2017 |

Décembre 2017

Thérapies avec drogues psychédéliques

Thérapies avec drogues psychédéliques

Jeudi 14 décembre de 17h-21h - Demi journée d'étude

Pésentation

  • Sébastien Baud, anthropologue, Institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel
    Ayahuasca. Pratiques amérindiennes en Amazonie et thérapeutiques occidentales réalisées dans les centres chamaniques 

  • Martin Fortier, philosophe, doctorant EHESS
    Entre pharmakon et toxikon : la détermination neuropharmacologique, posologique et contextuelle des psychotropes

  • Discutant : Samir Boumediene, anthropologue, CR au CNRS

Les plantes psychédéliques ont été utilisées un peu partout dans le monde à différentes fins. Divers peuples ont attribué à peyotl, san pedro, ayahuasca, iboga, amanite muscaria, champignons psilocybes, des vertus heuristiques et thérapeutiques, tant du corps que de l’âme. Souvent associées à des rituels chamaniques, on a accordé à ces plantes la faculté de mise en relation avec les dieux : « les plantes des dieux ». Récemment, ces cultures traditionnelles ont fait l’objet d’une découverte « occidentale et moderne » des potentiels curatifs de ces plantes, engendrant même une ruée vers l’ayahuasca amazonienne. Aussi, ces plantes psychédéliques et leurs dérivés synthétiques, tous inscrits au tableau noir de la prohibition des stupéfiants et classés comme hallucinogènes, font de plus en plus l’objet d’études neuro-psycho-pharmacologiques. De fait, selon la posologie utilisée, ces plantes et molécules ont des effets variés, allant du simple stimulant et coupe-faim, à l’émerveillement des sens jusqu’à l’ouverture des « portes de la perception ». Pour nous en parler et en discuter, nous avons invité notre collègue ethnologue Sébastien Baud, observateur des peuples d’Amazonie, Martin Fortier, philosophe, et Samir Boumediene, anthropologue et historien.

Sébastien Baud est ethnologue, chercheur associé à l'Institut d'ethnologie de Université de Neuchâtel et à l'Institut français d'études andines (CNRS, Lima, Pérou). Il a enseigné à l’université de Strasbourg et de Neuchâtel. Il travaille dans les Basses et Hautes Terres de l’Amérique Latine, notamment avec les Awajun (famille linguistique jivaro, Pérou) et les populations de langue quechua de la région de Cuzco (Pérou). Ses recherches portent sur les plantes psychotropes, les pratiques de gestion de l’aléatoire, les chamanismes, la transmission des savoirs, l’autochtonie, les dynamiques ré-appropriatives en milieux urbain et le tourisme chamanique. Il est l’auteur de Faire parler les montagnes,Initiation chamanique dans les Andes Péruviennes (Armand Colin, 2011) et a codirigé le collectif Des plantes psychotropes, Initiations, thérapies et quêtes de soi (en collaboration avec Christian Ghasarian, Imago, 2010). Un second volume, intitulé Histoires et usages des plantes psychotropes, paraîtra au printemps 2018, aux éditions Imago également.

Martin Fortier est doctorant en philosophie et en sciences cognitives à l’Institut Jean Nicod (EHESS/ENS) et étudiant-chercheur visitant au département d’anthropologie de l’Université Stanford. Ses recherches portent d’une part sur les interactions entre processus neurobiologiques et culturels au sein des expériences hallucinogènes, ainsi que les implications de ces expériences en philosophie de l’esprit et de la perception ; et d’autre part sur les questions de catégorisation, d’ethnobiologie, et de raisonnement dans les cultures indigènes amazoniennes (en particulier les cultures shipibo-konibo et huni-kuin d’Amazonie péruvienne). Il est par ailleurs membre du groupe de recherche ALIUS (collectif consacré à l’étude naturaliste des états modifiés de conscience). Page personnelle : https://sites.google.com/site/martineliefortier/

Samir Boumediene est chargé de recherches à l'Institut d'histoire des idées et des représentations dans les modernités (UMR CNRS 5317). Il a publié en 2016 un ouvrage intitulé La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du "Nouveau Monde" (1492-1750). Au croisement de l'histoire, de l'anthropologie et de l'épistémologie, il mène des recherches sur la relation aux plantes et aux animaux, sur les enquêtes et les questionnaires, ainsi que sur la notion de "découverte".

 

Lieu

EHESS (Amphithéâtre François Furet)
105, boulevard Raspail
75006 Paris

Pour citer ce document

, «Thérapies avec drogues psychédéliques», CRH [En ligne], Archives, Actualités, Décembre 2017, 2017,mis à jour le : 14/11/2017
,URL : http://crh.ehess.fr/index.php?5851.
EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Deux projets franco-allemands lauréats de l’ANR DFG

Échos de la recherche -L’Agence nationale de la recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft ont publié la liste des projets lauréats pour l’édition 2016 de l’appel à projets franco-allemand en sciences humaines et sociales. Parmi les 13 projets financés, 2 projets sont coordonnés par l’EHESS (...)(...)

Lire la suite

Joseph Wulf : un historien juif polonais en RFA. Savoir du témoin, engagement de l’historien, écriture de l’histoire

Journée(s) d'étude - Vendredi 16 février 2018 - 09:00Survivant de la Shoah en Pologne, Joseph Wulf (1912-1974) est l'un de ces premiers historiens de la Catastrophe dont l’œuvre demeure trop méconnue.  Après avoir été membre de la Commission historique juive de Cracovie (1944-47), il émigra à Pa (...)(...)

Lire la suite

Les « archives juives », miroir du rapport des Juifs à l’Etat et à la Nation

Journée(s) d'étude - Mardi 19 juin 2018 - 09:15Dans le cadre de la thématique générale « Universalités et particularités en monde Juif » du programme « Judaïsmes Contemporains » du GSRL, nous souhaitons étudier les processus de constitution d’« archives juives » comme miroir du rapport des Juifs (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRH (UMR 8558)

EHESS
54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42

Direction du CRH :
Béatrice Delaurenti
Thomas Le Roux

Dernière modification :
17/07/2018