Docteurs |

Docteurs en 2015

Victoria Ambrosini-Chenivesse

Docteur

Coordonnées professionnelles

ambrosini.victoria7 (a) gmail.com

Sujet et direction de thèse

Art populaire, art contemporain et pratiques politiques au Moyen-Orient  Entre orientalisme et Révolution égyptienne, 2000-2014, sous la co-direction de Jocelyne Dakhlia et Denis Vidal (IRF)

Thèse dirigée en-co-direction par Jocelyne Dakhlia (EHESS) et Denis Vidal (IRF), soutenue le 27 mai 2015, devant un jury composé de Thierry Dufrêne (Université Paris Ouest La Défense), Franck Mermier (CNRS), Silvia Naef (Université e Genève) et Nicolas Puig (IRD).
Mention

 

Résumé

À partir des années 1990, l’art populaire, ainsi dénommé par les artistes contemporains d’Égypte et du Moyen-Orient, désigne une pratique antiélitiste qui détourne les esthétiques populaires, s’ancre dans le pop art et l’irruption de la vie quotidienne dans les représentations. Parmi ces esthétiques, le kitsch est emblématique. Entré dans l’art au début du XXe siècle, de nombreux artistes du Moyen-Orient s’en emparent bien qu’il concentre une critique esthétique et éthique. Il s’agit pour les artistes de produire une surenchère visuelle porteuse d’ambivalence et de faire flotter le sens de l’œuvre. Ainsi, la représentation de l’identité culturelle fait apparaître une ostentation, qui introduit une distance et une nuance, par laquelle l’artiste peut affirmer son appartenance, répondre aux injonctions des marchés locaux et internationaux et introduire une dimension ironique. De même, de nombreux sujets de l’art détournent une esthétique populaire, de façon à créer une tension qui dramatise, par le contraste entre l’apparente légèreté et la gravité contenue. Il s’agit également de subvertir la hiérarchie des valeurs de l’art, non pour en affirmer le relativisme mais pour mieux renverser l’ordre social. Avec la rupture que constituent les Printemps arabes de 2011, l’art révolutionnaire, notamment l’art urbain, qui explose, renforce et amplifie avec éclat en Égypte le projet démocratique de l’art populaire, relayé par internet, pour une audience tant locale qu’internationale. L’avant-garde politique et artistique coïncident. Le dialogue public entre les graffeurs et les gens de la rue nourrit la visée libertaire de certains d’entre eux avant que l’essoufflement révolutionnaire et le retour à un pouvoir militaire en 2014 ne marquent son reflux.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

La nature sous contrat

Appel à communication - Vendredi 15 novembre 2019 - 17:45Thématiques Les formes de possessions collectives ou individuelles et les relations qu’elles nouent avec leur environnement ont fortement mobilisé les approches historiques récentes. Puisque l’utilisation des ressources naturelles et la tr (...)(...)

Lire la suite

Un « spectacle dérobé à l'histoire »

Colloque - Mardi 18 juin 2019 - 09:00Les spectacles constituent un laboratoire privilégié pour repérer et saisir l’articulation des représentations et des émotions qu’elles provoquent.À la suite de travaux collectifs récents consacrés à l’avènement d’une « société du spectacle » au XVIIIe siècle (...)(...)

Lire la suite

L'influence et ses limites

Séminaire international - Jeudi 20 juin 2019 - 09:30L’atelier, organisé par Répine (Réseau d’étude des pratiques d’influence) et le CRH et soutenu par le LabEx Tepsis se déroulera le 20 et le 21 juin 2019, 96 boulevard Raspail, Paris 6ème.L'atelier confrontera diverses formes d’étude de l’influe (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRH (UMR 8558)

EHESS
54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42

Direction du CRH :
Béatrice Delaurenti
Thomas Le Roux

Dernière modification :
14/06/2019