Docteurs |

Docteurs en 2017

Adèle Sutre

Docteur
Equipe(s) : GGH-TERres
Laboratoire(s) de rattachement : CRH

Sujet et direction de thèse

Du parcours du monde à son invention. Géographies tsiganes en Amérique du Nord des années 1880 aux années 1950, sous la direction de Marie-Vic Ozouf-Marignier.

Elle a obtenu le prix de la thèse 2017 de l'EHESS.

Thèse dirigée par Marie-Vic Ozouf-Marignier, soutenue le 12 juin, devant un jury composé de Henriette Asséo (EHESS), Laurent Faret (Université Paris Diderot-Paris 7), Christian Grataloup (Université Paris Diderot-Paris 7), Nancy L. Green (EHESS), Leo Lucassen (Leiden University) et Denis Retaillé (Université Bordeaux-Montaigne).

 

Cette recherche porte sur la mobilité de familles tsiganes originaires d’Europe centrale et orientale ayant quitté l’Europe à partir de la fin du 19e siècle pour l’Amérique du Nord. L’enjeu est de comprendre les modalités de circulation de ces groupes familiaux des années 1880 aux années 1950 dans l’espace nord-américain et, plus largement, à l’échelle du monde.  Ce travail s’inscrit dans une démarche pluridisciplinaire : tout en étant résolument ancré en géographie, il comprend également une forte dimension historique. Il s’agit de contribuer à une vision renouvelée de l’histoire des sociétés romani en portant le regard sur le déploiement de réseaux transnationaux à l’échelle mondiale. Dans cette perspective, des sources d’une grande diversité, tant par leur nature que par leur localisation, sont convoquées. Dans un premier temps, l’analyse porte sur les modalités de circulation de ces familles en s’appuyant sur la reconstitution de leurs itinéraires à travers le monde, reconstitution qui fait l’objet d’un travail cartographique. L’enjeu est de saisir les logiques de mobilité et d’ancrage territorial à l’échelle mondiale. Il s’agit également de s’intéresser plus particulièrement à l’espace de la frontière et à ce que signifie son passage pour les familles. Dans un second temps, ce travail s’attache à montrer que la mobilité des groupes tsiganes étudiés va au-delà d’un simple mouvement sur la surface terrestre et qu’elle participe à la transformation d’espaces en territoires. Le parcours du monde devient invention de mondes, c’est-à-dire élaboration de cartographies singulières qui constituent autant de lectures du monde différentes mais aussi d’écritures. Les familles tsiganes qui sillonnent le monde construisent leur propre grille de lecture en fonction des opportunités économiques et des relations sociales tissées au fil de leurs voyages. Elles s’inscrivent également durablement dans les territoires par leurs pratiques et les représentations qu’elles élaborent et qu’elles suscitent.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

La nature sous contrat

Appel à communication - Vendredi 15 novembre 2019 - 17:45Thématiques Les formes de possessions collectives ou individuelles et les relations qu’elles nouent avec leur environnement ont fortement mobilisé les approches historiques récentes. Puisque l’utilisation des ressources naturelles et la tr (...)(...)

Lire la suite

Un « spectacle dérobé à l'histoire »

Colloque - Mardi 18 juin 2019 - 09:00Les spectacles constituent un laboratoire privilégié pour repérer et saisir l’articulation des représentations et des émotions qu’elles provoquent.À la suite de travaux collectifs récents consacrés à l’avènement d’une « société du spectacle » au XVIIIe siècle (...)(...)

Lire la suite

L'influence et ses limites

Séminaire international - Jeudi 20 juin 2019 - 09:30L’atelier, organisé par Répine (Réseau d’étude des pratiques d’influence) et le CRH et soutenu par le LabEx Tepsis se déroulera le 20 et le 21 juin 2019, 96 boulevard Raspail, Paris 6ème.L'atelier confrontera diverses formes d’étude de l’influe (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRH (UMR 8558)

EHESS
54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42

Direction du CRH :
Béatrice Delaurenti
Thomas Le Roux

Dernière modification :
14/06/2019