2022 |

Septembre 2022

A contre-temps

A contre-temps

Du 21 au 25 septembre - Festival #Allez savoir 3!

Ce festival des sciences sociales a été initié par l’EHESS, en partenariat avec la Ville de Marseille, en 2019, sur le thème « En finir avec la nature ? », puis en 2020 sur le thème « Tout migre ? ».
Pendant 5 jours des milliers de festivaliers, dont 1000 collégiens et lycéens, ont participé aux 50 événements, ont rencontré les 160 intervenants.
L’École des hautes études en sciences sociales et la Ville de Marseille partagent la volonté de faire de cet événement l’occasion pour toutes et tous de circuler entre des lieux, des thématiques, des savoirs, où sciences, arts et patrimoine dialoguent.


Un nouveau thème : « À contre-temps »

Vitesse et ralentissement, urgences et attentes : avec la pandémie de Covid-19, la question du temps occupe une place centrale. Dans ce contexte, la prochaine édition du festival Allez Savoir invite à partager le regard que les sciences sociales portent sur le temps – à la fois homogène et multiple, invariant et différencié, tantôt rassemblant tantôt séparant les actions et expériences humaines.
Intitulée « À contre-temps », cette troisième édition interroge les temporalités, l’articulation entre événement et longue durée, les usages sociaux et politiques du temps, les outils pour le mesurer ainsi que nos expériences et perceptions différenciées du temps.
Les rythmes de l’existence ; le temps accordé à travailler, manger et dormir ; les découpes des âges de la vie ; les périodisations produites par les savoirs historiques ; les usages politiques et sociaux du passé et les idéaux d’avenir ; les outils pour mesurer et gérer le temps : tout varie d’une société à l’autre, et cela à l’échelle du globe tout entier.
Durant cinq jours, le festival des sciences sociales invite à ne pas réduire le temps à une structure donnée, invariable, homogène, mais à l’envisager comme la manifestation d’une action humaine en société, produisant des outils, des habitudes, des formes diverses de socialisation temporelle, lesquelles sont susceptibles d’engendrer des inégalités découlant des maîtrises différenciées du temps qui sont aussi bien des formes de domination.

En savoir plus


Un nouveau comité éditorial

Chaque année, la programmation est pilotée par un comité éditorial, présidé cette année par
Axelle Brodiez-Dolino et Pierre Monnet.

Composition du comité éditorial

Présidence :
Axelle Brodiez-Dolino, chargée de recherche, CNRS & Pierre Monnet, directeur d’études, EHESS
Comité éditorial :
Agnès Belbezet, coordinatrice générale du festival, service communication, EHESS
Marc Bessin, directeur de recherche, CNRS & chargé de recherche, EHESS
Frédéric Brahami, vice-président à l'EHESS
Alain Delissen, directeur d’études, EHESS (co-président du comité éditorial 2021)

 

Le CRH au festival

Mercredi 21 septembre

  • De 18h45 à 20h30

Dialogue d'inauguration : Temps précaires ?

  • Avec Alexandra Saïd (Jorunaliste),  François Hartog (EHESS) et Anne lambert (INED)
    Lieu : Centre de la Vieille Charité

Pandémie, confinements, retour de la guerre à nos portes : tout semble s’être récemment employé à réinterroger notre rapport à l’écoulement du temps – tantôt ralenti, tantôt accéléré. Venant s’enchâsser dans cette temporalité très courte, une autre plus ample, profonde, large nous imprègne tout autant : le temps de l’Anthropocène, où l’homme impose désormais ses temporalités prédatrices à la planète jusque dans le rythme de sa destruction. L’une et l’autre présentent des caractéristiques communes : un régime d’immédiateté, un accès de désynchronisation, d’accélération et de précarité ; un temps fragmenté et pressuré, où la notion de progrès, hier structurante, semble perdre de son sens, tandis que se brouille la projection dans l’avenir.
Comment penser ensemble ces phénomènes ? Comment analyser les mutations du rapport au temps dans nos sociétés ? Comment déconstruire scientifiquement pour, peut-être, mieux reconstruire les temporalités qui nous constituent ?
Le dialogue inaugural de l’édition « À contre-temps » d’Allez Savoir questionne la crise des temporalités actuelles – temps quotidiens, biographiques, temps long de l’Histoire- à partir des analyses complémentaires de l’histoire et de la sociologie. L’historien François Hartog, penseur de ce qu’il a appelé les « régimes d’historicité », se propose d’élucider les articulations du passé, du présent et du futur au fil des siècles et des civilisations, et les façons dont les humains ont cherché à maîtriser le temps. À ses côtés, la sociologue Anne Lambert, spécialiste des régimes temporels de travail, de leurs recompositions et des différenciations sociales qu’ils entraînent du point de vue des classes sociales et du genre, nous parle de leur impact sur nos vies quotidiennes et le temps à soi.

