Appels à communication |

Appels à communication 2017

Pourquoi faire une thèse d'histoire aujourd'hui ?

Pourquoi faire une thèse d'histoire aujourd'hui ?

Appel à communications - Date limite de dépôt : 29 septembre

Présentation

« Que fabrique l’historien, lorsqu’il « fait de l’histoire » ? À quoi travaille-t-il ? Que produit-il ? Interrompant sa déambulation érudite dans les salles d’Archives, il se détache un moment de l’étude monumentale qui le classera parmi ses pairs et, sorti dans la rue, il se demande : Qu’est-ce que ce métier ? »

Michel de Certeau, « L’opération historiographique », L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 77

 

Que fabrique le doctorant, lorsqu’il « fait sa thèse d’histoire » ? pourrions-nous nous demander à notre tour. Michel de Certeau propose de considérer l’histoire comme une « opération », c’est-à-dire « la combinaison d’un lieu social, de pratiques “scientifiques” et d’une écriture », i.e. « le rapport entre une place (un recrutement, un milieu, un métier, etc.), des procédures d’analyse (une discipline) et la construction d’un texte (une littérature). »[1] Un groupe de doctorants du CRH invite ses collègues à réfléchir sur ces questions qui intéressent - et rassemblent - tous les doctorants du CRH, et de l’EHESS.

Si le CRH a fait l’objet d’enquêtes historiques et réflexives (notamment en 2005 pour le cinquantenaire[2]), l’implication des doctorants en son sein a reçu quant à elle moins d’attention. Or, le CRH compte à ce jour 178 doctorants inscrits, qui appartiennent à la fois au plus grand laboratoire d’histoire et à la plus grande école doctorale de France[3]. Aujourd’hui, la place des sciences sociales et des chercheurs dans la société fait l’objet de réflexions renouvelées, à l’instar du doctorat dont les formes et les exigences évoluent rapidement. Les chercheurs du CRH et de l'École, dans leur grande diversité, privilégient les approches ouvertes, transversales et interdisciplinaires et partagent une pensée et une pratique, dont le recoupement mérite par ailleurs d’être interrogé. Il nous appartient, en tant que doctorants, de nous interroger sur notre inscription dans ce lieu.

Le projet est donc d’engager une réflexion commune et un débat collectif autour de la question : « pourquoi faire une thèse d’histoire aujourd’hui ? », à la croisée de ces trois fronts : institution, doctorat, société. Les présentations courtes, d’une dizaine de minutes, sur la manière dont chacun d’entre nous - dès la première année de doctorat -  appréhende ses recherches, feront émerger différentes visions de l’histoire dont il s’agira de débattre. Plusieurs conceptions de la recherche historique peuvent coexister, converger, voire s’affronter. De façon non limitative, nous suggérons ici des thématiques variées qui peuvent nourrir la trame de cette journée : une conception militante, une position plus scientiste, une volonté d’ancrage dans des questions d'actualité, la nécessité de l’autonomie de la recherche historique, ou encore un questionnement conjoint de l’utilisation de concepts dans le débat public et les sciences sociales, etc. Cette journée, dont nous souhaitons souligner le caractère proprement expérimental, fera apparaître des points de rassemblement et de fracture à partir de la multiplicité de nos expériences. Ce sera l’occasion d’envisager l’émergence d’une voix commune qui aurait vocation à se constituer en programme théorique potentiel. C’est un premier pas dans l’affirmation de notre génération de doctorants du CRH. A nous aussi de tenter l’expérience !

Modalités de soumission des propositions

Pour préparer le programme de cette journée, nous vous remercions de bien vouloir nous envoyer par mail (quefabriqueledoctorant@gmail.com), le 29 septembre 2017, au plus tard, vos propositions sous la forme d’un fichier comprenant un bref résumé de la communication (une demi-page argumentative), avec vos nom, prénom, adresse électronique, sujet de thèse et directeur de recherche. La journée est prévue en janvier 2018. Les courtes présentations seront suivies de discussions modérées par des chercheurs du CRH. N’hésitez pas à nous faire part de vos questionnements, idées ou remarques. Pour information, le comité d’organisation de cette première « journée des doctorants du CRH » est composé de quatre doctorants du laboratoire : Aliénor Cadiot, Sarah Claire, Gabriela Goldin et Romain Trichereau.



[1]Michel de Certeau, « L’opération historiographique », L’écriture de l’histoire, Gallimard, 2002, [1975], p. 78-79.

[2]« Pour une histoire de la recherche collective en sciences sociales. Réflexions autour du cinquantenaire du Centre de recherches historiques », Cahiers du Centre de recherches historiques, n°36, 2005. On peut également se référer au grand nombre d’écrits sur l’école des Annales. Voir par exemple les articles à l’occasion des anniversaires de la revue, notamment Fernand Braudel,« Les “nouvelles” Annales », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1969, vol. 24, n° 3, p. 571, etJacques Revel, « Histoire et sciences sociales : le paradigme des Annales », Annales. ESC, 1979, vol. 34, n°6, p. 1360-1376.

[3]L’école doctorale 286 compte à ce jour 1592 doctorants.

Pour citer ce document

, «Pourquoi faire une thèse d'histoire aujourd'hui ?», CRH [En ligne], Appels à communication 2017, Appels à communication,mis à jour le : 01/08/2017
,URL : http://crh.ehess.fr/index.php?5689.
EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Les états modifiés de conscience

Journée(s) d'étude - Jeudi 11 janvier 2018 - 17:00Christian Sueur, psychiatreLe renouveau des utilisations thérapeutiques des substances psychédéliquesDavid Dupuis, anthropologue, post-doctorant Durham University (UK)L’ayahuasca parle aux Français. Pèlerinages psychotropiques en Amazonie péruvie (...)(...)

Lire la suite

Le genre en histoire

Appel à communication - Lundi 22 janvier 2018 - 18:00Comité organisateur : Laura BALZER (doctorante, EHESS/Paris 1Panthéon-Sorbonne), Marion PHILIP (doctorante, EHESS/Paris-Sorbonne) PrésentationDepuis les années 1960, l'utilisation du genre comme démarche et objet d'étude a généré une définitio (...)(...)

Lire la suite

Dominique Julia reçoit deux Prix prestigieux

Prix et distinctions -Directeur de recherche au CNRS dont il a reçu la Médaille d'argent en 1999 pour l'ensemble de son œuvre, Dominique Julia a été professeur à l'Institut universitaire européen de Florence (1989-1993), puis co-directeur, avec Philippe Boutry, du Centre d'anthropologie religieu (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRH UMR 8558

EHESS
54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42

Direction du CRH :
Fanny Cosandey
Mathieu Marraud
Jean-Paul Zuñiga

Dernière modification :
12/12/2017