Composition du CRH |

Membres rattachés

Aurélien Gros

Docteur
Membre rattaché
Equipe(s) : GEHM
Laboratoire(s) de rattachement : CRH

Coordonnées professionnelles

aurelien.gros (a) ehess.fr

Sujet et direction de thèse

L'anthropologie historique de Jean-Pierre Vernant. Enquête épistémologique, sous la direction de François Hartog.

Thèse dirigée par François Hartog, soutenue le 7 mars 2015, devant un jury composé de Vincent Azoulay (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée), Ricardo Di Donato (Université de Pise), Jacques Revel (EHESS)

Mention très honorable avec félicitations du jury à l'unanimité

Résumé

L’objet de la thèse est constitué des enquêtes effectuées par Jean-Pierre Vernant entre son entrée au CNRS (1948) et son élection au Collège de France (1974). Elle tente d’objectiver la normativité épistémologique à l’œuvre dans l’élaboration d’une nouvelle discipline : l’anthropologie historique. L’anthropologie historique de Jean-Pierre Vernant se construit par une succession de rencontres entre des précurseurs hétérogènes : Louis Gernet, Ignace Meyerson, Georges Dumézil, Claude Lévi-Strauss. En parallèle, l’analyse montre que cette nouvelle discipline est irréductible à ces rencontres. Elle définit un style propre d’enquêtes, par l’articulation entre la dimension diachronique de la pensée historique et la dimension synchronique de la pensée structurale. Un schème explicatif intégrant ces dimensions est implicitement élaboré sur le modèle du bricolage. Il est alors possible de comprendre l’insertion originale de la pensée de Jean-Pierre Vernant dans les enjeux philosophiques et politiques de l’après-guerre. L’histoire de la raison est un de ces enjeux. Se rencontrent alors deux perspectives radicalement différentes : celle d’une pluralisation des types de rationalités et celle d’un sauvetage de la raison contre le dogmatisme et le totalitarisme. L’analyse montre enfin que l’anthropologie historique de Jean-Pierre Vernant prend la forme d’une reconstruction dans la pensée occidentale qui articule un nouveau rapport au passé – conçu non plus comme autorité de la tradition mais comme possibilité pour penser l’avenir – avec une philosophie politique faisant de la raison critique le point-clé de l’action humaine dans l’histoire.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Deux projets franco-allemands lauréats de l’ANR DFG

Échos de la recherche -L’Agence nationale de la recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft ont publié la liste des projets lauréats pour l’édition 2016 de l’appel à projets franco-allemand en sciences humaines et sociales. Parmi les 13 projets financés, 2 projets sont coordonnés par l’EHESS (...)(...)

Lire la suite

Joseph Wulf : un historien juif polonais en RFA. Savoir du témoin, engagement de l’historien, écriture de l’histoire

Journée(s) d'étude - Vendredi 16 février 2018 - 09:00Survivant de la Shoah en Pologne, Joseph Wulf (1912-1974) est l'un de ces premiers historiens de la Catastrophe dont l’œuvre demeure trop méconnue.  Après avoir été membre de la Commission historique juive de Cracovie (1944-47), il émigra à Pa (...)(...)

Lire la suite

Les « archives juives », miroir du rapport des Juifs à l’Etat et à la Nation

Journée(s) d'étude - Mardi 19 juin 2018 - 09:15Dans le cadre de la thématique générale « Universalités et particularités en monde Juif » du programme « Judaïsmes Contemporains » du GSRL, nous souhaitons étudier les processus de constitution d’« archives juives » comme miroir du rapport des Juifs (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRH (UMR 8558)

EHESS
54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42

Direction du CRH :
Béatrice Delaurenti
Thomas Le Roux

Dernière modification :
04/08/2018