sur la féodalité (XVe-XIXe siècles)

4 et 5 décembre 2023 - Colloque international

Présentation

Ce colloque international, organisé par Élie Haddad (RHISOP) et Antoine Roullet (GEI) constitue le second volet d’une réflexion sur les usages intellectuels, politiques et historiographiques du monde « féodal » dans l’historiographie du XXe siècle. Il déplacera le regard en amont, en interrogeant les discours, les théories, les représentations qui ont été élaborés entre XVe et XIXe siècles sur ce qu’on appellera par la suite le  féodalisme » ou la « féodalité ». Antérieurement à l’émergence de l’histoire comme discipline académique, antérieurement aux développements marxistes ou positivistes sur la question, d’autres discours historiographiques ont été tenus que ce colloque entend démêler et expliciter pour mieux remettre en perspective les débats postérieurs et éclairer la stratigraphie et la généalogie des débats des historiens sur la question. Depuis les jurisconsultes des monarchies européennes à la fin du Moyen Âge jusqu’à l’émergence de la vision romantique et libérale de certains historiens du début du XIXe siècle, en passant par la réflexion sur les droits individuels, la répartition des pouvoirs ou l’économie politique au XVIIIe siècle, qui ont configuré différentes conceptions de la féodalité et de l’histoire médiévale, ce colloque cherchera à dégager les spécificités de ces discours dans différents espaces européens et à mieux comprendre comment ils ont travaillé les historiographies nationales au XXe siècle.

 

Programme

4 décembre

9h - Accueil

9h30 - Élie Haddad (CNRS/CRH) et Antoine Roullet (CNRS/CRH) : Introduction

10h -  Jan Zelenka (Institute of History of the Czech Academy of Sciences),
“iure feodali seu eciam emphyothetico”. The interplay between ius feudale and emphyteusis in early modern academic discourse

10h45 - Pause

11h  - Fanny Cosandey (EHESS/CRH)
Le domaine royal comme support au discours sur la féodalité, XVIe-XVIIIe siècles

11h45 - Suzana Simon (Croatian Academy of Sciences and Arts)
Two Ages of “Bastard Feudalism” on the Continent: Fact and Perception of Medieval Nobility in Hungary-Croatia (1400s-1800s)

12h30 - Déjeuner

14h - Luis Salas Almela (Universidad de Córdoba)
The quarrel for the tax revenues: the frontline in the aristocratic defense for their privileges. Some thoughts from the case-study of Castille (1500-1700)

14h45 - Ivo Cerman (Institute of History, University of South Bohemia)
Les réflexions sur l'origine du servage et sa justification en Bohême, XVIIe-XVIIIe siècles

15h45 - Stéphane Jettot (CRM/Sorbonne-Université), Émergence et usages de la notion de féodalité dans les îles britanniques (16e-19e siècles)

16h30 - Antoine Roullet (CNRS/CRH), Le féodalisme ibérique, un débat du XIXe siècle

 

5 décembre

9h15 - Blaise Dufal (The University of Sydney)
La fin de la féodalité et la protohistoire de la médiévistique au XVIIIe siècle

10h - Laure Verdon (TELEMMe/AMU)
« Ce singulier mélange de juridiction qui fut la conséquence de la féodalité ». Fief, féodalité et seigneurie en Provence médiévale à travers l'œuvre de Camille Arnaud (1798-1883)

10h45 - Pause

11h - Diego Carlo Améndolla Spínola (Facultad de Filosofía y Letras, Universidad Nacional Autónoma de México)
Between Law and Religion: The Concepts of Féodalité and Féodalisme at the Beginning of the French 19th Century, 1800-1815

11h45 - Annie Tindley (Newcastle University)
Feudalism as a dirty word? The Scottish Enlightenment, Agricultural and Industrial Revolutions and perceptions of the Scottish aristocracy, c. 1800-1920

12h30 - Déjeuner

14h-16h - Table ronde autour du projet Staff Exchange “Dominium”

 

Lieu

EHESS (Salle BS1-28)
54, Boulevard Raspail
75006 Paris

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Pouvoirs de l’imagination. Approches historiques

Journée(s) d'étude - Vendredi 3 mai 2024 - 09:15Séminaire EHESS/CNRS organisé par Elizabeth Claire (chargée de recherche au CNRS), Béatrice Delaurenti (maître de conférences à l’EHESS), Roberto Poma (maître de conférences à l’Université Paris Est-Créteil) et Koen Vermeir (chargé de recherche au (...)(...)

Lire la suite

Les Lundis du CRH autour de l'ouvrage de Julia Cagé et Thomas Piketty : Une histoire du conflit politique.

Débat - Lundi 6 mai 2024 - 14:00Qui vote pour qui et pourquoi ? Comment la structure sociale des élec­torats des différents courants politiques en France a-t-elle évolué de 1789 à 2022 ? En s’appuyant sur un travail inédit de numérisation des données électorales et socio-économiques des 36 000 c (...)(...)

Lire la suite

Ressources et empires. La construction sociale des écosystèmes impériaux

Appel à communication - Samedi 15 juin 2024 - 18:00ArgumentaireLa conquête de l’Amérique par les Espagnols est habituellement considérée comme le début de bouleversements démographiques, économiques et écologiques à l’échelle planétaire. Qu’il s’agisse de l’hécatombe démographique provoquée par (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRH (UMR 8558)

EHESS
54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42

Direction du CRH :

Raphaël Morera
Dinah Ribard

Dernière modification :
11/04/2024