 

Jeudi 22 septembre

  • 9h à 10h30

Comment compter et désigner le temps au Moyen Âge

  • Avec Pierre Monnet (EHESS) et Jean-Claude Schmitt (EHESS)
    Atelier dans le cadre du dispositif ADAGE - programme Education Artistique & Culturelle (EAC) de l'Académie Aix-Marseille
    Lieu : Musée d'histoire de Marseille (Auditorium)

Les rythmes entraînent dans leur mouvement la vie tout entière des individus et des sociétés. A partir de l'observation d’un calendrier médiéval, la séance montre les points de convergence et de divergence entre l’approche médiéviste et les manières actuelles de penser et de vivre le temps, en explorant successivement les significations du rythme médiéval, sa signification et ses fonctions.
Jean-Claude Schmitt, directeur d'études à l'EHESS, a proposé dans un livre publié en 2016 (Les rythmes au Moyen Âge Paris, Gallimard) de nommer "rythme" les manières de concevoir et de vivre, y compris au sens le plus matériel et corporel du terme, ce que notre modernité, notre époque contemporaine, appellent aujourd'hui "temps". Il fait reposer cette proposition sur l'observation d'une société médiévale tout entière bâtie autour d'un système global de pensée, formulé et surveillé par l'Eglise, qui se fond dans le récit même de la Création du monde par Dieu en sept jours. Le rythme (plutôt donc que le temps linéaire, calculé, divisé, chronométré et paramétré que nous connaissons) permet ainsi aux historiens de cette période de mieux appréhender tout un ensemble de gestes, de pratiques, de réflexions et d'intériorisations de la succession des moments et des temps, notamment par la prière, le chant, la danse, la marche, les processions et les pèlerinages, la lecture à voix haute, la musique, la poésie, jusqu'au son des cloches qui, en ville et dans les campagnes, rythment les jours, les nuits, le travail, le repos... Ces rythmes autorisent ainsi une articulation entre la répétition et la succession (car tels se révèlent les deux fondamentaux de l'expression temporelle) bien spécifique à cette société et à cette période données. Cela ne veut pas dire que le Moyen Age n'a pas mesuré, divisé, calculé le temps, mais qu'il l'a fait dans un cadre intellectuel, émotionnel, théologique et pratique qui lui est propre.
Pour le comprendre, un calendrier médiéval sert ici de support documentaire à une approche qui, loin de nous rendre ce rythme médiéval étranger ou exotique, permet de montrer au contraire ses points de convergence et de divergence avec les manières actuelles de penser et de vivre le temps.

  • 9h à 10h30

Les temporalités de la race

  • Avec Jean-Frédéric Schaub (EHESS) et Silvia Sebastiani (EHESS)
    Atelier dans le cadre du dispositif ADAGE - programme Education Artistique & Culturelle (EAC) de l'Académie Aix-Marseille
    Lieu : Musée d'histoire de Marseille (Auditorium)

L’atelier veut éclairer grâce à la connaissance de l’histoire la façon dont se produit la racialisation de personnes et de groupes. Pour comprendre cette histoire, il est nécessaire de se donner la distance que permet la présentation d’une très longue période du Moyen Âge à nous jours.
Le contexte mondial de la pandémie a mis en évidence de profondes inégalités sociales qui traversent le monde et qui ont contribué à la cristallisation des questions raciales dans les débats scientifiques et dans la vie politique. L’enjeu est d’aborder les différentes configurations historiques qui ont contribué à la formation de catégories raciales, avec leur continuités et discontinuités.

  • 11h à 12h30

Les temporalités de la race

  • Avec Jean-Frédéric Schaub (EHESS) et Silvia Sebastiani (EHESS)
    Atelier dans le cadre du dispositif ADAGE - programme Education Artistique & Culturelle (EAC) de l'Académie Aix-Marseille
    Lieu : Musée d'histoire de Marseille (Auditorium)

L’atelier veut éclairer grâce à la connaissance de l’histoire la façon dont se produit la racialisation de personnes et de groupes. Pour comprendre cette histoire, il est nécessaire de se donner la distance que permet la présentation d’une très longue période du Moyen Âge à nous jours.
Le contexte mondial de la pandémie a mis en évidence de profondes inégalités sociales qui traversent le monde et qui ont contribué à la cristallisation des questions raciales dans les débats scientifiques et dans la vie politique. L’enjeu est d’aborder les différentes configurations historiques qui ont contribué à la formation de catégories raciales, avec leur continuités et discontinuités.

