Composition du CRH |

Membres rattachés

Aurélien Gros

Docteur
Membre rattaché
Equipe(s) : GEHM
Laboratoire(s) de rattachement : CRH

Coordonnées professionnelles

aurelien.gros (a) ehess.fr

Sujet et direction de thèse

L'anthropologie historique de Jean-Pierre Vernant. Enquête épistémologique, sous la direction de François Hartog.

Thèse dirigée par François Hartog, soutenue le 7 mars 2015, devant un jury composé de Vincent Azoulay (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée), Ricardo Di Donato (Université de Pise), Jacques Revel (EHESS)

Mention très honorable avec félicitations du jury à l'unanimité

Résumé

L’objet de la thèse est constitué des enquêtes effectuées par Jean-Pierre Vernant entre son entrée au CNRS (1948) et son élection au Collège de France (1974). Elle tente d’objectiver la normativité épistémologique à l’œuvre dans l’élaboration d’une nouvelle discipline : l’anthropologie historique. L’anthropologie historique de Jean-Pierre Vernant se construit par une succession de rencontres entre des précurseurs hétérogènes : Louis Gernet, Ignace Meyerson, Georges Dumézil, Claude Lévi-Strauss. En parallèle, l’analyse montre que cette nouvelle discipline est irréductible à ces rencontres. Elle définit un style propre d’enquêtes, par l’articulation entre la dimension diachronique de la pensée historique et la dimension synchronique de la pensée structurale. Un schème explicatif intégrant ces dimensions est implicitement élaboré sur le modèle du bricolage. Il est alors possible de comprendre l’insertion originale de la pensée de Jean-Pierre Vernant dans les enjeux philosophiques et politiques de l’après-guerre. L’histoire de la raison est un de ces enjeux. Se rencontrent alors deux perspectives radicalement différentes : celle d’une pluralisation des types de rationalités et celle d’un sauvetage de la raison contre le dogmatisme et le totalitarisme. L’analyse montre enfin que l’anthropologie historique de Jean-Pierre Vernant prend la forme d’une reconstruction dans la pensée occidentale qui articule un nouveau rapport au passé – conçu non plus comme autorité de la tradition mais comme possibilité pour penser l’avenir – avec une philosophie politique faisant de la raison critique le point-clé de l’action humaine dans l’histoire.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Le secret et l'espace politique

Colloque - Mercredi 07 juin 2017 - 15:30Comprendre les transformations des rapports de pouvoir et les catégories utiles à la construction de l’espace et du sujet politique à la fin du Moyen Âge, en sortant des mailles d’une histoire institutionnelle. Elargir les frontières de l’enquête en déplaç (...)(...)

Lire la suite

Judaïsme(s) : Genre et religion

Rencontre - Mercredi 03 mai 2017 - 16:00La « tradition religieuse juive » assigne aux femmes et aux hommes des rôles, des obligations et des droits tout à fait différents. Non seulement les Écritures et leurs interprétations, les gestes quotidiens et les rituels festifs, mais encore les coutumes (...)(...)

Lire la suite

Autour de l'ouvrage de Dolf Oehler

Rencontre - Vendredi 19 mai 2017 - 14:00La thèse du livre de Dolf Oehler, d'abord publié chez Payot en 1996, est que les journées de juin 1848, marquées par le massacre des insurgés, ont été un événement refoulé, enseveli, non seulement dans l'historiographie, mais dans les textes littéraires : (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRH UMR 8558

EHESS

190-198 avenue de France
75013 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42

Dernière modification :
28/04/2017