Docteurs |

Docteurs en 2013-2014

Anne Leblay

Docteur
Equipe(s) : GEI
Laboratoire(s) de rattachement : CRH

Sujet et direction de thèse

Proscrits ibériques à Paris au temps des monarchies constitutionnelles (1814-1848), sous la direction de Bernard Vincent

Thèse dirigée par Bernard Vincent, soutenue le 24 juin 2013, devant un jury composé de Caroline Douki, Université Paris 8), Jean - Philippe Luis (Université de Clermont Ferrand), Paul-André Rosental (Sciences Po) et  Marie Manuela Tavares Ribeiro (Université de Coimbra).

Résumé

La présence à Paris des réfugiés politiques espagnols et portugais pendant la Restauration et la monarchie de Juillet est importante. Les émigrations ibériques jouent un rôle dans la création d’un premier statut des réfugiés au début de la monarchie de Juillet : une politique d’accueil qui s’inspire de la gestion des prisonniers de guerre est mise en place pour les Espagnols. À la surveillance individualisée et politique des réfugiés se substitue une politique générale de distribution de subsides et de résidence obligée qui tend vers un système de contrôle global. Mais, dans la continuité de la Restauration et malgré les déclarations officielles, l’assistance, reste partisane. L’organisation portugaise libérale entre 1828 et 1833 s’apparente à celle d’un État en exil qui assiste les réfugiés, développe une propagande active et poursuit le combat militaire. Pour les Espagnols libéraux, sous la Restauration, Paris est une place secondaire. Mais avec l’échec de la stratégie de « pronunciamientos », différents comités directeurs des réfugiés y sont expérimentés en 1830-1831. Malgré leur échec, ils montrent l’existence de nouveaux modèles politiques fondés sur la représentativité et la liberté d’expression. La présence des réfugiés interroge les identités. La proscription contribue à l’émergence d’un « nationalisme d’exil ». Les deux populations émigrent en famille. L’armée constitue un vecteur de solidarité, ainsi que, dans une moindre mesure, l’Église ou la franc-maçonnerie. Contrairement aux Portugais, beaucoup d’Espagnols exercent un emploi. Les émigrés politiques vivent à Paris dans un régime d’exception. La dimension de la ville permet aux réfugiés des deux nationalités de vivre séparés. La durée de l’exil des Espagnols ainsi que le fait que les « étrangers » et les « réfugiés » ne constituent pas encore des catégories clairement définies dans la société française postrévolutionnaire favorisent leur intégration.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

La nature sous contrat

Appel à communication - Vendredi 15 novembre 2019 - 17:45Thématiques Les formes de possessions collectives ou individuelles et les relations qu’elles nouent avec leur environnement ont fortement mobilisé les approches historiques récentes. Puisque l’utilisation des ressources naturelles et la tr (...)(...)

Lire la suite

Un « spectacle dérobé à l'histoire »

Colloque - Mardi 18 juin 2019 - 09:00Les spectacles constituent un laboratoire privilégié pour repérer et saisir l’articulation des représentations et des émotions qu’elles provoquent.À la suite de travaux collectifs récents consacrés à l’avènement d’une « société du spectacle » au XVIIIe siècle (...)(...)

Lire la suite

L'influence et ses limites

Séminaire international - Jeudi 20 juin 2019 - 09:30L’atelier, organisé par Répine (Réseau d’étude des pratiques d’influence) et le CRH et soutenu par le LabEx Tepsis se déroulera le 20 et le 21 juin 2019, 96 boulevard Raspail, Paris 6ème.L'atelier confrontera diverses formes d’étude de l’influe (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRH (UMR 8558)

EHESS
54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42

Direction du CRH :
Béatrice Delaurenti
Thomas Le Roux

Dernière modification :
14/06/2019