 

  • De 11h à 12h30

Quand finit le Moyen Âge ?

  • table ronde avec Étienne Anheim (EHESS), Marie Piccoli-Wentzo (EPHE-PSL) et Sylvain Piron (EHESS)
    Lieu : Musée d'histoire de Marseille (Auditorium)

Le Moyen Âge a pour particularité d’être défini négativement, comme un creux entre deux sommets, une vallée obscure séparant la fin de l’Antiquité et la Renaissance. Notre table-ronde visera à discuter des enjeux de cette périodisation. Y a-t-il de bonnes raisons de se satisfaire malgré tout d’un découpage arbitraire ? Faut-il au contraire revendiquer avec Jacques Le Goff un long Moyen Âge qui s’étendrait jusqu’à l’aube de la civilisation industrielle ? Peut-on, avec Norbert Elias, penser une dynamique de l’Occident qui courrait du tournant de l’an mil à la globalisation de l’an 2000 ? Ou doit-on affirmer, à contre-temps, que le Moyen Âge est encore actuel ?

 

  • De 15h30 à 17h

Le temps de la lecture

  • Table ronde avec Étienne Anheim (EHESS), Christine Bénéven (École nationale des chartes), Judith Lyon-Caen (EHESS), Filippo Ronconi (EHESS)
    Lieu : Bibliothèque de l’Alcazar (Salle de conférence)

    Le temps de la lecture n’est pas seulement celui du loisir, du travail intellectuel ou celui des enquêtes sociologiques contemporaines. C’est aussi le temps très long de cette pratique indissociable de son support historique, le livre. Dans un temps où, précisément, nos pratiques de lecture sont considérablement affectées par le tournant numérique, il vaut la peine de revenir sur cette histoire de plus de deux millénaires qui entremêle la construction des savoirs, le plaisir du texte et la fabrication d’un objet matériel. Nous réfléchirons ensemble avec cette rencontre aux différentes échelles de temporalité de la lecture, du temps que l’œil met à parcourir la page jusqu’au temps de la transmission des ouvrages de papyrus jusqu’à aujourd’hui, et à ce qu’impliquent ces temporalités, tant pour la sociologie historique des savoirs dans la tradition européenne que pour l’intimité de nos rapports à cette pratique familière.

Vendredi 23 septembre

  • De 9h à 10h30

 Les temporalités de la race

  • Avec jean-Frédéric Schaub (EHESS) et Silvia Sebastiani (EHESS)
    Atelier dans le cadre du dispositif ADAGE - programme Education Artistique & Culturelle (EAC) de l'Académie Aix-Marseille
    Lieu : Musée d'histoire de Marseille (Auditorium)


Jean-Frédéric Schaub et Silvia Sebastiani  animeront des ateliers pour éclairer grâce à la connaissance de l’histoire la façon dont se produit la racialisation de personnes et de groupes.
L’atelier veut éclairer grâce à la connaissance de l’histoire la façon dont se produit la racialisation de personnes et de groupes. Pour comprendre cette histoire, il est nécessaire de se donner la distance que permet la présentation d’une très longue période du Moyen Âge à nous jours.
Le contexte mondial de la pandémie a mis en évidence de profondes inégalités sociales qui traversent le monde et qui ont contribué à la cristallisation des questions raciales dans les débats scientifiques et dans la vie politique. L’enjeu est d’aborder les différentes configurations historiques qui ont contribué à la formation de catégories raciales, avec leur continuités et discontinuités.

 

  • De 12h à 13h

Vivre autrement le temps : le Moyen Âge, une civilisation du rythme ?

  • Table ronde avec Pierre Monnet (EHESS) et Jean-Claude Schmitt (EHESS)
    Lieu : Musée d'histoire de Marseille (Auditorium)

Jean-Claude Schmitt, directeur d'études à l'EHESS, a proposé dans un livre publié en 2016 (Les rythmes au Moyen Âge Paris, Gallimard) de nommer "rythme" les manières de concevoir et de vivre, y compris au sens le plus matériel et corporel du terme, ce que notre modernité, notre époque contemporaine, appellent aujourd'hui "temps". Il fait reposer cette proposition sur l'observation d'une société médiévale tout entière bâtie autour d'un système global de pensée, formulé et surveillé par l'Eglise, qui se fond dans le récit même de la Création du monde par Dieu en sept jours.

