2013-2014 |

Avril 2014

Le Sud-Est européen au XXe siècle

Le Sud-Est européen au XXe siècle

Lundis 7 avril, 5 et 19 mai et 2 juin 2014 de 18h-20h

4 journées doctorales
du Centre d'Études Byzantines, Neo-Helléniques et du Sud- Est européen (CRH-CEBNHSEE)
 

Contacts des organisateurs
Paolo Odorico (Directeur d'études), Benjamin Saelens (Doctorant), Felipe Hernandez. (Doctorant)

Contacts des organisateurs
Paolo Odorico (Directeur d'études), Benjamin Saelens (Doctorant), Felipe Hernandez. (Doctorant)

Le Sud-Est européen suscite l’intérêt au début du XXe siècle par le défi de stabilité régionale après la disparition des régimes communistes. La transition de cette partie de l’Europe vers des sociétés plus démocratiques est un sujet de premier ordre pour les grandes puissances européennes car, à l’intérieur de sa transformation, se joue également la stabilité de l’Europe toute entière. La stratégie de l’alliance euro-atlantique (OTAN) et l’élargissement de la communauté européenne sont les deux plus grands projets que l’Europe occidentale met sur la table afin de ramener la région dans le giron de l’Europe, de reconnaître le caractère européen de ses problèmes et de leur apporter des solutions européennes. En effet, malgré leurs différences, le Sud-Est européen garde une connexion avec l’Occident facilement repérable dans l’histoire : une étroite liaison existe entre les affaires internes et la politique internationale. Quand l’Europe du Sud-Est apparaît instable, elle provoque des controverses diplomatiques entre Paris, Rome, Londres et Berlin. Et lorsque l’Europe occidentale change les frontières ou les formations étatiques, l’Europe du Sud-Est expérimente une nouvelle transformation. Cela montre que tout événement dans les Balkans ou à leur périphérie n’est pas une simple anomalie sur le corps de l’Europe mais bien un danger permanent à l’intérieur de celle-ci. Ces implications, cet entremêlement est une des caractéristiques de la permanence, de la continuité des transitions dans le Sud-Est européen.

Au cours de l’époque contemporaine, le rôle joué par l’Europe du Sud-Est dans la sphère balkanique et européenne atteint différentes fonctions historiques, politiques et géopolitiques. Elle expérimente au XIXe siècle les révolutions nationales, la suite de ces événements fut la Première Guerre mondiale. La conséquence immédiate de cette dernière est la fin des empires et le redécoupage des frontières et, par conséquent, les structures socio-politiques et du pouvoir se modifient. Entre les deux guerres, elle est terre propice aux pouvoirs autoritaires La Seconde Guerre mondiale transforme à nouveau cet espace. La fin de la Guerre mondiale fait de cet espace un élément important dans la structure communiste de la deuxième partie du XXe siècle. À nouveau, afin de se tourner vers l’avenir, les pouvoirs communistes considèrent qu’un changement dans l’ensemble de l’organisation sociale doit avoir lieu. La division antagoniste de la Guerre froide fait de ce territoire, d’un côté, une sortie à la lutte idéologique entre l’Est et l’Ouest, et de l’autre, le territoire où se heurtent les intérêts politiques américains et soviétiques. La transition économique et politique après la chute du mur de Berlin n’est pas homogène sur tout le territoire. Tandis qu’un nombre de pays de cet espace abandonne la structure communiste sous accords et/ou révolutions populaires, un autre plonge dans la violence guerrière.

Malgré ces transformations et la présence quasi-constante de pouvoirs autoritaires, l’hétérogénéité intellectuelle et les réseaux qui se tissent avec plusieurs pays en Occident perdurent. Tout au long du XIXe siècle, des événements de changement radical des structures de la société ont inspiré les révolutions de caractère national. Les bases théoriques des Lumières, la Révolution Française de 1789, le Printemps des Peuples de 1848 ont influencé les élites intellectuelles et les mouvements sociaux dans leurs projets de transformation. Au XXe siècle, notamment la France, l’Allemagne, et les Etats-Unis forment avec l’Europe du Sud-Est un carrefour intellectuel qui influence incontestablement la formation des élites. Il se développe d’importants mouvements littéraires, picturaux et artistiques ; la Grèce et la Serbie sont les deux premiers pays à importer le surréalisme français et à créer une nouvelle branche d’interprétation esthétique.