Le rythme (plutôt donc que le temps linéaire, calculé, divisé, chronométré et paramétré que nous connaissons) permet ainsi aux historiens de cette période de mieux appréhender tout un ensemble de gestes, de pratiques, de réflexions et d'intériorisations de la succession des moments et des temps, notamment par la prière, le chant, la danse, la marche, les processions et les pèlerinages, la lecture à voix haute, la musique, la poésie, jusqu'au son des cloches qui, en ville et dans les campagnes, rythment les jours, les nuits, le travail, le repos...

 

  • De 14h à 15h30

Le temps des archives

  • Table ronde avec Julie Lauvernier, Olivier Poncet & Emmanuel Szurek, Modération Marine Coquet
    Lieu : Archives municipales de Marseille

Les archives, fragments laissés par le temps passé et permettant d'en rendre compte, éclairent, enrichissent et parfois orientent
la recherche. L'intervalle séparant le moment documenté de la consultation des documents s'y référant (avec les oublis, les pertes, les copies...) est souvent laissé dans l'ombre. Cette table ronde est justement consacrée à ces temps qui s'étirent entre la genèse d'un document d'archives et le moment de son exploitation en salle de lecture.

 

 

Samedi 24 septembre

  • De 11h à 12h30

Le temps des Lumières

  • Table ronde avec Caroline Callard (EHESS), Antoine Lilti (EHESS), Arnaud Orain (Université Paris 8) et Silvia Sebastiani (EHESS)
    Lieu : Musée d'Histoire de Marseille - Auditorium

Alors que la pandémie nous plonge dans un présent perpétuel, tandis que la crise climatique bouleverse nos représentations du futur, au moment où le passé sert de refuge à certains de nos concitoyens, il est urgent de revenir sur le moment où s’est construit notre rapport au temps : le siècle des Lumières. Sans cesse convoquées dans le débat public, les Lumières auraient imposé un temps linéaire tourné vers le « progrès » et non plus vers le passé. Cette table ronde souhaite présenter les recherches récentes qui remettent en question cette idée en s’intéressant au temps de l’être humain et de la nature, celui de l’économie, ou encore celui des « civilisations ».

 

  • 14h-15h30

 La gestion communiste du temps, modèle en devenir

  • Table ronde avec Alexander Bikbov, Yves Cohen & Alexandra Koulaeva Modération Isabelle Thireau
  • Lieu : Bibliothèque de l'Alcazar, salle de conférences


La lecture croisée des transformations des rapports au temps productif et oisif des différentes périodes du projet communiste en URSS (et de leur écho en France et à l’international) et de celle de l’adaptation peu ordinaire du taylorisme en URSS porte un nouveau regard sur les différences historiques entre le socialisme et le capitalisme. Une telle étude questionne également les usages politiques des techniques du corps et la genèse de la planification.

 

Programme complet du festival

Pour citer ce document

, «A contre-temps», CRH [En ligne], Événements scientifiques (2018-2022), Actualités (2018-2022), 2022, Septembre 2022,mis à jour le : 21/09/2022
,URL : http://crh.ehess.fr/index.php?8063.
EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Archiver les cultures populaires

Journée(s) d'étude - Mercredi 14 décembre 2022 - 09:00PrésentationJournée d’études organisée par Constance Barbaresco (EHESS/CRH) et Samia Myers (Université de Strasbourg), soutenue par le Centre de recherches historiques (CRH), en partenariat avec la Ville de Cachan, l’Association des Amis Henr (...)(...)

Lire la suite

Les Lundis du CRH, autour de l'ouvrage de Laurent Joly, La Rafle du Vel d'Hiv. Paris, juillet 1942

Débat - Lundi 5 décembre 2022 - 14:00Les 16 et 17 juillet 1942, 12.884 femmes, enfants et hommes sont arrêtés par la police parisienne. 8.000 d'entre eux sont enfermés dans le Vél'd'Hiv. A partir des archives de la police et de l'administration, l'auteur retrace l'histoire de ces deux jours, res (...)(...)

Lire la suite

Repensar la ciudad iberoamericana. Construir el pasado y diseñar el futuro

Rencontres scientifiques - Mardi 22 novembre 2022 - 09:00L'Association ibéro-américaine d'histoire urbaine (AIHU), par l'intermédiaire du Comité d'organisation du IIIe Congrès ibéro-américain d'histoire urbaine, réunit des chercheurs et des universitaires qui contribuent au développement de l'ét (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRH (UMR 8558)

EHESS
54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42

Direction du CRH :

Raphaël Morera
Dinah Ribard

Dernière modification :
25/11/2022