D’autre part, la philosophie de l’École de Francfort joue un rôle primordial en Croatie et en Slovénie. Les écrivains autour de Jen-Paul Sartre, l’École des Annales de Fernand Braudel, le mouvement contestataire de Mai 68, le cinéma et le théâtre français sont quelques exemples du dialogue culturel entre « deux Europe » sur un sol instable de conflits idéologiques, de pouvoir et de création culturelle. Deux particularités peuvent être tirées de ces différents contextes. D’un côté, le Sud-Est européen se présente comme un espace où l’histoire s’accumule par la quantité des événements qui s’y produisent et la vitesse à laquelle ils se transforment. D’un autre côté, les processus (nationaux, étatiques ou politiques) qui ont marqué l’Europe au XIXe et au XXe siècles continuent en grande partie dans le Sud-Est européen jusqu’à aujourd’hui.

Cette zone est au carrefour de différents espaces, de différents mondes : entre Europe, Asie et Méditerranée. De par sa position géographique, le Sud-Est européen est le lieu où différentes influences se rencontrent et se mêlent, c’est une aire qui fait office de pont, de point de rencontre entre les cultures, les idéologies, les religions. Ce nombre d’interactions fait du Sud-Est européen un sujet d’études vaste en lui-même, mais aussi dans son rapport à l’autre. Ces interactions nombreuses sont une des caractéristiques importantes du Sud-Est européen et, de ce fait, les conjonctures en Europe occidentale, en Europe centrale, en Asie mineure, en Russie, aux Etats-Unis, dans le monde méditerranéen ont toujours des répercussions dans cette aire géographique. Les différentes interventions aborderont précisément cette thématique des influences, endogènes et/ou exogènes, dans le Sud-Est européen au travers d’aspects historiques, idéologiques, économiques, culturels ou encore linguistiques.

Pour citer ce document

, «Le Sud-Est européen au XXe siècle», CRH [En ligne], Événements scientifiques (2013-2016), Événements (2013-2016), Le CRH, 2013-2014, Avril 2014, Histoire du CRH,mis à jour le : 20/05/2015
,URL : http://crh.ehess.fr/index.php?3826.
EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Pouvoirs de l’imagination. Approches historiques

Journée(s) d'étude - Vendredi 3 mai 2024 - 09:15Séminaire EHESS/CNRS organisé par Elizabeth Claire (chargée de recherche au CNRS), Béatrice Delaurenti (maître de conférences à l’EHESS), Roberto Poma (maître de conférences à l’Université Paris Est-Créteil) et Koen Vermeir (chargé de recherche au (...)(...)

Lire la suite

Ressources et empires. La construction sociale des écosystèmes impériaux

Appel à communication - Samedi 15 juin 2024 - 18:00ArgumentaireLa conquête de l’Amérique par les Espagnols est habituellement considérée comme le début de bouleversements démographiques, économiques et écologiques à l’échelle planétaire. Qu’il s’agisse de l’hécatombe démographique provoquée par (...)(...)

Lire la suite

Au regard de l'histoire, dynamiques de l'exil académique

Journée(s) d'étude - Jeudi 4 avril 2024 - 10:00L’appartenance des sociétés russes et chinoises à des espaces impériaux façonnés par l’expérience du communisme fait peser une durable suspicion d’altérité sociale et de méfiance politique à leur égard. Cette suspicion est fortement renforcée par le (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRH (UMR 8558)

EHESS
54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42

Direction du CRH :

Raphaël Morera
Dinah Ribard

Dernière modification :
11/04/2024